Atelier de travail/ MENFP/Directeurs d'écoles

Le MENFP interpelé par les résultats du baccalauréat dans l’Ouest

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat, accompagné de son directeur général, Rénol Telfort, a organisé jeudi à l’hôtel Karibe Convention Center un atelier de travail sur la performance des écoles de l’Ouest aux examens du baccalauréat 2015. L’occasion pour les responsables du MENFP d’analyser et de mieux comprendre le taux de réussite des écoles ainsi que leur performance dans les disciplines, objet d’évaluation, aux examens du bac.

Publié le 2015-08-06 | lenouvelliste.com

Pour un taux de réussite de 44, 68 %, le département de l’Ouest affiche, avec la Grand-Anse (42, 03%), le plus mauvais score aux examens du baccalauréat de cette année. Interpellé par ce résultat, le ministre de l’Éducation nationale et le directeur général du MENFP ont rencontré les directeurs d’écoles publiques et privées de l'Ouest en vue de réfléchir sur les causes de cet échec afin de prendre des décisions visant à renforcer surtout les établissements qui affichent les plus faibles taux de réussite. « Les résultats des examens du baccalauréat surtout dans le département de l’Ouest m’interpellent et interpellent les différents responsables du MENFP », a dit Nesmy Manigat s’adressant aux 44 directeurs de lycées et 17 directeurs d'écoles privées qui ont fait le déplacement. Deux soucis rejoignent les activités de ce matin, selon le ministre Manigat. « Dans un premier temps, le MENFP veut accompagner des établissements pour lesquels le niveau de rendement est jugé insuffisant. Dans un second temps, nous sommes ici pour analyser et voir comment le ministère entend octroyer des récompenses pour des écoles qui ont obtenu de meilleurs scores en vue d'inciter les autres directeurs à faire mieux à l’avenir», a expliqué le ministre de l’Éducation nationale. Plus loin, Nesmy Manigat croit qu’il est également temps de réfléchir à fond sur les matières à enseigner dans les salles de classe. Selon lui, il y a des matières qu’on enseigne dans les salles de classe en Haïti qui ne peuvent pas aider le pays à se développer. S’il est vrai que le taux de réussite est le plus faible dans les départements de l’Ouest et de la Grand-Anse, le directeur général du MENFP, Rénol Telfort, a souligné que cet atelier de travail sera réalisé dans les autres départements du pays en vue d’analyser les forces et les faiblesses de chaque département, de chaque école du pays à travers leur score aux examens du baccalauréat. Les mathématiques, la physique et la chimie sont les principales matières responsables de ce taux d’échec dans les examens d’Etat, selon le directeur général du MENFP. « Aux termes de cet atelier, nous allons adopter des décisions en vue de remédier à la situation critique de certaines écoles publiques qui ont réalisé des scores bien en dessous de la moyenne », a conclu Rénol Telfort. Le problème de l’échec scolaire peut être expliqué, selon Guy Étienne, par plusieurs éléments dont il se garde de citer quelques-uns comme : un curriculum inadapté aux besoins du pays, l’absentéisme et l’incompétence de certains professeurs et des salles de cours trop remplies, surtout dans les lycées du pays. Pour sa part, le directeur du lycée Jérémie Eliazer de Cazale, Joseph Éric Eliazer, a déclaré que cette initiative est très louable « dans la mesure où elle permettra surtout aux directeurs des écoles publiques d’exposer leurs désidératas aux responsables du MENFP.


Réagir à cet article