UNIFA : la semaine scientifique bouclée, étudiants et responsables satisfaits

Publié le 2017-05-22 | lenouvelliste.com

L'université de la Fondation Docteur Aristide a clôturé, ce vendredi 19 mai, la troisième édition de la Semaine scientifique en présence d'éminentes personnalités de l'intelligentsia haïtienne dont les professeurs Jacky Lumarque, Jacques Édouard Alexis et l'ex-candidate à la présidence, le Dr Maryse Narcisse. Du beau monde était venu applaudir les conférenciers dans une grande salle pleine à déborder. À l'instar des quatre premières journées de l'événement, les organisateurs ont maintenu la tradition de gâter les étudiants de l'Unifa en leur offrant la possibilité d'échanger avec de belles têtes sur la réalité des urgences en Haïti. « L'Uniq et l'Unifa sont les seules institutions d'enseignement supérieur privées du pays qui ne s'adonnent pas à des activités de profit », a d'entrée de jeu déclaré le professeur Jacky Lumarque comme pour louer l'initiative de mettre sur pied cette passerelle de dialogues et d'échanges entre les étudiants et les professeurs sur certains sujets d'intérêt public. Il conseille, en ce sens, aux autres institutions d'enseignement supérieur de suivre cette trace en organisant de manière régulière des séries de conférences au profit des étudiants qui sont appelés à assurer la relève. Dans son intervention, le professeur Lumarque, tout en restant dans les limites du thème retenu pour l'activité à savoir « les urgences en Haïti, la réalité », évoque tout un ensemble de secteurs qui devraient être considérés comme des urgences nationales. Parmi les secteurs énumérés par le recteur de l'Université Quisqueya figurent l'éducation, la santé, etc. Se basant sur une enquête réalisée récemment, il déplore l'indisponibilité des services sanitaires ainsi que des médecins sur tout le territoire. « La majorité de ces services et spécialistes restent coincés dans la capitale, alors qu'il n'y en a presque pas dans le reste du pays », indique le professeur Jacky Lumarque qui voit en cela un malaise grave qui suscite une intervention en urgence. Il a plaidé pour que les institutions universitaires deviennent des institutions de service public plus efficaces. En ce sens, il s'insurge contre ceux qui disent que toutes les universités qui ont une faculté de médecine doivent avoir leur propre hôpital universitaire. Cette idée répandue par des étudiants des universités publiques concernant les stages à l'hôpital de l'Université d'État d'Haiti est balayée par M. Lumarque. Selon lui, l'État doit garantir des stages aux étudiants en médecine. Il y a urgence à tout point de vue. « Mais, que faire? ». C'est à cette question que le professeur Lumarque invite tout le monde à répondre afin de sortir le pays du marasme. Il insiste qu'il y a non seulement urgence d'agir, mais encore il y a urgence de réfléchir. Le recteur de l'Uniq a ainsi exhorté les étudiants à s'engager dans cette bataille au bénéfice de leur pays. De son côté, le professeur Evens Emmanuel, qui estime que les catastrophes naturelles en cascade que connaît le pays ces derniers jours, la dégradation à outrance de notre environnement et le réchauffement climatique sont autant de motifs de cette urgence évoquée par le vice-recteur de l'Uniq. Cela devra porter tout le monde à la réflexion, croit savoir Evens Emmanuel, arguant que compte tenu de la transversalité de l'environnement, l'existence d'un problème en matière environnementale affectera nécessairement tous les autres secteurs de la vie nationale. Pour prévenir le pire, le professeur Emmanuel invite tout un chacun à mener une lutte en permanence pour sensibiliser la population à protéger les ressources environnementales. Il estime que des mesures drastiques doivent être prises au plus haut niveau de l'État. Enfin, le professeur signale que l'université a un important rôle à jouer en ce sens.


Réagir à cet article