Environnement / tourisme

La grotte Marie-Jeanne: un joyau ignoré

Publié le 2005-04-05 | Le Nouvelliste

A vingt minutes de marche de l\'église de Port-à-Piment, dans les mornes environnant la ville, la grotte Marie-Jeanne dissimule son entrée sous un masque de broussaille. Difficilement accessible, la première salle que l\'on surnomme « la salle d\'attente » est d\'une dimension impressionnante surtout pour ceux qui n\'ont encore aucune idée de l\'immensité des autres chambres à côté desquelles elle parait ridiculement petite. Les parois calcaires sont propices à la formation de stalagtites qui confèrent à l\'espace un aspect des plus grandioses. Et dans les salles intérieures, où l\'obscurité règne en maître, la lueur des bougies allumées par les visiteurs crée en se reflétant sur les parois un spectacle féerique. Ignoré du grand public, cette grotte, la plus vaste de la Caraïbe, s\'étend sur trois niveaux, seul le niveau intermédiaire étant accessible pour le moment. Les dix-sept « chambres » qui constituent ce palier occupent un espace de plusieurs dizaines de milliers de mètres cubes. La grotte Marie-Jeanne qui est, jusqu\'à nouvel ordre, la plus grande curiosité géologique et éco-touristique du bassin de la Caraïbe a toujours été et demeure complètement ignorée par les autorités locales qui, malheureusement, ne semblent avoir ni la volonté, ni la capacité de mener une étude sérieuse sur la structure physique du site. Au moins, pourraient-elles faire l\'effort de le répertorier et de le protéger. Faire appel aux compétences de spéléologues étrangers ne constitue sûrement pas la meilleure solution, vu la façon dont nous nous faisons généralement berner par les experts étrangers qui pillent nos richesses et soumettent les résultats complets de leurs travaux d\'études et de recherches à leur gouvernement respectif, se contentant de nous faire don, à nous les principaux intéressés, d\'un résumé sommaire qui, généralement, ne nous sert pas à grand-chose. Cependant, vu l\'ampleur du travail à réaliser, il serait peut-être important de solliciter la collaboration d\'organismes étrangers et internationaux tels que la « National Geographic Institute » ou l\'UNESCO pour sauvegarder et valoriser ce qui, d\'ores et déjà, appartient au patrimoine universel. Protégé et mis en valeur par la bonne volonté de simples citoyens tels que Duncombe Saurel, directeur du Centre d\'Etudes St-Michel de Port-à-Piment, et Edel Moïse, ancien maire de la ville sous la présidence de René Garcia Préval, la grotte, située sur l\'habitation de la famille Peck, aurait reçu, il y a plus de dix ans, la visite d\'un groupe de spéléologues ( ?) canadiens appartenant tous à la même famille (bizarre, non ?), les Onésine, sans même l\'autorisation ou l\'approbation des autorités locales. A l\'époque, l\'armée qui existait encore, était intervenue et avait cerné l\'entrée de la grotte pour savoir ce qui justifiait un séjour de plus de soixante-douze heures de la famille Onésine à l\'intérieur de celle-ci. Arrêtés, ces Canadiens ont été relâchés après interrogatoire et les résultats de l\'enquête sont restés confidentiels. Mal protégé, le site est malheureusement souillé par des visiteurs non éduqués, ignorant les conséquences de leurs actes, qui laissent, derrière eux, graffitis et déchets non biodégrables. Dans cette grotte qui a servi de refuge à des flibustiers, du temps de la colonie, Duncombe Saurel a vainement cherché des traces de l\'époque précolombienne. Il n\'est cependant pas à exclure que ces traces existent, vu que M. Saurel n\'a pour tout instrument de recherche que ses yeux et une torche électrique. Il serait souhaitable que les instances concernées prennent les dispositions nécessaires conjointement avec le Bureau d\'éthnologie (qui est la seule institution à manifester de l\'intérêt pour la grotte) afin de mettre en place un comité de gestion de ce site qui, exploité correctement, permettrait le développement de la ville de Port-à-Piment (département du Sud) et de ses environs. Il est à espérer que ceux qui peuvent intervenir sur ce dossier se rendent sur place pour voir, « de leurs propres yeux », ce qui vaut la peine d\'être vu. Peut-être que l\'un d\'entre eux tomberait amoureux de la ville la plus souriante d\'Haïti et de sa grotte et ferait le nécessaire pour leur épargner la dégradation générale qui affecte notre pays qui a cessé depuis belle lurette d\'être « la perle des Antilles ». Puisque c\'est ainsi que les choses fonctionnent dans notre pays, il y a encore un espoir qu\'un coup de coeur sauve la grotte Marie-Jeanne. Nous ne nous faisons pas d\'illusions. Nous essayons simplement d\'imaginer..., quand nous voyons ce que font nos voisins avec le peu qu\'ils ont comme sites attrayants. Essayons d\'imaginer que cette grotte se trouve chez nos voisins...Peut-être que nous payerions très cher pour la visiter et que nous reviendrions chez nous pour en parler comme de la huitième merveille du monde. Essayons d\'imaginer qu\'elle est à nous et que nous pouvons en faire quelque chose de grand et de noble en nous occupant, pour une fois, de ce qui est important! Nous gagnerions à faire un effort pour protéger cet héritage que nous gaspillons et souillons depuis deux cents ans.
Patrice-Manuel Lerebours Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".