440 leaders formés sur les bonnes pratiques nutritionnelles et d’hygiène

Publié le 2017-11-07 | Le Nouvelliste

Economie -

Dans le cadre du projet de « Réhabilitation et renforcement des moyens d’existence des ménages agricoles affectés par l’ouragan Matthew », un total de 440 leaders communautaires reçoit des séances de formation sur les bonnes pratiques nutritionnelles et d’hygiène, tout au long des mois d’octobre et de novembre. Ce projet supporté par la Direction générale de la Protection civile et des Opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) est mis sur pied par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’organisation Alianza por la Solidaridad.

Ces séances de formation réunissant des agents communautaires du Sud et du Sud-Est visent à corriger et à renforcer les habitudes nutritionnelles de la communauté haïtienne, a expliqué Jordi Torres Miralles, chef du bureau d’ECHO en Haïti, précisant que l’éducation nutritionnelle est une priorité dans la programmation de l’Union européenne en Haïti. Il a ajouté que les actions prévues dans ce projet entendent s’attaquer à certaines causes sous-jacentes à la malnutrition et sont essentielles pour les réduire.

Dans le but de pérenniser les notions apprises et changer les comportements, les pratiques alimentaires et nutritionnelles de la population, chaque leader, après les sessions de formation, a pour devoir de former 20 autres membres de sa communauté. En outre, 25 leaders sont formés par section communale, dont 80% sont des femmes. Ces leaders proviennent des associations paysannes notamment de femmes.

Notons que les formations portent sur l’allaitement maternel et l’alimentation complémentaire ; le respect d’une alimentation équilibrée en se basant sur la pyramide alimentaire haïtienne et les trois groupes d’aliments (constructeurs, protecteurs, énergétiques) ; l’hygiène alimentaire ; la cuisson des aliments ; l’alimentation des groupes vulnérables (petits enfants, femmes enceintes) en situation d’urgence ; l’importance des fruits et légumes ; le lavage des mains ; le traitement de l’eau et la planification familiale.

Par ailleurs, les différents participants se sont engagés à sensibiliser leur communauté. Les communes de Bainet, Côtes-de-Fer, Charbonnières et Port-à-Piment sont les principales communes touchées par ce projet.

Réagir à cet article