Insécurité

"Le kidnapping, une industrie rentable en Haïti"

Publié le 2005-04-19 | Le Nouvelliste

"Le kidnapping est devenu ces jours-ci une industrie rentable et florissante dans le pays". C'est le commentaire du doyen de l'IHECE, Gabriel Raoul Berret, quelques heures seulement après la libération de son collègue et ami le professeur Prosper Jean-Charles, économiste et statisticien de formation, vice-doyen de l'IHECE. M. Berret a confirmé que le vice-doyen a été libéré contre rançon, mais a refusé d'en révéler le montant à la presse. Selon les informations véhiculées à la radio avant la libération du professeur Jean-Charles, les ravisseurs avaient réclamé la rondelette somme de cent mille dollars américains (100.000). Suite à des négociations suivies de tractations, ce montant se serait réduit et passé à quatre-vingt mille dollars (80.000). Cependant, le journal n'a pu avoir confirmation ni infirmation auprès des proches de la victime. "Il n'y a pas de kidnapping sans demande de rançon", a répondu de manière laconique Gabriel Raoul Berret qui assure que l'argent exigé a été versé par les membres de la famille Jean-Chales. "Il y a toujours eu de l'insécurité en Haïti. Mais c'est la première fois qu'elle touche l'Université", a poursuivi le doyen. "L'IHECE, fondé le 17 septembre 1961, a participé à la formation de plusieurs générations de cadres haïtiens. C'est la première fois qu'un tel incident nous arrive. Nous réclamons de l'Etat haïtien la sécurité pour continuer à faire ce travail, c'est-à-dire la formation des jeunes, dans le silence et la discrétion qui nous caractérisent". M. Jean-Charles a été libéré lundi tard dans la soirée. Dans la matinée du même jour. Les étudiants de l'IHECE avaient gagné les rues pour exiger sa libération. Leur mouvement avait provoqué un embouteillage monstre à l'avenue John Brown et dans les rues avoisinantes. Prosper Jean-Charles, 77 ans, vice-doyen de l'Institut des Hautes Etudes Commerciales d'Haïti (IHECE), a été enlevé par des inconnus armés à Delmas 33, à quelques mètres de son domicile. Selon le récit rapporté par le doyen Berret, M. Jean-Charles était à bord de sa voiture accompagné de son épouse et de son chauffeur quand les ravisseurs se sont approchés d'eux. Ils se sont emparés avec force de la voiture. Après avoir roulé vers une destination inconnue, ils ont demandé aux autres occupants de sortir puis ils sont partis avec M. Jean-Charles. L'enlèvement du professeur Jean-Charles survient seulement trois (3) jours après celui suivi de la libération le même jour de M. Guy Frantz Boursiquot, directeur du Collège Vision Continentale et professeur à l'Université d'Etat d'Haïti. D'autre part, une femme dont l'identité n'a pas été révélée a été enlevée ce matin peu avant huit (8) heures. La victime conduisait son enfant à l'école quand elle a été approchée par les bandits. Ces derniers ont ensuite conduit l'enfant à l'école et sont partis tranquillement avec la mère de l'enfant, a rapporté une source digne de foi. La semaine dernière, un groupe de bandits lourdement armés ont débarqué dans une école préscolaire et y ont enlevé un enfant de moins de quatre (4) ans, a-t-on appris de sources généralement bien informées. Dans le même registre, un enfant qui revenait de l'école a été enlevé la semaine dernière sur la route de Carrefour. Avec l'ampleur que prend le phénomène du kidnapping, les autorités et les forces de l'ordre paraissent désarmées. Et ce, en dépit de la présence en Haïti de plus de six mille (6.000) soldats étrangers, de l'augmentation de l'effectif et du renforcement de la Police nationale. Les parents des personnes kidnappées, loin de porter plainte, préfèrent négocier directement avec les ravisseurs. Ceux qui n'ont pas les moyens pour répondre aux exigences de ces derniers sont livrés à eux-mêmes.
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".