Promouvoir le processus du dialogue national

Le président provisoire de la République, Me Boniface Alexandre, a lancé officiellement le processus du dialogue national. Au cours d\'une cérémonie au Palais national ce jeudi 7 avril 2005, date anniversaire de la mort de Toussaint Louverture, il se dit favorable à cette nouvelle dynamique de Paix et de réconciliation entre les Haïtiens. Dans les villes et sections communales du pays. «Il faut jeter des ponts et combler les fossés», a-t-il suggéré. Mais les voeux exprimés sont à la dimension des défis et enjeux.

Publié le 2005-04-07 | Le Nouvelliste

«J\'ai renoncé d\'assister aux obsèques du bien-aimé Pape Jean-Paul II, malgré toute la volonté que j\'ai eu d\'être à Rome en cette circonstance, pour être ici en Haïti, aujourd\'hui, en ce 7 avril 2005, date anniversaire de la mort d\'un autre Grand Homme, Toussaint Louverture, parce qu\'il y a un rendez-vous national, un rendez-vous haïtien à ne pas rater: celui du lancement officiel du dialogue interhaïtien. Le sacrifice en vaut la peine, le symbolisme nous interpelle tous». C\'est en ces termes que le président Boniface Alexandre s\'est exprimé ce jeudi au cours de la cérémonie de lancement officiel du processus inclusif de concertation appelé aussi Dialogue national. Invitant les Haïtiens à puiser dans la vie du Pape Jean-Paul II et de Toussaint Louverture pour trouver ce supplément d\'âme nécessaire au dialogue et au triomphe de la vérité sur le mensonge, de la lumière sur les ténèbres, de la paix sur la violence et du bien sur le mal, M. Alexandre a attiré l\'attention sur le passé d\'Haïti qui est marqué par la violence. «Nous avons recouru à la violence pour arracher la liberté, il y a plus de 200 ans, et nous avons maintenu la logique de la violence pendant toute notre histoire de peuple. On arrive au pouvoir par la violence, on garde le pouvoir par la violence, on lutte contre le pouvoir par la violence. Nous violentons notre environnement, nous violentons l\'Etat et ses institutions», a déploré avec amertume le Chef de l\'Etat qui a mis le pays en face des résultats de la violence chronique: disparition de sa couverture végétale, catastrophes naturelles, guerre fratricide, faiblesses institutionnelles. \"L\'heure est venue de renverser la tendance par la réconciliation et le dialogue national: nécessité exprimée de différentes manières: \"Conférence nationale\", \"nouveau contrat social\", etc. d\'après M. Alexandre. Remerciant tous les secteurs qui se sont montrés intéressés et disposés à s\'impliquer dans le processus du grand \"chita tande nationa\", le président Alexandre a adressé un mot spécial à ses amis de la Communauté internationale qui n\'ont de cesse d\'encourager son équipe sur la voie du dialogue tant nécessaire. «Qu\'est-ce qui nous sépare? Qu\'est-ce qui nous unit?», s\'est-il interrogé en stigmatisant l\'attitude presque commune des Haïtiens qui traînent depuis des siècles leurs démons de couleur. «Nos discours et parfois nos comportements divisent la nation entre celles et ceux à peau claire, à peau moins claire et à peau noire. Nous exploitons, selon les circonstances, les époques et les lieux, ces différences à des fins politiques ou même économiques. Et la question de la nuance épidermique devient une pomme de discorde entre les filles et les fils d\'une même nation», a souligné avec amertume le Chef de l\'Etat qui a invité le peuple haïtien à trouver dans sa diversité épidermique l\'unité qui doit faire la force de la nation. «Il faut jeter des ponts et combler les fossés», a-t-il suggéré. «La nation haïtienne se trouve à l\'heure des grands choix de son histoire. Nous pouvons tout perdre nous tous ensemble comme nous pouvons tout gagner nous tous ensemble. Gagnons ensemble», a conclu le président provisoire, Me Boniface Alexandre, qui a exhorté les Haïtiens à se regarder dans les yeux et à dialoguer pour réaliser l\'union sacrée pouvant ouvrir la nouvelle ère haïtienne. Pour sa part, le chef du Cabinet de la Présidence, Michel P. Brunache, dans son allocution de circonstance, a rendu hommage au regretté Harold Brézault, journaliste-graphiste du journal Le Nouvelliste assassiné en février 2005 et qui avait participé au concours de logo pour le lancement du processus de dialogue national. «Comme les parents de Brézault, beaucoup de parents pleurent un peu partout à travers le pays, dans les quartiers huppés comme dans les quartiers populaires», a-t-il indiqué en faisant ressortir le fait que tous les Haïtiens sont assoiffés de justice. Très favorable à l\'idée de dialogue préconisée par le Chef de l\'Etat, M. Brunache a