Rigoberta Menchu

La langue de la paix

Le prix Nobel de la paix Rigoberta Menchu a bouclé samedi dernier une visite de deux jours dans le pays au cours de laquelle elle a rencontré le président Boniface Alexandre et des représentants de plusieurs secteurs de la vie nationale notamment le secteur des femmes. Le point central de son message : l'identité comme base pour construire une société plus juste.

Publié le 2005-04-11 | Le Nouvelliste

Les premiers mots prononcés par le prix Nobel de la paix, Rigoberta Menchu, résonnent comme un poème aux oreilles des invités présents au cocktail de bienvenue offert en son honneur à la salle Ramier de l'hôtel Montana. Elle s'introduit en quechua maya, la langue qu'elle a parlé jusqu'à l'âge de 20 ans. Haïti, le seul mot compris dans cet agencement de syllabes mélodieux, crée une émotion dans la salle. La tête nouée d'un madras découpé dans un tissu traditionnel guatémaltèque, Rigoberta Menchu a voulu se présenter aux Haïtiens dans son identité la plus profonde, celle pour laquelle elle s'est battue toute sa vie. En venant en Haïti, elle a mis les pied dans un pays frère. Comme Haïti, le Guatémala est traversé par des discriminations, des inégalités. Mais comme le Guatémala, Haïti a une foi, une identité assez forte pour lui permettre de retrouver son chemin. Ces premières déclarations du Prix Nobel donnent le ton au discours humaniste qui s'en suit. Dans un espagnol châtié et articulé, cette autodicdate a fait le récit des combats sanglants qui ont marqué la vie de son peuple. L'assassinat massif des membres de sa communauté ethnique et même de ses propres parents, au lieu d'alimenter une haine, ont renforcé sa volonté de lutter pour le changement. Pour avoir vécu des temps difficiles chez elle, elle sait à quelles complications, à quelles difficultés le peuple haïtien fait face. Mais les épreuves donnent l'opportunité de commencer à nouveau, pense le prix Nobel de la paix. Le processus que vous avez commencé devrait être long et compliqué, mais sa réussite dépend de chacun de nous, a-t-il affirmé . « Les questions essentielles à poser à chaque fois sont : à quoi je peux contribuer dans cette histoire ? Qu'est-ce que je vais laisser pour le futur?» Le rôle clé de la presse Tous les secteurs ont leur rôle à jouer. Le secteur des médias également, a-t-elle dit en s'adressant à la quinzaine de journalistes présents, venus assister à un séminaire de deux jours sur le rôle des journalistes dans les élections, organisé par la fondation norvégienne Insight avec la collaboration de l'Institut supérieur de formation politique et sociale (Ispos), l'Aide de l'Eglise norvégienne et le ministère norvégien des Affaires étrangères. La presse a contribué à forger d'autres opinions sur des sujets censurés autrefois, a confié Mme Menchu. Avec ce travail, une femme peut actuellement décider que son fils ne sera pas un guerrier mais un gardien de la paix. Pour cela, les médias doivent avoir le courage de donner la parole à tous les éléments de la société sans exclusion. Comme la plupart des étrangers, Rigoberta Menchu a connu Haïti à travers ses problèmes, les statistiques faites par les agences internationales de l'Organisation des Nations Unies et les interventions étrangères. Cependant, en femme avisée, elle sait que Haïti va au-delà de cette image réductrice. Une image, qui, pour être transformée, demande la participation des Haïtiens eux-mêmes. « J'aimerais connaître Haïti pour sa culture, ses habitants laborieux. Je suis sûre que vous travaillez pour ça », a déclaré Rigoberta Menchu qui a décelé une certaine solidarité chez les Haïtiens. « Il n'y a pas d'autres moyens de réussir, a-t-elle encouragé. « Quand la règle c'est la démocratie, pas besoin de se bousculer ». Elle reconnaît que la diversité des points de vue enrichit le débat. Mais aucune diversité ne doit prendre en otage un dialogue. Elle insiste, par ailleurs, sur la maturité à faire montre par les interlocuteurs. Un chemin de croix 13 ans après son Nobel de la paix, Rigoberta Menchu n'est pas à son premier voyage. Le charme d'un pays comme Haïti, la joie de partager, le plaisir d'écouter sont les aspects les plus délectables de la mission de l'améridienne originaire du Guatémala. Depuis son prix Nobel, l'ampleur de son travail s'est accrue. Maintenant, ce sont des millions d'hommes et de femmes qui se sont tournés vers elle dans l'espoir d'un lendemain meilleur. Pour bâtir une culture de la paix, elle considère comme importantes, la vérité, la justice et la mémoire historique. La paix exige un mouvement l'un vers l'autre, le pardon garde toujours ses vertus de diluant des tensions sociales. Sauf que les gens ne sont disposés à pardonner que lorsque les bourreaux en font la demande ». Le responsable d'Insight, Erling Borgen, a fait remarquer qu'un vent d'optimisme souffle en Amérique latine. L'organisation d'élections peut donner une chance pour relever ses défis, a-t-il indiqué ajoutant que son pays d'origine, la Norvège, poursuivait ses efforts pour la réconciliation entre les secteurs politiques. Marie-Laurence Jocelyn Lassègue du Collectif pour la participation des Femmes a souligné la pertinence de recommandation d'un pays Sud à un pays Sud, d'une personne victime, exclue en tant qu'indienne et en tant que femme.
Hugo Merveille hugomerveille@lenouvelliste.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".