Commerce international

Onzième ministérielle de l’OMC à Buenos Aires, pas de résultat concret

Publié le 2018-01-11 | Le Nouvelliste

Economie -

La onzième Conférence ministérielle (CM11) de l’Organisation mondiale du commerce organisée dans la capitale de l’Argentine, Buenos aires, du 10 au 13 décembre de l’année dernière, n’a pas donné lieu à une déclaration finale pour sa clôture. Pour ceux qui suivaient les questions des négociations commerciales multilatérales, ce n’est pas une surprise. On pouvait s’y attendre puisque les pré-négociations engagées par les diplomates à Genève avant la tenue du sommet n’avaient pas donné espoir que quelque chose d’autre allait se passer. Le système commercial multilatéral est-il en panne?

Ce n’est pas la première fois qu’il n’y a pas eu de décision finale lors d’une conférence ministérielle de l’OMC. On se rappelle qu’à Cancun, au Mexique, la situation a été la même.

En effet, les assises de Buenos Aires ont été marquées par de profondes divergences entre les grosses pointures économiques et commerciales du multilatéralisme sur la réaffirmation du mandat de Doha tels que les Etats-Unis d’Amérique, hyperpuissance mondiale, et certains pays en développement aussi puissants du point de vue commercial dont l’Inde et la République populaire de Chine.

Il n’est pas superflu de rappeler que ce cycle, plus connu sous le nom de programme de Doha pour le développement (PDD), comporte plusieurs sujets : accès aux marchés, facilitation du commerce, traitement spécial et différencié (TSD). Ce dernier semble poser un problème à l’heure actuelle. Ce cycle est dans l’impasse. Depuis 2005, à chaque ministérielle, les pays en développement s’y accrochent et veulent arriver à sa conclusion.

Pour la puissance étoilée, Doha n’existe plus. C’est terminé. Les pays en développement quant à eux ne jurent que par la réaffirmation de ce programme. De plus, en ce qui a trait aux disciplines nouvelles, les pays les moins avancés ont adressé des requêtes à l’OMC concernant le traitement spécial et différencié et d’assistance technique sur les subventions à la pêche.

Aux dire de Washington, le système commercial multilatéral est « confisqué » par un groupe de membres. Lors de la conférence ministérielle, le représentant du gouvernement américain à l’Organisation mondiale du commerce, M Robert Lighthizer, au pupitre, a adressé une série de critiques à l’encontre de l’institution en ses termes : « nous sommes inquiets, l’OMC est en train de perdre son objectif essentiel et devient une organisation axée sur les litiges » et d’ajouter « nous ne pouvons pas maintenir une situation dans laquelle de nouvelles règles ne s’appliquent qu’à quelques-uns et d’autres obtiennent un passe-droit. Car ce sont des pays en développement ». D’aucuns pensent qu’à partir de ces déclarations, l’institution est devenue fragile. Que peut-on espérer du multilatéralisme dans les prochaines années?

Ayant fait le constat de l’impasse dans laquelle se trouve le système commercial multilatéral, le patron de l’organisation mondiale du commerce, Roberto Azevedo, a avancé ce qui suit : « le commerce mondial est menacé plus que jamais par le protectionnisme » et fait appel « à le préserver et à le défendre ». Il a invité les membres à « saisir l’occasion pour élaborer un plan de travail à ce sujet en tenant compte du contexte économique mondial actuel ».

Toujours selon le directeur général de l’OMC, «le système économique mondial a contribué à la création de richesses et a fait sortir plus d’un milliard de personnes de la pauvreté en dix ans». Le diplomate brésilien a donné la garantie de faire des efforts pour défendre le multilatéralisme tout en sachant que «le système n’est pas «exemplaire » mais «essentiel»

En fin de compte, le responsable de l’institution de la rue de Lausanne a, pour conclure, demandé aux membres « un engagement politique, de la volonté politique et de la flexibilité» et «sans flexibilité, nous n’irons nulle part», a-t-il dit.

Quant au président du pays hôte de l’évènement, M. Mauricio MACRI, il a fait remarquer que «c’est l’occasion de renouveler l’engagement vis-à-vis du système commercial multilatéral qui se veut une initiative concrète pour soutenir l’action commune». Il est tout aussi d’avis que les choses ne sont pas au goût de tout le monde en déclarant qu’«on est tous conscients que ces avantages ne profitent pas à tout le monde en raison de profondes mutations mondiales». Le premier des argentins a critiqué le protectionnisme en tant que stratégie de développement sans nommer aucun membre particulièrement.

Aucun accord n’est trouvé entre les ministres du commerce des pays membres à Buenos Aires sur l’agriculture, les services et d’autres sujets du multilatéralisme. Cependant, les membres de l’OMC y ont arrêté cinq décisions :

. Programme de travail sur les petites économies.

. Décision sur les subventions à la pêche.

. Programme de travail sur le commerce électronique.

. Décision sur les platines en situation de non violation et motivé par une situation dans le domaine des Aspects de droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).

. Décision visant à établir un groupe de travail pour l’accession du Soudan du Sud.

En ce qui a trait aux questions nouvelles, telles que : le commerce électronique, la facilitation des investissements, et le micro, petites et moyennes entreprises (MPME), les débats vont se poursuivre à Genève.

Tout compte fait, l’Amérique du Sud a organisé sa première ministérielle du nouveau siècle. Les membres de l’OMC s’engagent à parvenir à un accord, qu’ils ne pouvaient pas trouver à Buenos Aires, à la plus prochaine ministérielle. Dans deux ans. Déclaration d’intention, on ne sait pas. Qui suivra, verra !

Smith Nicolas

Smith Nicolas Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".