Economie moribonde, population résiliente

Echo de l’éco

Publié le 2017-12-29 | Le Nouvelliste

Economie -

2017, une autre année qui s'achève sur des chiffres assez décevants pour le pays. En dépit des promesses maintes fois réitérées, l’équipe au pouvoir n’a pu mettre en œuvre des projets viables pouvant conduire à une amélioration des conditions de vie de la population. La cassure avec les vieilles pratiques administratives n'a pas été opérée comme souhaité et cela s'est répercuté au niveau des indicateurs macro-économiques qui ne sont pas réjouissants. Encore un piètre bilan. Alors que le gouvernement avait annoncé que la pratique de la bonne gouvernance via le cash management allait l’aider à réduire à sa plus simple expression le financement monétaire, la surliquidité, le taux de l'inflation et le taux de change.

Les chiffres sont déjà connus. 1,2 % de croissance du PIB, une inflation à deux chiffres : autour de 15 % des investissements directs étrangers qui se raréfient, une balance commerciale très défavorable au pays, l’aide étrangère au plus bas depuis des décennies, etc. A côté de tout cela, ce qui inquiète le plus, c’est l’absence de décisions qui pourraient aider à sortir le pays du gouffre. 2018 sera une année décisive pour l’équipe au pouvoir. Les manifestations violentes en cascade dans la capitale haïtienne durant l’année qui s’achève n’ont certes pas aidé mais il faut tenir compte qu’aucun projet d’envergure n'est venu alimenter ni l'espoir ni le rêve d'un mieux-être de l'Haïtien.

Les jeunes ne croient plus en l’avenir du pays, ils partent de plus en plus nombreux vers des cieux plus cléments. Jusqu'à présent, aucun acte concret n'a été entrepris pour tenter d'inverser la tendance. Qui pis est, nous ne sommes même pas en mesure de cacher nos laideurs. Les montagnes d’immondices tiennent lieu d’adresse dans la capitale haïtienne. Port-au-Prince est livrée à elle-même. Le centre-ville ressemble bizarrement à une scène d'après-guerre. Devant ce tableau postapocalyptique, il y a vraiment lieu de se poser des questions.

Où sont passés les dirigeants de ce pays? Jusqu'où peut aller la naïveté de ce peuple qui accepte même l'inacceptable? Vous, les élites (économique, intellectuelle et politique), quand est-ce que vous allez commencer à prêcher l'exemple? Maires, ministres, Premier ministre, président de la République, où êtes-vous passés ? La nation n'attend pas de vous un miracle, elle vous demande seulement de faire ce travail pour lequel vous êtes payés.

En 2018, bien des défis sont à relever. Les arriérés dans l’administration publique constituent un boulet au pied de l’équipe au pouvoir. Le rapport du Sénat sur la gestion des fonds PetroCaribe est une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment. Les problèmes liés à la migration n’ont pas été résolus. La République dominicaine nous met sous coupe réglée, la Guyane ne veut plus des Haïtiens en si grand nombre sur leur terre, ceux qui ont fui les Etats Unis pour s’installer au Canada pourraient être sujets à des déportations massives. Et que dire du sort de nos compatriotes dans les autres pays de la Caraïbe comme les Bahamas ou Turks and Caicos. C'est une des îles formant l'archipel de Turks and Caïcos. Les ressortissants haïtiens (vu leur nombre) sont perçus comme une menace pour les pays voisins.

Les nuages s’accumulent sur l’économie. Vers le milieu de l'année 2017, le taux de change s’est relativement stabilisé en-dessous des 64 gourdes pour un dollar américain. D’octobre 2016 à octobre 2017, une baisse de 66,32 à 63,32 gourdes pour un dollar, soit une baisse de 5% du taux de change en un an. Les commerçants et les autorités si sensibles à ajuster les prix des différents produits aux moindres hausses du dollar par rapport à la gourde n’ont rien répercuté à propos de cette baisse. Les prix demeurent les mêmes.

Malgré le faible budget alloué à l’agriculture et les faibles investissements, le peu de moyens dont dispose le secteur, les Haïtiens continuent de croire dans les produits locaux. Souvenez-vous du franc succès connu par la foire Konsome lokal récemment. Dommage que chez nous,les contrebandiers font mener la vie dure à la production locale et l'État ne montre pas assez de poigne pour combattre ce fléau.

Ce qui semble jouer en notre faveur, c'est qu'en général, les étrangers vibrent d’étonnement devant la résilience remarquable des Haïtiens. Servons-nous-en pour redémarrer définitivement et faire de 2018 l'année du renouveau économique haïtien. Une telle perspective, est-elle utopique?

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".