Le kidnapping, autre facette de l'insécurité

Publié le 2005-04-14 | Le Nouvelliste

A l'heure où les forces de l'ordre se disent, une fois de plus, déterminées à combattre les actes de banditisme, le phénomène d'insécurité prend des proportions plus alarmantes. Cette semaine, l'insécurité s'est manifestée, non pas par de fortes détonations d'armes automatiques ni par le blocage des rues par des bandes armées, mais par le kidnapping. En effet, rien qu'en début de cette semaine, environ une dizaine de cas de kidnapping ont été répertoriés dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince. Si, autrefois, seuls les hommes et femmes d'affaires étaient dans l'oeil du cyclone, de nos jours, le constat est tout autre. Toutes les catégories sociales sont touchées par ce fléau. Il suffit d'avoir une certaine allure (une activité génératrice de revenus ou un emploi, une voiture, bien se vêtir) pour être la cible des ravisseurs. Mercredi, le directeur du Collège Vision Continentale, Guy Frantz Boursiquot, a été enlevé par des inconnus armés non identifiés. Ils se sont emparés de sa personne dans les parages de son école sise à l'avenue Christophe. Il a été libéré en début de soirée. Dans la commune de Carrefour, une fillette qui revenait de l'école a été enlevée. Ses parents avaient lancé à la radio des appels de détresse. On ne sait pas s'ils ont pu la retrouver. A la rue Sylvio Cator (Zone de Nazon), une femme dont l'identité n'a pas été révélée a été enlevée hier mercredi. Selon des témoignages entendus à la radio, la victime était à bord de sa voiture quand elle a été enlevée. Parallèlement, un employé de la PromoBank, un autre du Rasanbleman Medya ak Aksyon Kominotè (RAMAK) et enfin un autre de la Banque Populaire Haïtienne (BPH) et quelques hommes d'affaires ont fait l'objet de kidnapping cette semaine. La liste est loin d'être exhaustive. Au moins trois des cas cités ont été répertoriés dans la zone de Delmas particulièrement Delmas 41 et 75, selon des sources dignes de foi. Par ailleurs, certains des kidnappeurs, une fois effectuer leur forfait, se dirigent vers des zones réputées de non droit telles Delmas 2, Cité Soleil, Cité Militaire soulignent des proches de victimes sous couvert de l'anonymat. Des parents dont des proches ont été l'objet de kidnapping hésitent à le déclarer à la police. Ils préfèrent négocier directement avec les bandits. Les personnes victimes de kidnapping, quant à elles, refusent pour la plupart de témoigner dans la presse. En tout cas, il faut plus que des mots pour mater le phénomène d'insécurité.
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".