ONU/Stabilisation politico-économique/Hôtel Montana

Passer de la parole aux actes

Publié le 2005-04-18 | Le Nouvelliste

La délégation du Conseil de Sécurité de l'ONU et la mission de l'ECOSOC ont mis pratiquement fin le samedi 16 avril 2005 à leur visite de plusieurs jours en Haïti. Lors d'une conférence de presse à l'Hôtel Montana, elles ont dressé le bilan de leur séjour. Toute une gamme de préoccupations nationales de l'heure devrait refléter le rapport des émissaires onusiens. Entre-temps, Haïti continue d'expérimenter les difficultés de tous ordres en dépit du fait que la communauté internationale exprime sans cesse sa volonté de l'accompagner dans ses efforts de construction démocratique. «Un plan stratégique devrait être défini par la Communauté internationale pour réaliser la mise en oeuvre des OMD en Haïti». Cette remarque d'une extrême pertinence a été faite le samedi 16 avril 2005 par le président de la délégation du Conseil économique et social de l'Organisation des Nations Unies (ONU), l'ambassadeur du Canada Allan Rock. A l'Hôtel Montana où le représentant du Canada à l'ONU présentait le bilan du séjour en Haïti de la délégation de l'ECOSOC, M. Rock a établi un diagnostic de la réalité haïtienne. «Des recommandations pressantes et minutieuses seront faites le mois prochain pour aider le pays à bâtir son avenir», a-t-il indiqué. Allan Rock qui dit apprécier l'accueil chaleureux des Haïtiens a qualifié de fructueuses les rencontres que sa délégation a eues avec des membres du gouvernement de transition. Du président provisoire de la République, Me Boniface Alexandre, aux représentants des secteurs socio-économiques et des groupes de pays travaillant avec Haïti en passant par les responsables de la Police nationale d'Haïti, les échanges des membres de la délégation de l'ECOSOC avec les notables du gouvernement oeuvrant particulièrement dans le cadre du CCI (Cadre de Coopération Intérimaire) ont rapporté des avantages. «Les opinions sur les besoins et les stratégies pour le développement d'Haïti ont été clairement exprimées», à en croire l'ambassadeur Allan Rock. Pour un plan de développement à long terme «D'aucuns ont expliqué qu'Haïti n'a jamais un plan de développement à long terme. Et nous avons bien compris ce point de vue qui nous permettra à coup sûr d'en concevoir un tel que le CCI en fournit déjà la base. Avec les OMD comme patchwork, il faudrait inclure l'environnement, les infrastructures, l'éducation, la réforme judiciaire et la sécurité. Il est clair que le gouvernement élu démocratiquement doit affronter ces priorités», a précisé M. Rock qui a fait ressortir l'importance de l'investissement dans le processus de développement. «Nous avons beaucoup appris durant notre séjour. Et ce qui nous a paru impressionnant, c'est la dignité et la détermination de la population haïtienne à bâtir une économie prospère», a souligné l'ambassadeur du Canada à l'ONU qui a eu un mot spécial à l'égard des habitants des Gonaïves qui, malgré les difficultés, ont commencé à reconstruire la ville. Au nom de la délégation de l'ECOSOC, Allan Rock a donné la garantie que l'ONU va accompagner Haïti dans ses efforts de construction de l'avenir. A la question de savoir si Haïti va bénéficier d'un statut spécial lui permettant d'avoir accès à l'aide internationale, Allan Rock a répondu que le pays n'a pas besoin de statut particulier à cet effet, mais il lui faut un plan-programme de développement à très court terme. «Si les programmes du FMI ou de la Banque Mondiale sont appropriés, Haïti peut toujours tirer des avantages substantiels», a-t-il indiqué. ...Et le CS félicite la MINUSTAH pour la qualité de ses travaux Pour sa part, le président de la délégation du Conseil de sécurité (CS) de l'ONU, Ronaldo Mota Sardenberg, se dit heureux d'avoir eu des échanges de vue utiles et fructueux avec des membres du gouvernement de transition, des représentants de partis politiques et de la société civile... «Nous avons relevé le sens des responsabilités des autorités haïtiennes qui ont exprimé leur point de vue ferme sur le déroulement des élections. Nous encourageons les Haïtiens à se mobiliser pacifiquement et à participer aux prochaines joutes électorales», a-t-il indiqué. M. Sardenberg qui avait rencontré les responsables de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation d'Haïti (MINUSTAH) n'a pas caché sa satisfaction pour la qualité de ses travaux. «Malgré la perte tragique de quatre (4) casques bleux dans des accidents, il y a une amélioration graduelle de la situation par rapport à l'année 2004. Ce qui signifie que depuis le déploiement de la force en Haïti et particulièrement dans les quartiers populaires, la collaboration de la PNH et de la MINUSTAH s'est perfectionnée, même s'il faut reconnaître que la situation demeure un peu difficile en attendant que s'intensifient les programmes de désarmement visant la stabilité du pays», a fait savoir M. Sadenberg. Le dialogue national: un instrument fondamental... A propos du processus de dialogue national lancé officiellement par le président provisoire de la République, Me Boniface Alexandre, M. Sardenberg pense que "c'est un instrument fondamental pour l'avenir d'Haïti". Il a félicité les partis politiques et la société civile qui ont exprimé leur volonté de prendre part à ce dialogue indispensable à la normalisation du pays. L'ambassadeur du Brésil au Conseil de sécurité a plaidé pour une police professionnelle et responsable et pour l'application effective du droit. Préoccupé par la situation des droits de l'homme en Haïti, M. Sardenberg a fait savoir que le président de la République, Me Boniface Alexandre, a montré son intérêt à accélérer l'examen des cas en suspens, comme celui de l'ancien Premier ministre Yvon Neptune et de l'ex-ministre de l'Intérieur Jocelerme Privert. Résoudre à court terme les problèmes de pauvreté «La pauvreté est la première cause des conflits. Et nous avons convenu de définir une stratégie pouvant résoudre à court terme les problèmes de pauvreté en Haïti», a fait remarquer M. Sardenberg qui dit adhérer à l'idée très répandue dans la société haïtienne selon laquelle on ne peut résoudre les problèmes de l'insécurité sans attaquer de front la précarité des conditions de vie de la population. «Il est nécessaire que les projets de coopération prennent en compte les besoins identifiés par les Haïtiens plutôt que par les bailleurs». Selon Ronaldo Mota Sardenberg, Haïti fait face à des difficultés de tous ordres, mais elle vit actuellement des moments d'espérance. La mission du Conseil de sécurité qui dit avoir enregistré avec satisfaction les progrès réalisés dans le cadre de la réunion de Cayenne, croit qu'« il est nécessaire que les projets de coopération prennent en compte les besoins identifiés par les Haïtiens plutôt que par les donateurs ». Elle a réaffirmé la volonté de la communauté internationale d'accompagner le peuple haïtien. Et ce, dans le respect de sa souveraineté. Interrogé sur la détermination de la MINUSTAH à assurer la sécurité dans le pays à l'occasion des élections, M. Sardenberg a fait état de l'engagement très fort de M. Valdès allant dans ce sens. «C'est l'avenir d'Haïti qui en dépend. Et pendant le processus électoral, ce sentiment doit surgir de manière claire. Je ne dis pas que les élections vont mettre fin à tous les problèmes, mais c'est une étape importante permettant le changement vers une société plus démocratique et vers des institutions ayant une légitimité incontestée. Il faut des élections libres pour une bonne transition vers la démocratie», a conclu l'ambassadeur du Brésil au Conseil de sécurité.
Robenson Bernard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".