Sisalco à l’œuvre dans le département du Nord-Est

Trois ans après la décision de relancer la culture du sisal dans le département du Nord-Est et deux ans après le lancement d’un projet pilote relatif à cette culture, le projet commence à prendre forme. Cette culture commence à se faire une place dans la vie des habitants de cette contrée. Après la commune de Terrier-Rouge, c’est celle de Ferrier qui lui emboîte le pas sous la houlette de la compagnie Sisalco. Plusieurs dizaines d’emplois y sont créés.

Publié le 2018-08-21 | Le Nouvelliste

Tous les jours, depuis tantôt trois mois, des hommes et des femmes travaillent régulièrement dans des champs de sisal. L’objectif des responsables est d’emblaver 85 ha chaque mois afin de, pour la première année, mettre en valeur 1 000 hectares de terre dans le département du Nord-Est. C’est un travail ardu. L’organisation North Coast Development Corporation est mandatée pour mener à terme ce projet. Des firmes sont engagées pour le défrichage et la préparation du sol et des riverains pour planter le sisal.

Les premiers résultats sont plutôt prometteurs. En plus des 100 hectares du projet pilote financé par la Banque interaméricaine de développement (BID) dans le cadre du Projet de transfert de technologies aux agriculteurs (PTTA), 385 autres hectares sont déjà emblavés par la compagnie Sisalco. D’ici un an, 1 000 hectares seront plantés. Les espaces sont déjà identifiés et le projet est très apprécié du milieu. C’est un moyen pour quelques habitants de faire un peu d’argent pour la rentrée scolaire.

C’est le cas de Dieudonné Delvaris qui a évoqué l’importance de la compagnie et du programme de soutien aux chaînes de production (ANCRE) pour un tel accomplissement. « Je ne gagne pas beaucoup, mais ce projet me permet de gagner assez pour préparer la rentrée scolaire de mes enfants », a déclaré le père de famille tout en demandant à l’État, à travers le ministère de l’Agriculture, de tout mettre en œuvre pour la mise en valeur de cette vaste plaine partant de Terrier-Rouge à Ouanaminthe.

Ce projet est aussi bien coté au niveau des bénéficiaires du projet pilote. Ce sont ces gens qui alimentent en partie North Coast Development Corporation en plantules. Dans un laps de temps, les sisals plantés produisent déjà assez de drageons nécessitant une transplantation. Ainsi, plusieurs milliers de plantules proviennent des 91 hectares plantés dans le cadre du projet pilote. À quatre gourdes l’unité, il y a de quoi pour les bénéficiaires de se frotter les mains bien qu’ils continuent à réclamer beaucoup plus pour leurs produits.

«Un sisal mature produit des plantules tous les six mois», ont fait remarquer les producteurs. D’ici les deux prochaines années le département du Nord-Est produira assez de plantules pour emblaver plusieurs milliers d’hectares, ce qui porte à croire que cette culture est appelée à perdurer et à créer des milliers d’emplois dans un département où des dizaines d’hectares de terre sont couverts par le bayahonde.

À travers le projet ANCRE, qui est également financé par la BID, il est question de mettre en valeur environ quatre mille hectares de terre en sisal. Se référant à la demande croissante de la fibre de sisal à travers le monde, le P.D.G. de la compagnie Sisalco, Pierre Yves Gardère, croit qu’il est de bon ton d’investir dans cette production. Tenant compte de la pluviométrie de cette zone, le manager de North Coast devlopment Corporation, Edson Pierre, croit qu’il est d’autant plus important de s’adonner à cette culture dans le département du Nord-Est.

La fibre de sisal est introduite pour la première fois en Haïti en 1926, sous l’occupation américaine. En 1952, Haïti fut placée au rang de premier exportateur de fibre de sisal au niveau mondial. Les espaces utilisés pour cette culture sont abandonnés ou truffés de bayahondes. À cet effet, relancer une telle culture ne saurait avoir que des impacts positifs sur la vie des gens dans le département du Nord-Est et sur la balance commerciale du pays. Les signaux sont positifs pour le moment. Il reste néanmoins du chemin à parcourir avant de redevenir compétitif dans cette filière.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".