La multiplication des crises

Publié le 2019-01-23 | Le Nouvelliste

Editorial -

La Chambre des députés a renvoyé à l’Exécutif, dans un geste rare, le projet de budget 2018-2019. Dans sa lettre au président Jovenel Moïse, le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, écrit noir sur blanc que les députés espèrent que le projet de budget 2018-2019 « sera reformaté dans le plus strict respect de la loi du 4 mai 2016. Il ajoute que doivent y être « opérés les ajustements stratégiques habiles à lui restituer cohérence et crédibilité ».

Le budget est à revoir. Nous sommes le 24 janvier 2019 et le document qui aurait dû entrer en application le 1er octobre 2018 est encore dans les limbes. Il n’y a aucune indication sur le temps que prendra le remodelage de la loi de finances. Les économistes et analystes avaient déjà descendu en flammes le budget ; voilà que les députés, en dépit de la majorité nominale dont dispose l’Exécutif, le rejettent avant tout vote.

La décision de la Chambre des députés est motivée non seulement par les avis des experts, les augmentations de certaines dépenses, les fonds et recettes de provenance douteuse ou hypothétique et les nouvelles mesures pour augmenter l’impôt sur le revenu, mais aussi parce que la Cour des comptes et du contentieux administratif a sorti un argumentaire dévastateur d’une quinzaine de pages qui retoque le budget 2018-2019.

L’Exécutif n’a pas le choix. Il doit revoir sa copie avec le gouvernement Céant ou un autre premier ministre. Faut-il changer de premier ministre ? Quand va-t-on changer de premier ministre ? Ces deux questions ont surgi avec acuité ces dernières heures. Le long retard- plus de deux heures- pris par le président de la République pour se présenter à la cérémonie la plus importante de ce début d’année. Le président Jovenel Moïse qui étale son insatisfaction publiquement sur le travail de son premier ministre lors de l’ouverture du dialogue sur le Pacte de gouvernabilité préparé par Jean-Henry Céant. Le fait que le PHTK, parti ayant porté au pouvoir le président, ne s’est pas présenté au Centre de convention de la Banque de la République d’Haïti pour prendre part aux pourparlers. Tous ces éléments mis bout à bout alimentent toutes sortes de rumeurs.

L’accident budgétaire s’ajoute ce jeudi à la liste des malaises.

https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gifDepuis des jours, les observateurs attentifs de la scène politique analysent les échos des mésententes entre le palais national et la primature. Sondent les signaux contraires que s’échangent les conseillers tout-puissants du président de la République et les hommes du premier ministre. Scrutent à la loupe la bataille d’ego entre ceux qui rêvent de reprendre le contrôle des leviers du pays au plus vite- et pour trente ans- et les occupants actuels de la machine de l’Etat.

La guéguerre au sein de l’administration Moïse-Céant serait une peccadille si le pays n’avait pas changé de premier ministre il y a moins de six mois, si le rapport sur la gestion des fonds PetroCaribe n’était pas attendu dans quelques jours, si le taux de change du dollar était stable et si l’inflation n’avait pas atteint 15% en décembre, un seuil inédit depuis des années.

Avec un déficit budgétaire de plus de dix milliards de gourdes pour les trois premiers mois de l’exercice fiscal, des échéances électorales et un amendement de la Constitution en chantier, nos chefs qui jouent à se faire peur gagneraient- et nous avec eux- à épargner au pays des crises supplémentaires.

 

 

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".