Sabine Augustin se présente san 2koupe chimen

PUBLIÉ 2018-12-04
Des stars en devenir, il y en a partout en Haïti, à chaque coin de rue… Et chacune cherche à sa façon, comment se distinguer, sortir du lot. Mais certaines ont le chic de proposer l’exubérance comme originalité. C’est le cas de Sabine Augustin, une St-Marcoise de 22 années décidée à conquérir l’industrie musicale haïtienne.


Quand on rencontre Sabine Augustin pour la première fois, impossible que l’apparence de la jeune femme ne retienne pas l’attention. Et pour cause, elle s’est rasée la boule à zéro. Les femmes aux cheveux coupés à la garçonne, on connaît, mais les femmes qui arborent le tèt kale bobis, un peu moins. Cela lui fait un atout dans le monde du showbiz dans lequel elle veut se lancer, me direz-vous. Mademoiselle explique d’ailleurs que ce look est son identité et qu’elle a toujours voulu avoir la boule à plat. Une manière de prouver qu’une femme peut être belle avec ou sans cheveux. « Cela montre la beauté féminine sous un autre angle. On n’est pas obligé d’avoir de longs cheveux ou de s’embarrasser de perruques et d’extensions pour être belle », affirme-t-elle.

Sabine présente au public son deuxième single, « Chimen 2koupe », dont la vidéo est en rotation sur plusieurs chaînes de télévision de la capitale. Le track est produit par Pipo Beat qu’elle affirme avoir eu chance de rencontrer après le succès que son premier single « Lè m wè w » dans son Saint-Marc natal. Ce premier single en question a valu à la chanteuse plusieurs distinctions dans cette ville dont celle de la Révélation de l’année ou encore de la Meilleure voix féminine. La jeune femme indique également que cette première chanson lui a permis de travailler avec plusieurs artistes à succès sdu HMI comme Manzè de Boukman Eksperyans ou encore Darline Desca. Pour en revenir au texte de la chanson « Chimen 2koupe », Sabine affirme qu’il projette une réalité que tout le monde vit : « Se yon mizik ki oze di byen fò sa moun panse tou ba. Tankou si w vle, mwen vle tou ; nou ka senplifye tout bagay, ou pa oblije vin banm may. » Détrompez-vous, le sous-entendu que vous avez peut-être décelé dans le titre n’est pas une équivoque.

Comme la plupart de nos stars féminines, c’est à l’église que Sabine a commencé à chanter, dès âge de 6 ans, à la chorale « Rosée de l’hermon » de Saint-Marc. « Ce qui signifie que j’ai grandi dans l’univers musical. Ma passion et mon amour de la musique ont grandi avec moi ainsi », souligne la jeune femme.

Son amour de la scène allait être stimulé lorsqu’à 16 ans, Sabine eut l’opportunité de travailler sur le premier album de l’artiste Alpha Zomo intitulé « Kwè nan rèv ou ». Marquant ainsi un tournant dans la vie de la jeune femme qui laissa sa ville natale pour s'installer à Port-au-Prince pour la poursuite de ces rêves.

Outre son envie de percer dans la musique Sabine Augustin est intéressée au monde associatif. Elle est en ce sens, l’ambassadrice de l’organisation féminine Fédération des femmes du Bas-Artibonite* qui offre de l’assistance pluridisciplinaire à différentes associations de femmes de cette localité. Elle est également étudiante en Relations Internationale à l’université Quisqueya.

Se présentant comme quelqu’un de pragmatique et de très tenace dans la poursuite de ses idéaux, Sabine Augustin estime que son talent, son ouverture d’esprit et sa capacité à gérer les relations humaines sont des atouts pour elle. Toutefois elle affirme que ses principaux défauts, à savoir accorder trop facilement sa confiance, son caractère cool qui la rend souvent trop accessible et trop amical peuvent lui jouer des tours comme dans sa vie.

Celle qui affirme adorer l’audace “j’aime oser” a pour stratégie d’accorder son look à sa production. “Je vais continuer à traiter des sujets que les autres artistes ne traitent pas forcément. Certainement de manière osée.”

