Les 11 ans de Dream Promo sous le signe de la gratitude

PUBLIÉ 2019-01-09
Pour célébrer les 11 ans de Dream Promo et ses 41 ans d’existence, Hugline Jérôme, la boss lady à qui tout sourit, se contente d’une messe d’action de grâces prévue pour le 11 janvier en l’église Saint-Pierre de Pétion-Ville. Selon la magnat du showbizz, cette messe sera l’occasion pour elle de remercier le ciel d’avoir insufflé en elle un rêve comme on dit aux States « larger-than-life » et aussi tous ceux qui ont d’une manière où d’une autre permis que ce rêve se concrétise au fil d’une décennie à laquelle s’ajoute une année.


Hugline Jérôme s’on fanm ki fèt douz janvye. Quand on pense à sa personnalité de fonceuse, à sa fougue à vaincre toutes les épreuves, on est en droit de déduire qu’elle est une Capricorne pure laine. Pour la gouverne de ceux qui l’ignoraient, les gens nés sous ce signe sont présentés comme ayant tous ces traits de personnalité qu’on a cités plus haut.

« 11 ans de Dream Promo, dit-elle, c’est le moment pou moi de remercier le ciel de m’avoir inspiré ce rêve, mais aussi ceux grâce à qui c’est devenu possible. » Il y a les sponseurs dont la plupart ont 9, 10 ou 11 ans de contact avec Hugline Jérôme. Il y a les partenaires de divers ordres, artistes, promoteurs, spécialistes de son, de lumières qui eux aussi ont embarqué avec elle. Il y a également le grand public. « Sans ces gens qui sortent en dépit du fait qu’on vit dans un pays où il y a tant d’urgences à gérer au quotidien on n’en serait pas là aujourd’hui. J’en profite pour leur dire merci », ajoute la planificatrice d’événements.

Hugline remercie Haïti d’avoir fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. C’est-à-dire une femme très déterminée. « Aux Etats-Unis où tout est dans l’ordre, je me serais cantonnée dans ma zone de confort ; ce qui se révèle souvent inefficient. Ici je n’ai pas d’autre choix que d’être forte, de persévérer », dit-elle. Parlant d’Haïti, la femme d’affaires profite pour souligner que l’expression « Si tu réussis à New York, tu réussiras partout ailleurs » devrait se changer en « si w fè l Ayiti, w ap kapab fè l tout kote ». « Pour y avoir vécu, moi j’estime que cette grande ville américaine est bâtie avec les structures adéquates pour permettre à quiconque qui s’y établit de réussir dans la plupart des domaines. C’est l’endroit avec les meilleures salles de spectacle dans le monde, toujou gen kouran, gen politik pou ede moun k ap travay tankou m nan divètisman. C’est donc naturel de « make it in Entertainment in NYC ». Chez nous il n’y a rien de tout cela, or on est un peuple festif », fait l’entrepreneure.

Les 13 en guise des onze personnes sans qui cela ne serait possible sont : Jacky Khawly, Doudou Turnier, Robin Padberg, Richard Buteau, Luck Mervil, Carl Frédérick Behrmann, Stéphane Hypolite, Médjine Faustin, Hervé Delorme, Christopher Lewis, Lorraine Hudicourt, Jessie Al-Khal, Patrick Moussignac.

Le rêve c’était quoi, au fait ? C’était, selon Hugline, de changer le paysage du divertissement en Haïti. Madame se décerne un satisfecit d’avoir permis qu’on repense les spectacles dans le milieu en mettant à contribution l’expertise de spécialistes de lumières, de sonorisation…

Le rêve c’était aussi de placer Haïti sur la carte des hauts lieux de spectacles d’envergure. «Quoique fatidique, le 12 janvier 2010 a permis à des grandes pointures d’Hollywood et du reste du monde de savoir que Miami est plus près de Port-au-Prince qu’elle l’est de New York ou Boston, par exemple. J’ai profité de cette mise en lumière sur le pays pour attirer chez nous des VIP du genre l’humoriste Rachid Badouri qui est devenu partenaire de Lol Fest », note-elle.

Le rêve, finalement, c’était de proposer, selon l’organisatrice d’événements, des activités ponctuelles dont Lol Fest et les soirées flash-back dans un registre qui n’a rien à envier à leur pendant en Floride, en Espagne ou à Saint-Domingue.

À onze ans d’expérience, Hugline désire faire voyager ses initiatives locales. En d’autres termes, les Lol Fest et autres pourront se dérouler également sous d’autres cieux sans divorcer d’avec le public local. Une ambition ? « Je veux m’assurer que ce que j’ai semé et qui a germé puisse inspirer d’autres vocations. Je m’étais inspirée de ceux qui travaillaient avant moi pour monter Dream Promo sur lequel repose ma fierté. Un jour je dois quand même rejoindre le ciel. Il serait agréable avant ce grand voyage ou bien au-delà que d’autres se joignent au chantier sur lequel j’ai beaucoup bossé pour continuer avec la tâche à leur manière, avec leur touche », confie-t-elle.

En guise d’un petit mot à l’endroit de ses innombrables supporteurs avoués ou pas, elle les encourage à cultiver la gratitude comme une vertu qui transcende tout. « Ni Dieu ni personne ne vous doit rien. Et pourtant vous respirez, vous mangez, vous marchez sans avoir rien donné pour cela. En disant merci, vous vous assurez que ces grâces se multiplient à l’infini », conclut Hugline Jérôme avec la sagesse d’un gourou.



Réagir à cet article