Dits et non dits

Publié le 2004-12-01 | Le Nouvelliste

Powell ou le chant du cygne Au moment de tirer sa révérence à la Diplomatie américaine, Collin Powell effectue en Haïti une visite moins officielle qu\'amicale... Moins officielle parce qu\'il n\'aura bientôt plus de voix au chapitre après avoir remis le maillet à son remplaçant. Amicale parce qu\'il tenait à ne pas abandonner un ami dans le malheur. N\'a-t-il pas toujours témoigné une grande sollicitude à notre Premier ministre malgré le rappel de notre ambassadeur à la jamaïque. Et puis n\'a-t-il pas fallu qu\'il vînt sur place pour se rendre compte de la gravité de la situation en Haïti ? Vous en rendez-vous compte amis lecteurs : notre Palais national devenu la cible de zengledos et autres « chimès » au moment où un haut dignitaire de l\'administration américaine parlemente avec les officiels haïtiens. Le Palais national à forte concentration d\'armes et de soldats de tous poils. Le Palais voisin des casernes et de la police ! En d\'autres temps il ne devrait rester aucun des assaillants vivants sur le macadam puisque la circulation a été interdite très tôt dans tout le périmètre du Champ de Mars depuis sept heures du matin. Sauf pour les journalistes qui ont été convoqués pour huit heures du matin. Mes collègues du Nouvelliste et moi qui devions couvrir cette rencontre n\'en ont été avertis qu\'à neuf heures du matin alors que l\'accès du Palais était fermé à tout cortège non officiel. Quoi qu\'il en soit, M. Powell a vu de ses yeux que les « chimès » n\'étaient pas des personnages de théâtre en carton-pâte même si ces « minus » de la Minustah n\'arrivent pas à leur inspirer une grande frayeur. Que voulez-vous ? Un ambassadeur d\'un pays ami n\'a-t-il pas repeté - pour être bien compris des « chimès » qui eux viennent pour tuer - que la Minustah n\'est pas ici pour se faire tuer..? Bref, de part et d \'autres des belligérants, les rôles ont été bien tenus. Il s\'agissait d\'effrayer et le but est ateint : cette petite guerre d\'escarmouche qui a tout de même occasionné quelques victimes aura fait la une des médias. Aristide aurait ri dans sa barbe s\'il en avait et le gouvernement provisoire dont les jours étaient comptés selon les pessimistes pourrait reprendre du poil de la bête : une aide massive viendra mettre les pendules à l\'heure. Il reste que Powell aurait déclaré irréaliste l\'enrôlement des officiers démobilisés avant les élections de 2005. et dans ce cas précis, on voit mal les actuels enrôlés que le public accuse de tous les maux : kidnappings, assassinat et autres méfaits imputés aux « chimès » renoncer à leur \"gagne pain\" exécuté en toute impunité. En cas de pépin pour le gouvernement, Powell n\'a-t-il pas promis d\'être le plus ardent défenseur du gouvernement intérimaire ? Hôte encombrant pour Président encombré Le Président Aristide va avoir du souci à se faire. Une des plus grandes personnalités d\'Afrique du Sud l\'archevêque du Cap, Desmond Tutu, qui mena une lutte pacifique contre l\'apartheid et décrocha le prix Nobel de la Paix en 1984 vient d\'accuser le régime de son hôte le Président Tabo Mbeki de mener une mauvaise politique consistant à appauvrir d\'avantage les plus pauvres tout en compromettant l\'avenir de l\'Afrique du Sud par une politique sectaire. De là à ce que l\'opposition remettre en question l\'hebergement par Mbeki d\'un collègue qui ne fait pas non plus l\'unanimité dans son pays! Parions que l\'opposition sudafricaine va enfourcher ce dada! Une loi pour bloquer le compte bancaire des kidnappés? A priori cette idée suggérée par un grand homme d\'affaires pourrait paraître saugrenue parce qu\'il y va de la vie des kidnappés qu\'on expose à la vindicte des kidnappeurs. De plus, les kidnappés sont généralement des commerçants ou autres nantis dont les capitaux alimentent le business. En bloquant les comptes, tout est paralysé. Toutefois en parlant du principe que : « là où il n\'y a rien, le roi lui-même perd ses droits », cette loi peut être dissuasive, car on n\'a plus les moyens de payer la rançon. C\'est