Le centre des urgences de Delmas 2 reste fermé

Rien n’a changé. Le centre des urgences de Delmas 2 reste fermé. Les démarches entreprises ces derniers jours par les autorités en vue de l’ouverture de l’hôpital ne mènent pas à grand-chose. Des dettes de loyers demeurées impayées par l’État haïtien, locataire de l’espace, sont entre autres causes du blocage.

Publié le 2018-09-13 | Le Nouvelliste

National -

«Il y a plus de mouvement que d’habitude dans l’espace. Les va-et-vient sont plus fréquents. Cependant, l’hôpital n’offre toujours aucun service. Il reste quotidiennement fermé», a témoigné un marchand de jus, installé à quelques mètres de la barrière principale de l’établissement sanitaire situé en face de l’Inspection générale de la police nationale d’Haïti (IGPNH), à Delmas 2, entre deux compagnies privées.

L’accès est toujours interdit à tout venant, sauf les chefs, les dirigeants du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) et les responsables du chantier. Le journal qui a visité le chantier ce lundi n’a remarqué aucun changement depuis sa dernière visite en mars 2018. « D’après ce que je sais, cela doit encore traîner», nous informe une source au MSPP.

Le centre des urgences de Delmas 2 a été construit pour décongestionner le service des urgences de l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH). Il est équipé et dispose d’un plateau technique moderne. Cela fait plus de quatre ans que son ouverture traîne. Lors d’une conférence de presse au mois d’août dernier, le directeur général de MSPP, le Dr Lauré Adrien, avait expliqué qu’à la base du blocage, figurent les dettes de loyers impayées par l’État haïtien.

« Il s’agit d’une question de bail. Avec le temps, les dettes accumulées deviennent plus importantes », avait expliqué le Dr Lauré Adrien, ajoutant que l’État haïtien a pris des dispositions.

Le ministère de l’Economie et des Finances (MEF) a adressé une correspondance au bailleur qui a financé la rénovation et l’achat des équipements de l’hôpital en vue de permettre le déblocage de la situation. « Le ministère des Finances et le bailleur sont en train de travailler sur un processus, et je crois que le processus avance… afin que le MSPP prenne possession du centre des urgences de Delmas 2 », avait assuré le DG du MSPP le 13 août dernier.

Loué à l’État haïtien par l’homme d’affaires Grégory Brandt, le centre des urgences de Delmas 2 qui a coûté à la Banque interaméricaine de développement (BID) environ 2 millions de dollars américains n’a jamais pu ouvrir ses portes après plus de quatre ans. Le local est pourtant réaménagé et équipé.

L'institution sanitaire construite sur 1 200m2 contient une grande salle de 23 places pour les femmes, 22 places pour les hommes, 4 ou 6 chambres semi-privées, deux stands d’infirmières, une petite salle pour l’administration, une pharmacie, un laboratoire, une radiologie, deux blocs opératoires, des appareils portables pour ICU (unité de soins intensifs).

Il a la capacité de prendre en charge la quasi-totalité des urgences chirurgicales, c’est-à-dire traumatologie viscérale, et les urgences médicales, particulièrement les intoxications, les empoisonnements. La structure, ne peut cependant prendre en charge les urgences pédiatriques.

Ses derniers articles

Réagir à cet article