Je boirai bientôt du jus d'orange venant de Marmelade

Publié le 2005-03-11 | Le Nouvelliste

Parle-moi du projet de Marmelade ? Mon informateur m'a regardé avec un regard interrogateur. Comme quoi, j'ai posé une question qui sous- entend une autre : il existe, nous fait-il remarquer, deux projets à Marmelade : Projet FACN-MARNDR (Fédération des Associations Caféières Natives) implanté en l'an 2000 bâti sur dix (10) hectares de terre qui comprend le complexe agro-industriel Jean L. Dominique : trois (3) usines de production, un atelier-école, un bâtiment administratif, un auditorium, résidences des techniciens, etc. En outre, les visiteurs haïtiens ou étrangers qui séjournent à Marmelade peuvent dormir à la FACN. L'autre projet FAO-MARNDR coiffé également par le ministère de l'Agriculture travaille sur la protection de l'environnement et la gouvernance locale, avec un financement canadien dans sa deuxième phase d'exécution. Alors que FACN-MARNDR s'occupe de différentes filières : café -le fameux café Haitian Bleu-, bambou, citrus (orange, chadèque) dans le cadre de la coopération haitiano-taiwanaise. Devant notre insistance à savoir les raisons qui ont entretenu une telle confusion dans les esprits, étant donné que ce sont deux projets avec des sources de financement et approches différentes, mon interlocuteur m'a répondu que c'est un problème de visibilité. La FACN devrait fournir davantage d'informations sur ses sites d'intervention et installations dans tous les coins et recoins de Marmelade et ses localités environnantes. « Ce que nous allons faire », conclut-il, sur un ton de décision arrêtée. Du jus d'orange ou de chadèque Questionné sur le fait que les récoltes de citrus se gaspillent à Marmelade et ses environs quand on est en saison de production, notre informateur, avec un sourire rassurant, nous a déclaré péremptoirement : cela ne va plus se produire, car de mars à septembre 2005 pour la prochaine campagne, le projet aura le temps de récupérer de la douane les équipements déjà arrivés en vue de la transformation des citrus en jus simple. J'aurai alors le plaisir de boire du jus d'orange ou de chadèque venant de Marmelade... Quelle est votre capacité installée ? On sera en mesure de traiter 25 mille tonnes. Si l'on s'étend sur les communes avoisinantes, cela peut faire 40 mille tonnes. Avec des équipements additionnels ? Bien sûr, nous a-t-il répondu. D'ailleurs, les équipements auront cette possibilité d'extension. Quels autres avantages les gens de la localité et de ses environs pourront-ils tirer de ce projet? Notre question lui a, sans doute, inspiré. Une chaîne de production sera engrangée, nous a-t-il laissé entendre, avec l'installation de ces équipements mécaniques : capacité de conservation (congélation) du jus durant dix-huit (18) mois ; des sous-produits seront tirés de la transformation du citrus : jus primaire, huiles essentielles pour la fabrication de parfum, des tourteaux pour l'alimentation animale dont la production laitière ; ces animaux produiront, à leur tour, des déchets pour l'agriculture, et d'autres produits comme la viande. La culture en montagne sera valorisée pour la protection de l'environnement. Pour installer ces équipements, il faut signaler, a ajouté notre interlocuteur, que nous avons fait appel à la technologie cubaine utilisée généralement dans le monde. Les techniciens cubains viendront installer et roder nos techniciens pendant un an en s'assurant du transfert de technologie pendant cette période. En outre, cela va générer un impact sur la production et l'économie locales et ses environs, tout en augmentant les revenus des paysans dans le milieu. Du bambou indigène à la touche haïtienne. A quand la prochaine foire de bambou au complexe Bambou sur la route de Tabarre ? Au lieu d'éviter ma question, mon informateur m'a répondu, avec un sentiment de satisfaction : « Nous avons des commandes en lice qu'il nous faut d'abord honorer ». Il a ajouté qu'une équipe de Recherche et Développement conduite par Mme Régine Fabius, Architecte de décoration intérieure comme Consultante à la FACN travaille et expérimente de nouveaux modèles de meubles et articles en bambou qui sont exposés au complexe Bambou, sur la route de Tabarre (zone Torcelles) au plaisir et à la sagacité des clients pour leurs appréciations et critiques. Ils peuvent venir admirer et critiquer, cela nous ferait grand plaisir... Pourquoi a-t-on pris beaucoup de temps pour répondre aux commandes de la clientèle? Le système de traitement traditionnel du bambou prenait de douze à treize semaines environ, nous fait-il savoir. Aujourd'hui, avec le nouveau système de traitement à vapeur avec séchoir mécanique que nous allons mettre en place - ces équipements modernes sont déjà dédouanés pour le traitement du bambou - cinq (5) à six (6) jours suffisent. Le délai d'exécution des commandes sera réduit énormément. Ce qui va nous permettre de produire des meubles en série et satisfaire les commandes de nos clients qui nous viennent de tous les secteurs de la vie nationale. Le café traité à Marmelade La FACN- MARNDR a investi dans des équipements ultramodernes venus du Brésil pour monter l'usine de traitement final du café à Marmelade. A partir du 8 mars, les activités vont démarrer. Le café produit à Marmelade et dans le grand Nord sera traité sur place pour l'exportation, au lieu d'être transféré jusqu'à Tomb Gato à Jacmel. En outre, la technologie brésilienne permettra de finaliser le traitement du café lavé. Quant au traitement du café pilé ou café naturel, le paysan devant son pilon sera, enfin, suppléé et remplacé par l'usine de traitement mécanique. L'esprit de Marmelade Marmelade attend, sans doute, une nouvelle extension du projet. Un expert qui évolue dans les girons du projet avait partagé, avec nous, ses inquiétudes au sujet de l'avenir dudit projet : « Les cinq premières années d'exécution du projet ne sont pas suffisantes pour consolider les acquis de cette première phase et de permettre à la communauté de prendre en charge la gestion du projet. » Pour la deuxième phase, en cours d'exécution, le gouvernement haïtien va-t-il négocier avec le gouvernement taiwanais pour une nouvelle extension ? Ce sera un bain de Jouvence pour les associations de planteurs de Marmelade.
Wébert Lahens webblahens@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article