Banditisme/ Affrontements

Ravix Rémissainthe et René Jean Anthony abattus à Delmas

La police nationale s'est débarrassée le week-end écoulé de deux de ses redoutables ennemis, Ravix Rémissainthe et René Jean Anthony. Les corps de ces deux anciens militaires, qui tournaient en dérision des avis de recherche de l'institution policière, traînent des centaines de badauds et de curieux à la morgue de l'Hôpital général.

Publié le 2005-04-11 | Le Nouvelliste

Le corps ensanglanté, le crâne éclaté, le visage méconnaissable..., René Jean Anthony, de son nom de brave "Grenn Sonnen", est entré, hier dimanche, à la morgue de l'Hôpital de l'Université d'État d'Haïti, quelques vingt-quatre heures après son prétendu allié et ancien frère d'arme de l'armée dissoute, Ravix Rémissainthe. Les deux redoutables ennemis de la Police nationale sont tombés à un jour d'intervalle dans des échanges de tirs avec la police anti-émeute soutenue par la Police civile (CIVPOL) la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Des agents de la PNH lançaient des messages à partir de mégaphones pour dégager le périmètre de la Morgue de l'Hôpital général pris d'assaut par des centaines de badauds et de curieux qui voulaient voir le visage de "Grenn Sonnen". "Celui, dit une jeune femme, qui a voulu défier l'autorité de l'Etat". C'est dans ce tohu-bohu que son corps et ceux de trois de ses fidèles "lieutenants" sont arrivés sous forte escorte de la police. "Pourquoi faut-il cacher son corps", lâche avec le sentiment du devoir accompli un agent d'une unité spécialisée de la Police nationale, pendant que des reporters décrivent en direct le cadavre de "l'ancien membre du corps des Léopards et attaché sous la présidence d'Aristide". Une poursuite s'était engagée samedi contre les deux principaux ennemis déclarés de la Police nationale dans la commune de Delmas, après une nuit de terreur. De grosses détonations ont été entendues dans la nuit de vendredi à samedi dans les hauteurs de Delmas et de Pétion-Ville. Un commando armé semait la panique et aurait même tiré sur un autobus de la mission militaire des Nations Unies. Une filature des unités spécialisées de la PNH et de la CIVPOL a permis de repérer Ravix Rémissainthe et René Jean Anthony qui se trouvaient dans une même maison à Delmas 30. "Sonnen arrivait à s'échapper avec des blessures et Ravix fut abattu sur un vaste terrain de la Factorie Acra (entre Delmas 30 et 32)", rapporte un agent de la police anti-émeute. Sur la base des renseignements recueillis par la police, dit-il, Sonnen a été cerné à nouveau dans un bidonville limitrophe d'une zone industrielle de la route de l'Aéroport. Accusé récemment dans l'assassinat de deux policiers et d'un chauffeur dans le quartier de Delmas 33, l'ancien attaché de l'institution policière est tombé les armes à la main. Un tantinet mécontent des opérations menées en mars dernier par les Casques bleus des Nations Unies pour déloger les anciens militaires du Commissariat de Petit-Goâve, il avait menacé de "persécuter les policiers tant que les anciens militaires ne seront pas en paix". La veille, celui qui s'était autoproclamé Commandant des militaires démobilisés, Ravix Rémissainthe, et trois de ses partisans, a précisé le directeur général de la Police nationale, Léon Charles, ont été abattus lors d'affrontements avec des policiers dans le quartier de Delmas. "Nous les avons poursuivis de Delmas 75 jusqu'à Delmas 30 où ils ont été abattus", a expliqué M. Charles. La Police nationale avait lancé en février dernier un avis de recherche contre Ravix Rémissainthe et un autre ex-militaire, pour leur implication présumée dans l'assassinat, le 6 février 2005, de quatre policiers. Fin février, le Premier ministre Gérard Latortue avait augmenté la prime offerte pour la capture de Rémissainthe à un million de gourdes. "Depuis, l'ex-sergent continuait de narguer la police, allant même jusqu'à s'exprimer sur des radios haïtiennes". Le porte parole de la MINUSTAH, Damien Onses Cardona, l'avait présenté le mois dernier "comme un véritable menace pour la stabilité en Haïti".
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".