Et si Marc Collat avait péché ?

PUBLIÉ 2018-08-07
La sélection haïtienne de football féminin des moins de 20 ans a raté son premier match face à la République populaire de Chine, le lundi 6 août 2018. Après cette défaite 1-2 enregistrée au stade de Marville à Saint-Malo, les avis convergent. Tous pensent que nos chères Grenadières, -avec un tel effectif- auraient dû faire mieux et empocher les 3 points


Les doigts se croisent, les yeux des moins courageux se ferment. Nérilia Mondésir va essayer de transformer un penalty suite à une faute commise en pleine surface de réparation par la défense chinoise. 78e minute de jeu, et but. Nérigol renforce l’espoir de tous ses supporteurs venus de loin pour faire vibrer le stade de Marville au son d’un ‘’rara’’ dont seuls les Haïtiens connaissent vraiment le secret. Néanmoins, 12 minutes plus tard, le score du match était scellé. L’équipe asiatique le remporte grâce à 1 but de Zhao Yujie à la 13e minute et un autre inscrit par Shen Mengyu à la 46e.

Si l’ambiance de fête s’est poursuivie jusqu’à la fin de la rencontre, dans la foulée, certains observateurs avisés reprochent à Marc Collat -l’entraineur français des Bleue et rouge - ses choix tactiques. « Les filles ont joué un bon match. Mais, je n’ai pas trop apprécié la première période, car j’estime que le coach a mal fait ses calculs. Il a mal utilisé ses pions, ce qu’il a tenté de résoudre d’ailleurs au cours de la seconde période. J’espère que lors du prochain match, de telles erreurs seront corrigées et que les filles gagneront les trois points face au Nigéria afin de poursuivre la compétition », affirme Sophia Batard, ancienne gloire du football féminin ayant évolué au poste de milieu de terrain au sein de l’AS Tigresse et de l’Indiana FC.

Grand fan de football, Me Stanley Gaston, bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, abonde dans le même sens. « C’était un excellent match pour Haïti. Toutefois, à ce niveau les matchs se gagnent sur les détails et de notre côté, on n’a pas pu en maitriser quelques-uns. Tous ceux qui assistaient au match voyaient clairement qu’il y avait trop d’écart entre les numéros 13 et 11. De plus, certaines joueuses étaient mal positionnées sur le terrain. Sans omettre le mauvais choix de Marc Collat d’aligner des joueuses mieux performantes jusqu’en deuxième période. On a donc payé le prix », regrette le président de la Fédération des barreaux d’Haïti, qui croit toutefois en une meilleure performance des filles aux prochains matchs de cette Coupe du monde, soit le 9 devant le Nigéria et le 13 face à l’Allemagne.



Réagir à cet article