Trouble Boy et JBeatz offrent déjà du neuf à la télé

PUBLIÉ 2019-01-08
À peine en 2019, les passionnés de la télé sont déjà servis par le rappeur Trouble Boy et le chanteur JBeatz qui leur offrent respectivement « Ou pa ayisyen » et « Because I miss you ».


Trouble Boy : « Ou pa ayisyen »

Sorti dès le 1er janvier, « Ou pa ayisyen » retrace un ensemble de mœurs, d’habitudes propres à chaque natif d’Haïti. Signé Réginald Georges, le clip est tourné sans chichis, ni extravagances, avec la rue comme véritable toile de fond. D’une main de maître, M. Georges passe d’une scène à un autre sans changer l’environnement habituel. Des manifestations de rue au carnaval, en passant par le mangeur d’ « aleken », de la marchande de thé à la marchande de « pate kòde », notre mode de vie est scruté au peigne fin.

Toutefois, l’artiste s’est mépris quelque part. À vouloir dire trop, il s’est leurré. « Si w poko pral lekòl, manifestasyon, kawotchou ap boule, ou rate 2 jou, 3 jou lekòl, ou pa ayisyen… » Pourtant, il existe des localités d’Haïti qui n’ont jamais connu ce genre de troubles. Trouble Boy aurait dû ne pas circonscrire sa vision sur les grandes villes, notamment Port-au-Prince et ses environs. D’autre part, comment élaborer une scène d’accouchement sans montrer le cordon ombilical liant le bébé à sa mère ? On dit ça, on ne dit rien ! Sinon, bravo à l’équipe de M. Lorissaint qui, une nouvelle fois, a fait preuve d’imagination et de créativité.

JBeatz : « Because I miss you »

C’est une dédicace que fait JBeatz à sa chère femme décédée récemment. Un hommage en bonne et due forme de la voix de « Oh my God » tournée à un rythme lent, en 5 minutes et 12 secondes, dans un environnement tout à fait cohérent à son sujet. Le clip sent la mélancolie, dépeint convenablement l’état d’âme de quiconque ayant perdu un être cher. Le chanteur se retrouve donc majoritairement seul (sauf dans les séquences où l’on remarque les trois enfants), tout de blanc vêtu, tantôt dans les bois, tantôt sur un pont, qui crie sa nostalgie et son désarroi. Situation qui ne change pas lorsqu’il se retrouve à la maison, les meubles recouverts de drap blanc, et quelques objets jetés pêle-mêle sur le sol. Sa femme lui manque, cruellement.



Réagir à cet article