Gonaïves jetée « aux oubliettes »

Publié le 2005-01-05 | Le Nouvelliste

Dégoûté et embarrassé par les égouts non curés et les eaux boueuses infestées de moustiques, environ quatre mois après la dépression tropicale Jeanne, le Maire des Gonaïves, Calixte Valentin a jeté l\'éponge. Chahuté par des centaines d\'administrés mobilisés à l\'occasion de la commémoration du 201ème anniversaire de la proclamation de l\'Indépendance nationale, le chef de la Mairie n\'aurait pas agi sur un coup de tête. Comblé de honte devant l\'acharnement des manifestants, le Maire avait déjà menacé de se retirer s\'il « ne trouve pas les moyens de répondre aux complaintes des administrés ». La ville qui ne se remet pas encore du cauchemar du 19 septembre est comme « jetée aux oubliettes », se lamente un ancien correspondant de presse, travaillant pour le compte d\'une organisation de parrainage des enfants en difficulté. « Depuis la catastrophe provoquée par le raz-de-marée de l\'Asie, les regards des organismes internationaux ne sont plus fixés sur la ville où fut proclamée l\'Indépendance nationale », a constaté le journaliste joint au téléphone. Gonaïves demeure sous la pression constante des moindres averses. La principale route menant vers le Nord, l\'Avenue des Dattes, a été submergée le 30 décembre dernier. Ces eaux boueuses rendent impraticables certaines artères de la ville. « C\'est dans ce décor que le chef de l\'Etat et son Premier ministre ont marqué la fête de l\'Indépendance et du Jour de l\'An », a rapporté notre interlocuteur. L\'assainissement de la ville, les rations pour les familles et les soins de santé préoccupent toujours les groupes organisés. « Si, pour se protéger contre la poussière infecte des rues de la ville, il faut porter un cache-nez et des lunettes, en revanche, il est visible à l\'oeil nu que la gestion de la situation post-cyclonique par les entités étatiques ou non, est catastrophique ; à en juger d\'abord par les promesses non tenues du pouvoir, les unes plus mirobolantes que les autres », a déploré le Comité de support à la ville des Gonaïves (Cosuvigo) dans une lettre ouverte au président Boniface Alexandre. L\'eau potable depuis le drame n\'arrive qu\'en bouteille et les téléphones de la compagnie de l\'Etat (Téléco) demeurent inopérants dans la ville. La compagnie électrique gravement endommagée par la dépression tropicale du 19 septembre « ne fournit que quelques heures d\'électricité aux habitants, en dépit d\'un contrat mensuel de seize millions de gourdes, liant l\'Etat haïtien à la compagnie privée Sogener », a précisé l\'organisation regroupant, entre autres, quelques anciens responsables de la radio privée Trans-Artibonite. « Si les Gonaïviens continuent longtemps encore à payer les conséquences de la catastrophe, les conditions sont plus que jamais réunies pour une autre catastrophe d\'une plus grande ampleur », préviennent les signataires de la lettre dont Luc Dessalines et Jacky Jean-Noël. « Toutes les infrastructures d\'irrigation et de drainage de la plaine, en amont de la ville, réhabilitées -il y a de cela dix ans- par des organismes internationaux et l\'Etat dont l\'Unité centrale de gestion, sont endommagées ou détruites », rappellent, le coeur endolori, les responsables du comité de support. La gestion des dons destinés aux victimes du cyclone, canalisés vers la Croix Rouge haïtienne, est, par ailleurs, mise en doute par le COSUVIGO. Ces aides « sont séquestrées à Port-au-Prince par l\'équipe du Dr Michaelle Amédée Gédéon (Ndlr : Présidente de la Croix-rouge haïtienne) qui tente de réaliser des distributions trompe-l\'oeil parallèlement à la Croix-Rouge locale, en utilisant des personnes de moralité douteuse, décriées par la population, dénoncées par des organisations internationales et mises à l\'écart par la Croix rouge des Gonaïves », accuse le Comité de support à la ville des Gonaïves. L\'ancien ministre de la Santé publique et de la population qui a accédé à la présidence de la Croix-Rouge nationale, résiste cependant aux multiples organisations qui mettent à rude épreuve sa gestion. Mme Amédée a juré ses grands dieux que les dons administrés par son organisation n\'ont pas été détournés. Le pouvoir central a toujours eu une certaine confiance en cette organisation. Le chef de l\'Etat, qui a été à Washington en septembre dernier et qui avait refusé deux chèques de l\'OEA (Organisation des Etats américains) et du PADF avait conseillé de canaliser ces aides à la Croix-Rouge haïtienne. La gestion des dégâts causés par la dépression tropicale Jeanne, a déjà coûté à un ancien ministre des Travaux publics son poste au sein du gouvernement de transition. L\'inertie de ce dernier a été reprochée par la présidence. « Autant de fois que la gestion de la situation des Gonaïves n\'est pas satisfaisante, nous opérerons des changements », avait menacé le président provisoire. Plus de quatre millions de gourdes ont été décaissées pour assainir la ville. Quelque 250 équipes ont été constituées pour le centre-ville et 50 autres pour les sections communales. Et voilà Gonaïves, avec des enfants traumatisés, des familles endeuillées.
Claude Gilles Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".