Des stars en devenir, il y en a partout en Haïti, à chaque coin de rue et chacune cherche en sa façon, à se distinguer. Mais certaines ont le chic de proposer l’exubérance comme originalité. C’est le cas de Sabine Augustin, une jeune St-Marçoise de 22 années décidée à conquérir l’industrie musicale haïtienne.

Quand on rencontre Sabine Augustin pour la première fois, impossible que l’apparence de la jeune femme ne retienne l’attention. Et pour cause, elle s’est rasée la boule à zéro. Les femmes aux cheveux coupés à la garçonne on connait mais les femmes qui arborent le tèt kale bobis, un peu moins. Cela lui fait un atout dans le monde du showbiz dans lequel elle veut se lancer me direz-vous. Elle explique d’ailleurs que ce look est son identité et qu’elle a toujours voulu avoir la boule à plat. Une manière pour elle, de prouver qu’une femme peut être belle avec ou sans cheveux : “ Cela montre la beauté féminine sous un autre angle. On n’est pas obligé d’avoir de longs cheveux ou de s’entraver de perruques pour être belle.

Elle présente au public son deuxième single “Chimen 2koupe” dont la vidéo est en rotation sur plusieurs chaines de télévision de la capitale notamment la chaine 20. Une chanson produite par Pipo Beat qu’elle affirme avoir eu chance de rencontrer après le succès que son premier single “Lè m wè w” rencontra dans sa ville natale, lui decernant dans cette commune plusieurs distinctions comme celle de la Révélation de l’année ou encore la meilleure voix féminine. La jeune femme indique également que cette première chanson lui permit de travailler avec plusieurs artistes à succès sur le marché musical comme Manzè de Boukman Eksperyans ou encore Darline Desca. Pour en revenir au texte de la chanson Chimen 2koupe, la jeune femme affirme qu’il projette une réalité que tout le monde vit: " se yon mizik ki oze di byen fò sa moun panse tou ba, tankou si’w vle mwen vle tou, nou k senplifye tout bagay . Ou pa oblije vin banm may ". Détrompez-vous le sous-entendu que vous avez décelé dans le titre n’est pas une équivoque.

Comme la plupart de nos stars féminines, c’est à l’église que Sabine a commencé à chanter. Ceci dès son plus jeune âge, 6 ans, à la chorale de sa commune natale dénommée “Rosée de l’hermon”. “Ce qui signifie que j’ai grandi dans l’univers musical. Et tout comme moi je grandissais ma passion et mon amour de la musique grandissait aussi.”, souligne la jeune femme.

Quand elle eut 16 ans, la chanteuse saisit une grande opportunité : l’artiste Alpha Zomo l’invite à travailler sur son premier album intitulé « Kwè nan rèv ou ». Cette expérience a marqué un certain tournant dans la vie de l’adolescente à l’époque qui laissa sa ville natale pour s'installer à Port-au-Prince afin de poursuivre ses études et surtout ses rêves.

Outre son envie de percer dans la musique, Sabine Augustin est intéressée à une carrière dans la diplomatie et aux groupes sociaux. L’étudiante en relations internationales à l’université Quisqueya est en ce sens l’ambassadrice de l’organisation féminine Fédération des femmes du Bas-Artibonite.

Se présentant comme quelqu’un de pragmatique et de très tenace dans la poursuite de ses idéaux, Sabine Augustin estime que son talent, son ouverture d’esprit et sa capacité à gérer les relations humaines sont ses meilleurs atouts. Toutefois elle affirme que ses principaux défauts, à savoir la naïveté, sa coolitude qui la rend souvent trop accessible et trop amicale, peuvent lui jouer des tours comme dans la vie.

Celle qui « adore oser » a pour stratégie d’accorder son look à sa production. « Je vais continuer à traiter des sujets que les autres artistes ne traitent pas forcément. Certainement de manière osée », conclut Sabine.



Réagir à cet article