Belle ambiance à Saint-Malo malgré la défaite de l’équipe haïtienne face à la Chine

PUBLIÉ 2018-08-07
L’équipe haïtienne de football féminin des moins de vingt ans a disputé son premier match à la Coupe du monde de football féminin 2018 au stade de Marville, à Saint-Malo en France, le lundi 6 août 2018. Bien que l’équipe ait essuyé une défaite (2-1) face à l’équipe de la République de Chine, les compatriotes étaient au rendez-vous pour chanter, danser et scander des mots d’encouragement dans une ambiance folle de rara en vue d'encourager les Grenadières.


«Haïti, Haïti», «Nou pa pè, nou pa p janm pè», «Nou kapab», « Allez les Grenadières », «Go Nerilia» sont entre autres les mots que le public a scandés pendant toute la durée du match. Les Grenadières ne sont pas seules. Nos frères et sœurs haïtiens l’ont bien prouvé à Saint-Malo lors de ce premier match. Pendant plus de deux heures, des compatriotes venues d’un peu partout, Haïti, les États-Unis, de diverses provinces françaises ont animé le stade de Marville sans se lasser. Tambour, caisse, ‘‘graj’’ et ‘ ‘tòl’’ en main, le groupe «Twoubadou koupe kare» a assuré une ambiance de tonnerre jusqu’à la fin du match.

Ils sont debout dans les tribunes, ils chantent, ils dansent, ils crient. En peu de temps, le public se joint à eux. On ne sait pas si l’équipe adverse n’avait pas ou avait peu de supporteurs, mais ils ne se sont point fait sentir. Les Haïtiens ont pris l’entière possession du stade dans leurs œuvres avec les sons de tambours et des chansons traditionnelles haïtiennes. On a même vu des étrangers se glisser parmi eux pour danser, à tue-tête, le rara qu’ils venaient de découvrir. La bande a assuré.

En répétition depuis environ quatre mois, le groupe « Twoubadou koupe kare », présidé par Ludovic, s’était préparé pour l’occasion. Avec de nouveaux bras pour les prestations au Mondial, ils ont travaillé sur le rara, « le troubadour ne serait pas approprié pour le terrain, on le savait. On a donc opté pour le groove rara, car on savait que cela allait faire plus de sensation sur le terrain », a confié Naomie Jean-Baptiste, l’un des membres du groupe.

Plutôt satisfaits de la prestation des filles de la sélection, ils promettent d’être encore dans les gradins pour les prochains matchs afin d'apporter leur support aux filles d’Haïti car il y a longtemps qu’une équipe haïtienne ne s'était pas qualifiée pour une compétition mondiale. « On sera les premiers sur le terrain au prochain match programmé pour le jeudi 9 août face au Nigeria. On sera plus nombreux et on sonnera encore plus fort », a promis le président de la bande, qui croit dur comme fer que les Grenadières peuvent faire mieux.



Réagir à cet article