l\'Etat le responsable et non la famille du kidnappé...? De toute façon, et quelles que soit les dispositions prises pour juguler ces kidnappages devenus trop fréquents et ruineux pour des gens qui ont gagné leur argent à la sueur de leur front, l\'Etat a pour devoir d\'agir. Le kidnapping est la forme la plus terrible et la plus odieuse du vol puisqu\'il fait miroiter l\'assassinat ou la torture souvent les deux, si on refuse de payer la rançon... De plus si l\'on s\'en tient au constat de Proudhon qui pense que « les hommes qui ignorent le plus complètement l\'état d\'un pays sont presque toujours ceux qui le représentent », pourquoi ne pas autoriser des sociétés privées à créer des corps de policiers préposés à la solution du problème des kidnappages? Quelle que soit la solution adoptée, il faut agir et le plus vite que possible, car c\'est l\'un des plus graves problèmes auquel est confronté le gouvernement Boniface - Latortue. Je sais qu\'il n\'est pas facile à résoudre : la Colombie plus riche qu\'à Haïti et mieux équipée que nous n\'est pas encore parvenue à mâter les kidnappeurs. En Irak c\'est l\'arme maîtresse des opposants. En Haïti, on en serait à moins de kidnappages si dès le début on n\'avait pas fait de quartier à ces scélérats... Imaginez, en effet, la remise de la rançon. C\'est l\'occasion rêvée pour, sinon, exécuter sur l\'heure les complices, mais suivre leurs traces... La DDO a déjà démontré son efficacité dans moult cas de ce genre... Qu\'elle communique aux autres corps de police les ficelles de leur métier afin que le kidnappé jouisse de l\'application de cette pensée de Klossowski : « Ce qui arrive dans le monde n\'arrive à personne, mais quelque chose arrive à quelqu\'un vaut pour tout ce qui arrive dans le monde ». Retour du Premier ministre Latortue M. Latortue vient à peine de regagner la Primature, mardi 30 nov. en cours qu\'il doit préparer l\'arrivée de l\'ex-secrétaire d\'Etat aux Affaires étrangères M. Collin Powell qui vient probablement renouveler la confiance du Président Bush à l\'endroit de l\'équipe dirigeante dont la popularité subit les contrecoups de l\'insécurité qui prévaut en Haïti. M. Powell verra-t-il la nécessité d\'envoyer des troupes américaines pour mâter les bandits ou fournir les armes , munitions et instructeurs aux anciens militaires des FAd\'H qui se font fort de ramener l\'ordre dans le pays? N\'est-on pas arrivé à ce stade où quelle que soit la solution, la victoire sur l\'insécurité l\'emporte sur tous les autres problèmes? Tronçon casse-cou Ce tronçon qui longe l\'Eglise St Pierre jusqu\'au supermarché Apollo Metzgery est dans un état tel que les lecteurs m\'ont prié d\'intervenir. Renseignements pris, la Mairie de Pétion-Ville ou les TPTC, deux madrés complices qui se rejettent souvent les torts - doivent attendre que la Camep achève ses travaux de canalisation d\'eau potable avant de poursuivre la réfection et l\'asphaltage de ce tronçon le plus important de Pétion-Ville... Pourvu que ça ne dure pas trop! Sucre amer Selon RFI, on vient de découvrir que la culture de la canne à sucre menace la biodiversité des régions où elle se pratique. C\'est sans doute pour cette raison que depuis Jean-Claude Duvalier jusqu\'au Président par intérim Boniface, les gouvernements haïtiens ne s\'intéressent pas à nos usines sucrières et préfèrent gaspiller nos précieuses devises dans l\'importation du sucre de canne. Cette rumeur a, par ailleurs, été démentie par d\'autres voix autorisées et si nous nous tournons vers ces pays où se pratique la culture intensive de la canne à sucre, ils sont tous mieux lotis qu\'Haïti dont les habitants cherchent toujours une excuse à leurs bévues. Le Parc national de Fond Parisien Sous ce titre, les « Dits » et Le Nouvelliste ont été les premiers à signaler (Le Nouvelliste du 31 Jan. 2003) la création sur le rivage du lac Azueï : la création d\'un parc national divisé en caciquats. Le sam. 20 nov. 2004, « le chef de l\'Etat - Haïti-Progrès dixit - a procédé au lancement de la foire éco-touristique bi-national à Fonds Parisien, en