En 2018, la facture pétrolière a augmenté de près de 27% en Haïti

Publié le 2019-01-11 | Le Nouvelliste

Contrairement à la perception de certains observateurs, les importations haïtiennes de produits pétroliers n’ont pas encore atteint la barre d’un milliard de dollars dans l’économie, s'il faut s'en tenir aux dernières données rendues publiques par les autorités monétaires.

En effet, de 2017 à 2018, la facture pétrolière est passée de 743,2 millions de dollars à 942.6 millions de dollars, soit une progression de 26,8% des importations de produits pétroliers en valeur, contre environ 30% en 2017.

Contrairement à 2017, cette augmentation, encore substantielle, de la facture pétrolière en 2018 n’est pas imputable à la croissance du volume importé, mais plutôt au comportement du prix du baril de pétrole en 2018 qui se rapprochait des 75 dollars en septembre dernier sur le New York Mercantile Exchange. En effet, le volume du pétrole importé n’a augmenté que de 2,2% en 2018, contre 16,4% en 2017.

Maintenant, quid de la composition des importations des produits pétroliers en 2018 ? Il faut rappeler que les produits pétroliers importés par Haïti sont composés de la gazoline, du kérosène, du gasoil (diesel), du mazout, des lubrifiants et autres, du bitume et du gaz de pétrole liquéfié.

Nos analyses des données disponibles révèlent que la tendance n’a pas trop changé en 2018 par rapport à 2017, en termes du poids des grandes composantes de produits pétroliers dans les importations. La gazoline représente encore 25% de la facture pétrolière, alors que le poids du gasoil ou diesel est passé de 35% à 38%, contre 24% pour le bitume utilisé dans la construction de routes. Toutefois, il convient de constater une nette augmentation du volume de gazoline importé (24% en 2018 contre 16% en 2017), alors que le volume du diesel importé n’a crû que de 5,7%.

Cette augmentation d’environ 27% de la facture pétrolière, pour atteindre plus de 940 millions de dollars, ne restait pas sans des conséquences sur le taux de change en 2018, qui a été grandement supporté par une augmentation de plus de 35% des transferts de la diaspora. De plus, cette facture pétrolière n’impliquait pas une progression significative des activités économiques, puisque l’économie n’a crû que de 1,5% l’année dernière.

Si le ministre de l’Economie et des Finances a pris l’engagement de déclarer que le dollar sera rare en 2019, nous devons commencer à réfléchir sérieusement sur notre dépendance du pétrole et la nécessité de mettre à profit les potentialités d’Haïti dans les énergies renouvelables, comme l’a fait le Costa Rica.

Les récents développement sur le marché pétrolier, entre autres, ne laissent pas présager des perspectives encourageantes pour la stabilité économique et sociale en 2019. Crise planifiée ? Coup politique ? Problème de management public ? Crise de gouvernance ? Les qualificatifs ne manquent pas de certains secteurs pour tenter d’expliquer ce qui se passe sur le marché pétrolier.

Le constat est clair : la gazoline est distribuée et vendue au compte-gouttes dans des pompes à essence. Vandana Shiva (2002) parle de la guerre de l’eau dans certains pays. Pourra-t-on parler de la guerre du carburant en Haïti dans un futur proche, dans la mesure où :

a) les dollars se font rares de plus en plus dans l’économie face à cette très faible progression des activités économiques et des rentrées de devises ;

b) à la suite de ce vote d’Haïti à l’OEA contre le Venezuela, le pays pourrait se retrouver dans une situation de ne plus pouvoir importer du pétrole du Venezuela ; non seulement nous ne représentons plus un grand marché pour le Venezuela, mais aussi Haïti n’est pas un bon payeur.

Face à ce tableau des plus sombres, nous risquons de ne pas atteindre les prévisions économiques fixées dans le projet de loi de finances 2018-2019. Les résultats ne seront autres qu’une augmentation de la pauvreté, un renforcement des inégalités et des retards considérables dans les efforts visant à atteindre les objectifs de développement durable.

Riphard Sérant, MPA, Economiste riphardserent@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".