Éliminer certains des privilèges des parlementaires ne suffit pas

Publié le 2018-07-26 | Le Nouvelliste

Editorial -

Le président du Sénat Joseph Lambert a annoncé la résiliation du contrat de location de la résidence officielle du président de l’Assemblée nationale. Le montant élevé du loyer avait créé beaucoup de remous au sein de la population haïtienne. On ne sait pas encore ce que l’État haïtien, via le bureau du Sénat, va payer au propriétaire de la maison qui devait être louée à hauteur de 7,2 millions de gourdes l’an au profit du président du Grand Corps. L’annonce de l’élimination de certains des privilèges accordés aux sénateurs peut aider à faire diminuer les critiques contre le Parlement jugé trop budgétivore. Cependant, seule, cette mesure n’est que de la poudre aux yeux. Ce qu’il faut vraiment au Parlement pour redorer son blason aux yeux de la population, c’est de la transparence dans la gestion des fonds publics.

Avec l’élimination de certains privilèges accordés aux parlementaires, on doit s’attendre à une révision à la baisse du budget du Parlement. Cela démontrera un peu de bonne foi des parlementaires pour une meilleure gestion des taxes des citoyens. Cependant, quel que soit le budget qui sera alloué aux parlementaires, ils doivent s’engager à faire leur travail pour être dignes de le recevoir. Il faut aussi de la transparence dans la gestion de chaque centime. Les privilèges des parlementaires doivent être publics. Ceci est aussi valable pour l’exécutif qui consomme une bonne partie du budget de la République.

C’est normal que le Trésor public accorde des allocations décentes aux parlementaires. On doit aussi leur donner des moyens de communication, des moyens de locomotion, des per diem pour leurs voyages. En retour, les honorables parlementaires doivent fournir un travail à la hauteur des investissements que le pays fait en eux. C’est aussi valable pour les membres des deux autres pouvoirs constitués de l’État. Pendant que nous dénonçons les privilèges énormes octroyés à des parlementaires, il faut exiger de meilleurs traitements pour le pouvoir judiciaire traité comme un pouvoir de seconde zone. Car, sans un pouvoir judiciaire fort et indépendant, la lutte contre la corruption restera un vœu pieux.

Pour justifier les millions de gourdes qu’ils reçoivent en subvention à chaque période de fête, les parlementaires évoquent souvent les multiples sollicitations pour l’écolage, les funérailles, les baptêmes, etc. Ils n’ont pas totalement tort. Cependant, les parlementaires qui votent le budget de la République doivent travailler au renforcement des institutions de prise en charge des couches vulnérables. Et si le Parlement et les ministères veulent continuer à subventionner des activités ou des gens qui les sollicitent pour toutes les raisons, cela doit se faire dans la transparence. C’est un minimum que chaque institution déclare l'enveloppe dont elle dispose dans son budget pour les subventions, quels sont les critères pour en bénéficier et qui en bénéficie. Faute de transparence, les subventions du Parlement comme celles des autres institutions publiques auront toujours la couleur de la corruption.

Il y a depuis la seconde présidence de René Préval l’implication des parlementaires dans la gestion des fonds publics. Au grand dam des autorités locales, on les retrouve dans la construction de bâtiments publics (écoles, marchés, places publiques, terrains de sport, etc.). Comme tout autre gestionnaire des deniers publics, les parlementaires doivent rendre compte de la gestion des fonds qui leur sont confiés. Ce travail de contrôle doit être réalisé par une institution indépendante autre que le Parlement. Ce sera une manière de responsabiliser nos parlementaires dans la gestion des biens publics. Ce sera aussi justice pour tous les anciens comptables de deniers publics dont les dossiers de décharge pourrissent dans les tiroirs des parlementaires.

Nos autorités doivent comprendre que les citoyens veulent savoir ce qu’on fait de leurs impôts. La société exige maintenant de la transparence dans la gestion des fonds publics. Les parlementaires ont la chance de pouvoir devenir les premiers responsables exemplaires de la République.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".