Max Chauvet pour la création de véritables entreprises dans le secteur de l’artisanat

S’il est certain que le secteur artisanat contribue à la création de richesses et d’emplois dans le pays, il reste sous exploité en raison d’un manque d'investissements financiers et technologiques. Lors du lancement de la 12e édition de l’évènement « Artisanat en fête », le directeur du quotidien Le Nouvelliste a évoqué la nécessité d’apporter des modifications dans le processus de production des œuvres artisanales dans le pays ce qui doit passer par une meilleure formation des artisans en entrepreneuriat.

Publié le 2018-11-07 | Le Nouvelliste

National -

En Haïti, le secteur de l’artisanat malgré son fort potentiel est toujours constitué de microateliers gérés par des artisans individuels, aidés par quelques bénévoles et/ou membres de leurs familles pour la plupart. Dans de telles conditions, le secteur a exporté, en quatre ans, près de neuf millions de dollars américains de produits artisanaux. Ce potentiel est considéré comme sous–exploité par Max Chauvet, qui pense aux innovations qu’on doit apporter en introduisant les outils technologiques et financiers pour maximiser les profits des artisans.

Pour répondre aux demandes produites en termes de qualité et de quantité, la capacité de production des microateliers de certains artisans doit être décuplée. C’est ce que propose Max Chauvet qui affirme que pour Artisanat en fête la « priorité est d’attirer l’attention du secteur public sur la nécessité de supporter les artisans dans le domaine de la formation entrepreneuriale ». Puisque ces derniers, faute de moyens financiers et de structures, ne peuvent pas supporter les coûts d’une production à grande échelle.

« Nous devons transformer les artisans en de véritables entrepreneurs », a déclaré le principal l’organisateur de l’évènement « Artisanat en fête ». Mais pour construire ces véritables entreprises il faut renforcer l’approche artisanale de l’innovation, c’est-à-dire mettre en place des structures, contracter des prêts pour augmenter la production, introduire la gestion financière, et la promotion de produits-phares, même à l’étranger. C’est une approche au sens large à la fois technologique, organisationnelle et commerciale.

A côté du fait que les artisans mettent en œuvre un savoir-faire particulier qui valorisent leur génie créateur et leur dextérité manuelle, il leur faut, selon Max Chauvet, une formation en gestion des entreprises pour pouvoir structurer leurs activités économiques. « Il leur faut une formation additionnelle en entrepreneuriat surtout », a-t-il avancé. Dans un environnement économique assez incertain, l’artisanat continue à se développer. La rentabilité et la prospérité peuvent atteindre le maximun si des investissements financiers et technologiques sont réalisés dans les entreprises du secteur transversal qu’est l’artisanat.

Deux artisanes qui emploient trois personnes chacune, questionnées sur cette proposition, n’ont pas caché leur enthousiasme quant aux bénéfices certains qu’elles pourraient en tirer. Roseline Cheron Séide, qui fabrique des meubles avec des matériaux recyclés dans le garage de son mari, pense qu’avec une formation en entrepreneuriat et un accès au crédit elle peut accomplir son rêve de mettre sur pied une usine de recyclage produisant des meubles décoratifs et utilitaires de toutes sortes. Même son de cloche de la part de la représentante de l’atelier Lmarym, Charles Marie Miracles, spécialisé dans les bijoux à partir de bambou. Elle affirme vouloir lancer une galerie, mais fait face à deux contraintes majeures, une plus grande production et les moyens financiers.

La création d’entreprises dans le secteur artisanal répond au besoin de développement des activités économiques. Et, en accompagnant les entreprises artisanales qui vont générer en effet, à travers leur activité économique, des recettes fiscales non négligeables, notamment au titre de l’impôt sur le revenu et les exportations, le secteur public pourra aussi en bénéficier. Le secteur étant créateur d’emplois informels, certes, son importance dans la lutte contre le chômage, la création de richesses ne doit pas être sous-estimée.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".