présence de représentants de la République Dominicaine et de divers secteurs économiques des deux pays. Compliments à ces deux fondations Fondtah (pour Haïti) et Cienca y Arte (pour la République Dominicaine), qui ont oeuvré pour créer ce projet d\'intérêt public. Le mot de la fin Quand la Croix-Rouge ne peut plus répondre aux appels d\'urgence à cause de l\'insécurité pour son personnel et ses chauffeurs (Mme Amedée Gédéon) - On mesure toute l\'étendue du désastre qui menace ce pays si nos gouvernants se montrent impuissants à réagir... « Li pa janm two ta pou chen me`g anraje » mais la rage n\'a-t-elle pas déjà gagné les chiens maigres? Nouvelles initiatives de la CHP C\'est sous ce titre que la « Cooperative Housing Foundation International » financée par la prestigieuse USAID, entreprend de doter les huit communes environnant la capitale de plusieurs centaines de poubelles pour la collecte des ordures ménagères et de tous déchets plastiques et autres cannettes en aluminium... Attention : les poubelles bleues placées près des écoles, des gares routières ou autres agglomérations sont réservées aux déchets plastiques, papiers ou autres, et des cannettes en aliminium. Les poubelles portant d\'autres couleurs recevront les ordures ménagères. Pour la manipulation de toutes ces poubelles, 1.100 employés seront affectés à la précollecte des déchets et leur vidange en décharge et d\'ici décembre 2004 le chiffre de 1.500 personnes sera déjà atteint. Nous nous rejouissons de toutes ces initiatives visant à nous faire respirer un air moins vicié dans un environnement profitable à tous les citoyens. Pensions liquidées Je viens d\'entendre sur les ondes que les pensions des ex-présidents vont être portées à 60.000 gdes soit l\'équivalent de 1578 US dollars par mois. Quels seront les bénéficiaires encore vivants depuis Jean-Claude Duvalier? 1) Namphy dont la rasade quotidienne de Whiskies est désormais assurée. 2) L\'ex-Président Manigat qui va combler son épouse de cadeaux pour qu\'elle retire sa candidature à la présidence. N\'est-elle pas, en effet, sa rivale la plus redoutable? 3) Le Président Aristide le pauvre qui va pouvoir payer des loyers à l\'Afrique du Sud pour ne pas être taxé de parasite. Mais aussi aménager des places publiques dans les ghettos de Pretoria. 4) Le Président Préval qui se fera un plaisir d\'offrir à son ami Castro une paire de béquilles et un \"walker\" pour l\'aider à bouger depuis sa récente chute. 5) Baby Doc dont les 800 millions se sont évaporés après 4 ans d\'exil et qui va pouvoir financer la campagne présidentielle de son ex-beau-frère Samir Mourra. Last but not least Prosper Avril qui va sûrement s\'opposer à une saisie arrêt de sa pension par l\'avocat américain Ira Kursband. Fort heureusement qu\'Aristide fait voir de toutes les couleurs à son défenseur... A un siècle d\'intervalle Deux Ernest furent congédiés de l\'établissement où ils poursuivaient leurs études... A Ernest Renan, le Supérieur écrivait: « Vous êtes un excellent jeune homme mais votre esprit n\'est pas ce qu\'il nous faut ; séparons-nous amis . Quel service puis-je vous rendre ? » Cent ans plus tard. A Ernst Bennett, le Directeur du Collège N. Dame du Perpétuel Secours écrivait après la publication de « Ce que chantent les vagues » : « Votre livre fait incontestablement honneur au collège à cause du prix d\'Excellence décerné dans mon pays et du retentissement mondial de sa publication. Néanmoins, vos idées étant contraires à celles de l\'établissement, nous sommes au regret de vous renvoyer à vos parents ». Je venais d\'avoir seize ans ! Gare aux éclairs dans les avions Depuis que je prends le jet pour relier un continent à l\'autre, je n\'ai jamais vu les passagers paniqués quand les éclairs suivis de tonnerres traversent la cabine. Tous nous croyions les avions équippés d\'infaillibles paratonnerres. Erreur, le 8 Décembre 1963, un total de 81 passagers d\'un Boeing 707 moururent lorsque l\'avion fut frappé par la foudre près de Elkton dans le Maryland (USA), le 8 Décembre 1963. C\'était tout de même, et selon le