Dialogue national

La commission préparatoire est investie

Publié le 2005-06-01 | Le Nouvelliste

La Commision préparatoire indépendante du dialogue national, créée par arrêté présidentiel en date du 20 avril 2005, a été investie hier mardi 31 mai 2005 au Salon jaune du Palais national à Port-au-Prince par le président provisoire de la République, Me Boniface Alexandre, en présence du Premier ministre et de son gouvernement, de représentants du corps diplomatique, de la classe politique, du secteur privé des affaires, d'associations socio-professionnelles, des secteurs religieux .... Cette commission aura pour mission de: 1. sensibiliser la nation au processus du dialogue national ; 2. assister l'Exécutif dans le choix des membres du Secrétariat technique, organe d'opérationnalisation du dialogue à partir des lignes stratégiques définies par le comité de pilotage ; 3. établir des contacts préliminaires dont les résultats permettront à l'Exécutif de désigner les membres du comité de pilotage, organe d'orientation et d'évaluation du dialogue. Plusieurs secteurs se sont fait représenter à cette cérémonie d'investiture de la Commission préparatoire indépendante du dialogue national. On distinguait, entre autres, des représentants du corps diplomatique, du corps consulaire et des organisations internationales oeuvrant en Haïti, de la classe politique, du secteur des affaires, des organisations socioprofessionnelles, des secteurs religieux... Le président de la commission, Monseigneur François Gayot, dans son allocution de circonstance, a mis l'accent sur la nécessité pour tous les secteurs de la vie nationale de s'engager dans ce dialogue. Selon le prélat de l'Eglise Catholique, « le nouveau nom de la paix en Haïti est le dialogue ». Mgr Gayot a qualifié de passionnante la responsabilité confiée à la commission qu'il préside en sa qualité de représentant de l'Eglise catholique, apostolique, romaine. De l'avis de Monseigneur Gayot, l'investiture d'une commission à l'instar de celle qu'il dirige est unique dans l'histoire d'Haïti. Ce dialogue, dit-il, est la quête « d'une nouvelle manière de vivre, une nouvelle manière de voir qui commandent une nouvelle manière d'agir en vue d'une nouvelle manière de vivre ensemble ». Prenant la parole, Mgr Gayot affirme que les membres de la commission n'ont pas attendu leur investiture pour se mettre au travail. Ainsi, la commision a déjà préparé les différentes étapes de leur mission dont le plan d'activité, le sytème logistique et le calendrier des opérations destinées à marquer le cheminement de la commission vers la mise en oeuvre du processus du dialogue national. Le président provisoire de la République, Boniface Alexandre, en donnant l'investiture à cette commission, a laissé éclater au grand jour son ras-le-bol de voir la nation divisée, les institutions dysfonctionnelles dont la justice : « L'Etat est incapable de faire face à tous les besoins de la nation. La population veut vivre en sécurité, elle réclame plus de justice, mais les institutions préposées à cette fin sont faibles. Un pesant climat de peur plane sur la capitale, plus de 90% des prisonniers sont en détention préventive », a déploré l'ancien président de la Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire du pays. Le chef de l'Etat dit « encourager tous les secteurs du pays à participer à ce processus de dialogue national qui doit permettre à tous les Haïtiens de se mettre ensemble pour poser les vrais diagnostics et surtout pour apporter des solutions durables aux problèmes fondamentaux de notre chère Haïti ». A ceux qui sont encore hésitants à s'engaer dans le processus de dialogue national, Me Alexandre lance des interrogations : « Chers compatriotes, comment refuser de se mettre ensemble autour d'une table quand le pays, la patrie commune, se meurt ? Comment refuser le dialogue entre tous les Haïtiens quand une grande partie de la population croupit dans une misère insoutenable ? Comment ne pas sentir l'urgence d'un « chita tande » quand nos propres frères, souffrant de toutes