fait savoir que le dialogue doit nous permettre d\'aller vers un changement véritable. «Les Haïtiens se sont donné la peine de se rencontrer, de s\'écouter, d\'échanger leurs opinions sur des questions fondamentales relatives à l\'avenir du pays. Par le dialogue franc et sincère, nous pouvons poser les vrais diagnostics et élaborer ensemble les vraies solutions», a-t-il fait remarquer en montrant l\'importance du dialogue dont d\'autres intervenants ont fait ressortir les principales vertus. Plusieurs secteurs de la vie nationale ont répondu à l\'invitation: la société civile, l\'ancienne opposition, les militaires démobilisés, les duvaliéristes, mais aussi le parti Fanmi Lavalas ont été représentés. La cérémonie, déroulée en présence des membres du Corps diplomatique, de représentants d\'organisations et agences internationales, des membres du Conseil des Sages et de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, de grands commis de l\'Etat, donne à penser que le temps du dialogue entre les Haïtiens est venu. Malgré les enjeux. Un Pacte de vivre ensemble Le dialogue préconisé par le président Boniface Alexandre a pour but de conclure un pacte de vivre ensemble qui devra servir de guide vers un nouveau modèle de société à l\'aube du 3e centenaire de l\'Indépendance nationale. Comme indiqué par arrêté présidentiel en date du 31 mars 2005, les objectifs et les buts de ce dialogue sont définis et ses organes ne pourront modifier ni la forme du gouvernement de transition ni le consensus du 4 avril 2004 ni le calendrier électoral, encore moins la Constitution (art-3). Buts et objectifs du dialogue Ce long processus inclusif de concertation aura la vertu de créer, à court terme, un espace d\'échanges et de convivialité entre tous les membres de la famille haïtienne où qu\'ils se trouvent et à quelque secteur qu\'ils appartiennent. Il intégrera tous les Haïtiens dans un processus de paix, de réconciliation, de reconstruction et de renouveau de la nation. Il garantira la gouvernabilité du pays après le déroulement des élections et devra promouvoir une ère de tolérance et de solidarité interhaïtienne. A moyen et à long terme, «le dialogue permettra de dégager une vision claire du développement national dans des domaines spécifiques: politique, économique, social, culturel et spatial». De la promotion du dialogue Une Commission préparatoire indépendante de douze (12) membres sera formé à l\'initiative de l\'Exécutif pour promouvoir l\'idée du dialogue à travers le pays et dans les communautés haïtiennes à l\'étranger. Deux (2) représentants de l\'Exécutif, trois (3) représentants issus respectivement des grands courants religieux du pays (catholique, protestant et vodou) et des secteurs de la société civile y compris le secteur féminin, mais aussi quatre représentants des différentes sensibilités politiques feront partie de cette entité, d\'après l\'arrêté qui définit au passage les tâches de la Commission préparatoire. Des organes du dialogue et son opérationnalisation Le dialogue est doté de trois (3) organes principaux: un comité de pilotage, un secrétariat technique et une assemblée. Des organes subsidiaires seront éventuellement créés pour venir à leur appui. Ils travaillent aux niveaux communal, départemental et national. Pour être opérationnel, le dialogue sera soutenu par une campagne publicitaire et doit servir de base aux discussions dans les journées de réflexions qui se tiendront avec les populations des villes et sections communales du pays où les effets du processus se feront pratiquement sentir. La participation effective des secteurs vivant dans les régions traditionnellement exclues ou marginalisées est nécessaire. Seront organisées des tables de concertation sectorielles nationales d\'où ressortira le document titré «Processus du Dialogue». «A la fin du processus, une date sera proposée au gouvernement par le Comité de Pilotage pour la convocation de l\'Assemblée en séance plénière en vue de valider les documents adoptés par la Table de concertation multisectorielle nationale prévue dans le «Processus du dialogue». Les actes de l\'assemblée présentés sous forme de résolutions couvrant les domaines susmentionnés, constitueront l\'expression de la volonté de la nation». Ils seront soumis à l\'autorité compétente pour suites utiles dans l\'intérêt du pays. Un bel euphémisme, somme toute, que le \"dialogue national\" lancé et préconisé par le président provisoire de la République, Me Boniface Alexandre, à la veille des élections. Sera-t-il entendu? Attendons voir !
Robenson Bernard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".