Lancement du projet de renforcement des capacités des femmes à mobilité réduite

Pour faciliter l’intégration des femmes et des filles handicapées sur le marché du travail, l’Association pour l’autonomisation des femmes haïtiennes a mobilité réduite (AAFHAMR), en partenariat avec le bureau du secrétaire d’État pour l’Intégration des personnes handicapées (BSEIPH), a procédé au lancement d’un projet de formation à l’intention de cette catégorie, le lundi 9 avril 2018. Financé par l’ambassade de France en Haïti à hauteur de 2 millions de gourdes, ce projet a bénéficié également du financement de plusieurs autres partenaires.

Publié le 2018-04-16 | Le Nouvelliste

National -

Conçu dans l’objectif de combattre l’exclusion financière des femmes et filles qui vivent avec un handicap, ce projet entend aider celles-ci à intégrer les sphères d’activités de la vie sociale et économique du pays. Ledit projet permet d’accompagner 40 femmes/filles et priorise celles qui ont un handicap moteur au niveau des membres inférieurs.

La coordonatrice générale du projet, Marie Nerlyne Morel, a soutenu que ce projet contribuera à la réduction du niveau de précarité des femmes vivant avec un handicap moteur par la formation et l’encadrement technique. Elle a fait savoir que ce projet est possible, grâce à un appel d’offres lancé par l’ambassade de France pour recruter des organisations ayant des projets viables pouvant participer au développement durable du pays.

Ces femmes/filles seront formées en dépannage de téléphone cellulaire, couture, macramé, cordonnerie et fabrication de ceintures, de valises et de sandales. Mis à part ces options, 10 d’entre elles auront droit à une formation en montage de plan d’affaires et sensibilisation à la création d’entreprises et démarchage. Ces dix bénéficiaires seront choisies en fonction de leurs performances, a expliqué la responsable de communication du projet, Edwin Elius. Visant l'autonomisation de ces femmes handicapées, elle a fait savoir qu’elles seront à même de subvenir à leurs besoins et de monter leurs propres entreprises.

De son côté, la représentante du BSEIPH, Marla Victor, a salué l’initiative projet. Elle a précisé que le BSEIPH est prêt à les accompagner tout au long de l’exécution du projet. Par ailleurs, au terme du projet, une grande foi artisanale est prévue afin de mettre en valeur les compétences et les réalisations de chacune des bénéficiaires.

Yolande Day
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article