Journée nationale du mouvement des femmes haïtiennes.

Les femmes exigent de nouvelles règles

Publié le 2019-04-16 | Le Nouvelliste

Les trois pouvoirs de l’État étaient au rendez-vous pour la commémoration officielle de la Journée nationale du mouvement des femmes haïtiennes. Durant deux jours, les 3 et 4 avril, à l’initiative du Ministère à la Condition féminine et aux droits des femmes (MCFDF) et de la commission Équité et Genre du Sénat, diverses personnalités issues du monde diplomatique, des organisations féminines et féministes ont pris part à ce forum national pour discuter des avancées liées notamment au leadership politique des femmes.

Cinq années après le premier forum sur la femme haïtienne en politique « Stratégie pour gagner » en 2014, les féministes ont entrepris cette année de faire l’état des lieux de leur participation et implication dans le monde politique. « Femmes, paix et participation : An n chita pale » a été le thème retenu pour ce symposium auquel a assisté  la première dame de la République Martine Moïse, le président du Sénat Carl Murat Cantave, le président de la Cour de cassation, le directeur général de la Police nationale d'Haïti (PNH), Michel- Ange Gédéon, et  le coordonnateur résident du système des Nations unies en Haïti, Mamadou Diallo 

Haïti a reculé de plus de 20 points dans le dernier classement international pour le leadership politique féminin. Un élément qui prouve que la bataille n’est pas encore gagnée pour les femmes et que beaucoup restent encore à faire en dépit de certaines avancées. Face à ce constat, l’assistance a pris l’engagement ferme d’œuvrer à  propulser le leadership et l’implication des femmes en politique. « La feuille de route de ses assises doit être le début d’un autre chapitre. Un chapitre d’actions concrètes par chaque groupe d’acteurs », a déclaré la représentante de l’ONU Femmes en Haïti, Dédé Ekoué, qui a réaffirmé le soutien de l'organisation à cette bataille.

Résolution de conflits, pleine participation des femmes pour la paix dans le processus du dialogue national interhaïtien, participation politique des femmes ont été au centre des débats durant ces deux journées. Pour la sénatrice Dieudonne Luma Étienne,  présidente de la commission Équité et Genre du Sénat, le vote d’une loi électorale sur le quota des femmes en politique est capital. « Je me battrai bec et ongles pour l’adoption d’une loi électorale en faveur du quota 30% », a promis avec fougue l’élue du Nord. Elle a appelé les femmes à s’investir et à devenir complices dans cette rude lutte pour avoir droit au soleil. « Ne ratons pas l’année 2019 ! Elle est décisive pour les mouvements de femmes à travers le monde et plus particulièrement pour nous autres, Haïtiennes, qui vivons dans un pays en proie à de nombreux conflits », a tancé l’élue du département du Nord. « Nous devons faire entendre nos voix (femmes et hommes) ensemble et intelligemment. » La ministre à la Condition féminine et aux droits des femmes, Évelyne Sainvil, présente les 2 jours, a aussi  abondé dans le même sens.

«En effet, l'année 2020 va ramener le 25e anniversaire de la déclaration de Bedjeen sur les droits des femmes. Une date butoir pour ces femmes qui souhaitent que cette nouvelle décennie qui s’ouvre soit porteuse d’une nouvelle ère pour le secteur féminin.

De nouvelles cartes en main, de nouvelles règles de jeu, voilà ce que réclament les femmes.

« Bien que la Constitution du pays reconnaisse l’égalité entre hommes et femmes et exige le principe et le respect du quota de genre dans toutes les lois relatives aux partis politiques, rappelle l’ambassadeur du canada en Haïti, André Frenette, la première République noire doit encore s’aligner sur les lois et cadres institutionnels existants pour éradiquer la discrimination à l’égard des femmes en politique, a-t-il fait remarquer, C'est une chose d’avoir des engagements internationaux et des lois nationales et c’en est tout une autre de les respecter ou appliquer. »

Renforcer le leadership féminin et   garantir la participation politique des femmes en Haïti a été  le plaidoyer de toutes les instances présentes à ce sommet.  

Martine Isaac
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".