Caravane du changement

Un nouveau stock d’engins lourds pour le MARNDR

Après le ministère des Travaux publics et les mairies de plusieurs régions du pays, c’est le tour du ministère de l’Agriculture de faire la réception de matériel dans le cadre de la Caravane du changement. 52 nouveaux tracteurs agricoles viennent grossir le rang des engins lourds que compte ce ministère. Ces derniers seront acheminés, sous peu, à la vallée de l’Artibonite afin de poursuivre la production rizicole dans cette partie du pays.

Publié le 2018-02-15 | Le Nouvelliste

Economie -

Un nouveau lot de matériel a été remis au ministère de l’Agriculture dans le cadre de la Caravane du changement. Cette remise de matériel s'est déroulée ce vendredi à Atlantis Motors, situé au boulevard Toussaint Louverture. Ces engins sont au nombre de 52 et sont constitués totalement de tracteurs agricoles. Ce qui porte à 160 le nombre de ces engins remis au ministère de l’Agriculture depuis le lancement de la Caravane, il y a environ neuf mois. Ces derniers seront au service des blocs de producteurs de riz de la vallée de l’Artibonite. Une façon d’optimiser la production rizicole dans le pays.

Avec ce nouveau matériel, la vallée de l’Artibonite comptera environ une centaine de tracteurs de ce genre. Le tout sera géré par l’Organisme de développement de la vallée de l’Artibonite (ODVA). Ils seront au profit des douze blocs de production transformés en coopératives. Chacun de ces blocs est constitué de 500 ha et de 1 500 exploitants. L’idéal, affirme le titulaire du ministère de l’Agriculture, Carmel André Béliard, est de mettre dix tracteurs à la disposition de chaque bloc. Ce n’est pas encore le cas. Avec cette nouvelle livraison, soutient-il, un pas géant vient d’être franchi et il y a lieu, croit-il, d’espérer une augmentation significative de la production du riz dans la vallée.

Si l’on en croit les autorités du ministère, ce matériel est adapté à la production du riz. De plus, un ensemble d’avantages ont été offerts. Des techniciens en provenance de l’Inde, pays d’origine de la marque Mahindra, ont été dépêchés pour former les opérateurs haïtiens pendant un mois. Tout a été pris en compte. Le ministre parle de 72 000 heures de garantie sur ces engins. Il y a lieu d’espérer une plus grande longévité à ce matériel. Car la réparation et les pièces de rechange sont à l’actif du concessionnaire.

Equipés, ces tracteurs coûtent chacun 24 000 dollars américains. Fort de cela, le directeur général du ministère de l’Agriculture, Brandy Eugène croit qu’il s’agit d’un investissement important pour le secteur. Ce genre d’initiatives, explique-t-il, ne peut qu’avoir des incidences positives sur le secteur. L’objectif, poursuit-il, est de continuer à augmenter le rendement rizicole non seulement dans la vallée de l’Artibonite, mais également dans toutes les autres régions produisant cette denrée.

La Caravane, selon le ministre de l’Agriculture, a déjà des retombées positives sur la production rizicole. Le travail effectué dans les infrastructures hydro-agricoles se révèle bénéfique à ses yeux. Plus de dix mille hectares additionnels sont en production dans la vallée de l’Artibonite. Ainsi, la production rizicole dans cette partie du pays a augmenté de l’ordre de 30% au cours de l’année dernière. A défaut de travailler illico sur le rendement, le gouvernement projette de continuer l’augmentation du nombre d’hectares mis en valeur dans le bastion de la production de riz en Haïti.

Avant 2022, le vœu des dirigeants, précise M. Béliard, est qu’il y ait 60 000 ha dans la production du riz dans la vallée. Pour y arriver, il promet de continuer d’augmenter le nombre d’engins lourds à la disposition des exploitants. « D’ici la fin du quinquennat du président de la République, Jovenel Moïse, la vallée comptera au moins 2 000 engins de ce genre », soutient Carmel André Béliard.

En plus de mettre du matériel au profit des agriculteurs, le ministère est en train d’implémenter des projets qui prennent en compte l’augmentation du rendement dans cette filière. C’est le cas du projet supporté par la coopération taïwanaise qui vise à produire 20 000 tonnes de semences de riz certifiées annuellement pour les trois grandes zones de production du riz du pays ; ce faisant, 12 000 tonnes seront à la disposition des planteurs de la vallée de l’Artibonite, 5 000 pour la plaine de Maribaroux et 3 000 pour la plaine de Torbeck.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article