Guiness des records la pire des foudres jamais enregistrée dans un avion. De l\'avenir du créole Dans « Le Nouvelliste du 10 novembre 2004, M. Michel Georges Lescouflair reprend sous ce titre le thème d\'un de mes articles paru dans les années 80. Article reproduit dans mon livre du « Rire aux larmes » Notre consoeur Baudelaine Pierre dans Le Matin du 28 novembre 2004 répond à M. Lescouflair et précise que « l\'interdiction faite à l\'élève de parler créole, vise également le rejet de sa réalité ». Faux : le créole n\'est qu\'un patois qui a toujours cheminé côte à côte avec le français sans que personne en ait à souffrir. Toutefois, le vrai problème n\'est pas dans l\'enseignement du créole mais dans son orthographe. Peut-on me dire, en effet, par quelle aberration les mots créoles qui se prononcent exactement comme les mots français s\'écrivent différemment ? Pourquoi imposer à un élève des mots créoles comme ceux parus en page 16 du Matin, où figure aussi l\'article de Beaudelaine et qui nous laisse pantois avec: \" entènasyonnal pour international, paegzanp pour par exemple ou jewografi pour géographie ?... C\'est donc l\'orthographe créole le principal responsable de toutes ces polémiques sur un patois que nous aimons tous mais qui nous paraît barbare dès que nous nous mettons à le lire sur des affiches ou enseignes divers voire dans les livres à l\'usage d\'étudiants . Et il est reconfortant de penser que cette affirmation sur cette absence d\'avenir du créole concerne M. Lescouflair un des meilleurs écrivains de ce pays. Utile suggestion de l\'éditorialiste du Nouvelliste Face à la suggestion d\'un journaliste américain. Don Bohning, vieux Cheval sur le retour, qui suggère qu\'Haïti soit placé sous protectorat international durant une période de dix années en raison de l\'insécurité qui y règne, l\'éditorialiste du Nouvelliste qui ne manque pas d\'humour, ajoute qu\'il « importe que cette communauté internationale recherche elle-même un protectorat qui lui permettrait, le cas échéant, d\'intervenir une fois pour toutes dans les affaires d\'Haïti. » Ce conseil de l\'éditorialiste s\'inspire aussi du fait que dans le passé, les décisions de cette communauté internationale sont souvent erronnées. » Ah ! quand on a pris l\'habitude, depuis notre indépendance chèrement acquise, de ne pas se respecter, à quelle ignominie expose-t-on notre pays et combien grande demeure notre honte de nous voir réléguer dans le rang des irresponsables ! Pour mâter les criminels Faisons appel à Rudolph Guiliani, élu 107e maire de New York. Entre 1993 et 2001 les meurtres ont décru de 67%, les vols de 50%. S\'il ne peut nous prêter main forte parce qu\'il est pressenti pour être le candidat des républicains après Bush, qu\'il fournisse des conseils à nos policiers. Jeu des combles (Courtoisie de Pierre Phelps, un des haïtiens les plus cultivés de ce pays) Comble du progrès : « La télé qui se zappe elle-même si l\'audience n\'est pas au rendez-vous » (Inconnu) Comble de la beauté de l\'esclavage : « L\'esclave? Ils avaient tout à sa disposition : 3 repas par jour, logement gratuit, nourris, blanchis et soins médicaux en pagaille parce qu\'ils avaient une valeur commerciale. Ils n\'avaient même pas besoin de s\'occuper de leurs enfants. Les propriétaires sautaient leurs filles et donnaient aux marmots un emploi pour le restant de leur vie. Bien sûr, ils travaillaient mais ils passaient leur journée à chanter. Je suis sûr que cinq blancs auraient pu faire le boulot de cent nègres. (Mario Puzzo « Le dernier parrain ») Comble de la vie courte pour l\'histoire d\'un pays : « L\'histoire d\'Haïti, celle dont nous avons raison d\'être fiers (car c\'est la plus belle qu\'il y ait dans le monde) s\'arrête au premier Janvier 1804. (Rodolph Charmant « Vie incroyable d\'Alcius » Revélation de medium Dans le tome II de « Debout les morts », le Dr Georges Michel relate: « qu\'une victime du naufrage du Titanic le 15/4/1912, le journaliste anglais William T. Stead raconte par le truchement d\'un medium, le départ massif de toutes les âmes des 