Congrès national pour le climat, des citoyens s’engagent contre l’utilisation styrofoam

Le Groupe d'action francophone pour l'environnement (GAFE) de concert avec l’ambassade d’Allemagne et Action AID, a organisé le premier congrès national citoyen pour le climat qui s’est déroulé du 5 au 8 décembre 2018, à l'Académie Viva Rio, Les Perles Noires de la commune de Croix-des-Bouquets. Ateliers, projections films, conférence-débat, des séances de formation entre autres, ont été au menu de ce congrès basant sur leur devise, changeons le système par le climat.

Publié le 2018-12-13 | lenouvelliste.com

Pendant trois jours, plus d’une centaine de participants de différentes couches sociales se sont réunis en vue de tisser les liens, mais surtout de réfléchir sur des problèmes environnementaux qui rongent le pays. L’occasion pour des professeurs, des étudiants, des écoliers, des personnes à mobilité réduite et des anciens fonctionnaires de l'État venus des dix départements du pays proposer des alternatives visant à remédier à cette situation accablante.

À travers 5 ateliers, les participants ont défini des mécanismes visant à contrecarrer les mauvaises pratiques notamment la commercialisation et l’utilisation des produits styrofoam. Ils ont débattu des thématiques pointues comme «le pouvoir de la honte. Quelles alternatives au citoyenne styrofoam et comment bloquer l'entrée du styrofoam en Haïti.»

À entendre le président du GAFE David Tilus, l’idée du congrès national est de proposer une stratégie commune de plaidoyer pour la transition énergétique en Haïti à travers la définition d’action citoyennes communes concrètes et la structuration d’un mouvement social. Face au dérèglement climatique, David Tilus croit qu’organiser les citoyens pour donner une réponse concrète au changement climatique s’avère essentiel. Le mouvement Alternatiba, selon M. Tilus, a contribué à l’existence d’un répertoire des initiatives locales, à la valorisation des initiatives locales et la mise en place des dispositifs facilitant l’intégration, les recommandations des acteurs dans la politique du développement.

En rédigeant une charge d’engagement au cours de ce congrès, les participants ont pris des dispositions pour coordonner les actions visant à protéger l’environnement en commençant par formaliser les groupes locaux, de mettre en place des mécanismes pour travailler avec des acteurs qui évoluent dans ce domaine, a affirmé M Tilus satisfait de l'initiative.

Pour les participants, ce congrès de trois jours s’est révélé fructueux. Pour Pierrette Francia, étudiante en 2e année à l’Institut d’études et de recherches (IERAH), ce congrès a été très constructif. « J’ai appris beaucoup de chose sur le changement climatique. », a fait remarquer Pierrette Francia qui s’engage à lutte contre l’utilisation des produits en foam à des séances de formation. De son côté, Job Pierre Louis, étudiant en 4e année à la Faculté d’ethnologie avance que « cette activité lui permettra de renforcer ses capacités et de trouver un système de réseautage pouvant l’aider à mener à bien ma mission ».



Réagir à cet article