les misères, de toutes les exclusions, manipulés, se transforment en terroristes pour piller, assassiner, décapiter, séquestrer leurs voisins ? Comment pouvons-nous nous payer le luxe de nous battre quand notre environnement s'est totalement dégradé, plus d'arbres, plus de poissons, plus de coraux ... ? Comment ne pas se mettre ensemble pour discuter de notre avenir en tant que peuple ? ». Me Boniface Alexandre entend exhorter les "commissionnaires" à implanter dans tous les esprits l'idée du dialogue national, à convaincre les indécis et rallier ceux qui sont hostiles. « Je suis persuadé, leur a-t-il assuré, qu'avec vous, le processus de « chita tande » partira de bon pied ». Encadré I Les membres de la Commission préparatoire indépendante du Dialogue national : Monseigneur François Gayot : Conférence épiscopale d'Haïti (président) ; Monsieur Yvon Feuillé : Fanmi Lavalas ; Madame Dominique Bazin : Secteur des Affaires ; Monsieur Max Beauvoir : Secteur Vaudou ; Dr Gérard Blot : Partis politiques Non-Alignés ; Monsieur Yves Cadet : Représentant de l'Exécutif ; Monsieur Narcisse Fièvre : Représentant de l'Exécutif ; Madame Marie-Mause Jeune : représentante des organisations féminines ; Dr Volvick Rémy Joseph : Secteur duvaliériste ; Monsieur Godwork Noël : FAD'H ; Monsieur Edouard Paultre : Fédération protestante d'Haïti ; Monsieur Jean Robert Vaval : Groupe des 184. NB : Précisions apportées par un membre de la Commisssion : Dr Gérard Blot. Encadré II Réactions: Guy Philippe (FRN) Le secrétaire général du Front pour la réconciliation nationale (FRN) présent à la cérémonie d'investiture du Comité préparatoire du dialogue national a fait remarquer qu'il est aujourd'hui un devoir pour tous les Haïtiens de soutenir le processus du dialogue national. "C'est un moyen de régler les contentieux", a-t-il lancé. Il pense que le dialogue national peut aboutir à quelque chose de concret "si tous les Haïtiens acceptent de faire le sacrifice qu'il faut". Guy Philippe se dit prêt à travailler pour la réussite dudit processus. Yvon Feuillé (Fanmi Lavalas) L'ancien président du Sénat de la République, Yvon Feuillé, dit souhaiter que les différents secteurs impliqués dans le dialogue national vont mettre de côté l'hypocrisie pour débattre réellement des vrais problèmes du pays. Il en a profité pour dénoncer ce qu'il appelle les persécutions exercées contre les Lavalassiens dans les quartiers populaires et réclame la libération de tous les "prisonniers politiques". Concernant les revendications du parti Fanmi Lavalas relatives à la libération des "prisonniers politiques", au retour à l'ordre constitutionnel..., il a expliqué que des voix s'élèvent au sein dudit parti pour demander le retour de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide tandis que d'autres demandent l'établissement d'un gouvernement de consensus. Il pense que les Lavalassiens doivent trouver un consensus sur l'une de ces deux propositions. Jacques Nicolas (prêtre du Vaudou) Monsieur Jacques Nicolas dit pour sa part applaudir l'initiative de l'Exécutif d'impliquer le secteur vaudou dans le lancement du processus du dialogue national qui représente à ses yeux la seule voie susceptible de sortir le pays de la crise actuelle. Il s'est réjoui de l'intégration des vodouisants dans le processus. Himmler Rébu (GREH) Le secrétaire général du GREH, Himmler Rébu, dit apporter son soutien aux efforts du gouvernement provisoire pour réaliser le dialogue national. L'ancien colonel des FAD'H a laissé entendre que son parti compte participer à toutes les discussions qui seront organisées dans le cadre du dialogue national. Edouard Paultre (FPH) La Fédération protestante (FPH) qui se retrouve au sein de la Commission préparatoire indépendante du Dialogue nationale dit, qu'elle va promouvoir les valeurs protestantes telles que la justice, le progrès, la vérité, la morale chrétienne ... "Je pense que ces valeurs peuvent nous aider à réaliser le dialogue national", a expliqué Edouard Paultre.
S.B. Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".