Insécurité/entreprise

Manifestation et insécurité : un cocktail nocif pour les entreprises

Publié le 2005-03-31 | Le Nouvelliste

Depuis plus d'une semaine, l'insécurité va en grandissant dans la capitale et dans toute la zone métropolitaine. La commune de Delmas a particulièrement été frappée de plein fouet. Les tirs d'armes à feu, les manifestations politiques répétées et les incendies de véhicules opérés dans la zone ont eu pour résultat la réduction des fréquentations dans certaines artères de cette zone réputée commerciale voire industrielle. Il ne fait pas l'ombre d'un doute qu'une bonne partie de la route de Delmas est réputée commerciale, voire industrielle. Cette nouvelle vague d'insécurité qui mine les activités oblige les commerçants et autres entrepreneurs à baisser leurs rideaux de fer plus tôt que prévu ou à restreindre leurs activités, ce, pour échapper aux actions punitives des bandits qui semblent agir avec une précision et une quiétude déconcertantes. Les unités spécialisées de la Police nationale postées dans les rues après les actes de terreur sont loin d'avoir la confiance des riverains qui vident littéralement les rues. La peur se lit sur tous les visages, au moindre tir d'armes à feu, les passants pris de panique se mettent à couvert et font vite, très vite de rentrer chez eux. Déjà, des entrepreneurs de différents secteurs craignent la persistance de cette situation peu sûre et défavorable à la relance de l'économie nationale durement frappée par les événements consécutifs au 29 février 2004. Ces entrepreneurs en question redoutent le pire, car si ces actes persistent, la reprise économique, la croissance et l'investissement recevraient un coup de massue qui pourrait même détruire les composantes déjà moribondes d'un système économique dépendant. Dans la liste déjà très longue d'entrepreneurs victimes ou emportés par l'insécurité, on peut citer le cas de Rodolphe Solage, propriétaire du Market Saint Pierre à Pétion-Ville, qui a été assassiné à l'intérieur même de son entreprise le mercredi 16 mars 2005. Le même jour, l'ingénieur Hans Emmanuel a été tué suite à une agression menée par des individus armés à la Rue Mackandal, dans la zone de Delmas 19. Dans le souci de cracher leur colère, les associations commerciales et patronales d'Haïti, dont la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti (CCIH), l'Association des Industries d'Haïti (ADIH), la Chambre de Commerce Haitiano-américaine (AMCHAM),avaient décrété la journée du samedi 19 mars : journée de deuil et de protestation. Cette journée a été respectée à la lettre mais l'insécurité continue de poursuivre sa chevauchée. Toujours à Delmas, le siège central du Conseil électoral provisoire a essuyé en plein midi, le mardi 29 mars 2005, des tirs d'armes de tout calibre qui a endommagé un transformateur électrique situé dans les contours de l'institution électorale. C'est la deuxième fois en moins d'une semaine que le CEP est victime d'attaques armées. Le vendredi 25 mars, (vendredi saint traditionnellement très calme en Haïti) une grenade à fragmentation a été lancée contre les clôtures du local abritant l'institution. A Delmas 33, le lundi 28 mars, deux policiers affectés à la direction de l'Autorité Portuaire Nationale (APN) et un chauffeur ont été retrouvés criblés de balles et calcinés. Le véhicule qui les transportait (une Nissan Patrol de couleur blanche) a été aussi incendié. Les images de ce drame présentées à la télévision et dans les journaux ont créé la stupeur dans la cité. Les habitants de Delmas continuent à vivre la peur dans les entrailles. Les commerçants, hommes et femmes d'affaires, ne disposant pas davantage que leur protestation assistent impuissants au repli de leurs activités. Ne peut-on pas se questionner sur cette délocalisation du noyau de l'insécurité qui sévissait dépuis le 30 septembre 2005 non loin du centre-ville de Port-au-Prince? Que se passerait-il si cette zone industrielle et commerciale n'arriverait pas à fonctionner ?
Dieudonné Joachim joachimdieudonne@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".