1517 victimes de la catastrophe pour l\'au-delà et leur arrivée dans l\'autre monde ». Ne peut-on soutenir que pour un medium, l\'autre monde est plus accessible que le nouveau monde? Comment on écrit l\'histoire Christian Lionnet publie l\'entrefilet suivant dans son livre : Haïti, l\'année Aristide : « Quand aux grandes compagnies pétrolières, la clientèle d\'Haïti ne veut pas qu\'elles détournent de sa destination un autre bâtiment. Il leur faut déjà à chaque livraison guerroyer pour obtenir son règlement comptant et en dollars US, une pratique qu\'elles imposent ici depuis les spéculations et autres jongleries financières d\'Ernest Bennett, le beau-père de Jean-Claude Duvalier. En 1985, Haïti vivra donc presque sans carburants pendant près de 3 semaines » En 1986, au cours d\'un déjeuner auxquel j\'avais invité à Paris, mon confrère Lionnet, journaliste professionnel, je lui fis un reproche amical sur ce passage de son livre qui avait soulevé mon indignation, il me répondit: « A cette époque, vous étiez le point de mire et comme vous étiez comme un paratonnerre pour Jean-Claude, tous ses ennemis cherchaient à vous abattre... Je me suis laissé influencer par tous ses racontars et c\'est après la publication de mon livre que j\'ai trouvé des lecteurs pour me dire : « C\'est pourtant M. Bennett, premier exportateur de café et de cacao d\'Haïti qui fournissait au gouvernement de son gendre toutes les devises provenant de ses importations de denrées sans jamais percevoir de commissions qui auraient alourdi la facture pétrolier ». Et voilà justement comment on écrit l\'histoire ! Mathusalem des engins spatiaux Le plus vieil engin spacial encore en orbite Pionneer 6 a été lancé le 16 déc. 1965. Après avoir achevé l\'orbite solaire entre la terre et Venus, il détermina la structure et la circulation du vent solaire et la vitesse d\'un million de miles à l\'heure du courant chargé de particules provenant du soleil. Encore en opération après 35 ans, mais ne fournit plus de données... Fausses coupures de 250 gourdes Attention aux fausses coupures de 250 gourdes. Si on vous paie une somme importante en 250 gdes, un faussaire peut ajouter le 2 devant le chiffre 50 apparu sur le recto du billet où apparaît la photo de Capois la Mort. Tandis qu\'au verso où se dessine le fort jalousière de Marmelade, c\'est bien de 50 gdes qu\'il s\'agit. Même les cambistes auraient été pris à ce piège. Père Jean-Juste relaxé La soutane doit bien y être pour quelque chose, hormis la cabale orchestrée autour de cette arrestation. Il reste que les autres ne sont pas pires que ce digne prélat qui osa agresser en plein vol Miami - New York un journaliste haïtien accompagné de son épouse. Pourquoi cette fleur faite à ce survivant de l\'inquisition alors que d\'autres lavalassiens moins méchants connaissent encore les rigueurs de la prison ? Numéros utiles pour alerter la police La très efficace Jessie Cameau Coicou, porte-parole de la police, sur radio Métropole, le mercredi 1er décembre en cours a fourni les numéros d\'urgence à appeler en cas d\'attaque des « chimès » : No 114 (24 heures sur 24). Les numéros suivants : 228-2702, 03 jusquà 2709. Encore faut-il qu\'on ait un interlocuteur valable au bout du fil qui ne réponde pas :nous attendons des ordres ou « aucun véhicule disponible » Savez-vous que Le tourisme est largement considéré comme la plus grande industrie d \'exportation dans le monde avec 555 milliards de dollars de chiffres d \'affaires en 1999. Les cinéastres sont-ils des primaires Oui si l\'on juge par l\'un des plus célèbres d\'entre eux : Marcel Pagnol. En effet, quand l\'auteur de Marius ou de Fanny avait écrit sa traduction des « Buccoliques » de Virgile, c\'est à Pierre Brisson qu\'il l\'avait envoyée avec une lettre qui disait : « J\'aimerais que vous publiez ces vers dans « Le Figaro littéraire » parce que, comme je fais du cinéma, il en y a qui croient que je n\'ai pas mon certificat d\'études ». A noter que Pagnol a été élu à l\'Academie française.
Ernest Bennett Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".