Exportation de mangues vers les USA, baisse considérable en 2016

L’exportation de mangues francisque vers les États-Unis d’Amérique en 2016 connaît une baisse visible par rapport à l’année dernière. Si le pays est en position de force pour atteindre les objectifs des acheteurs qui projetaient d’importer 2 345 459 boîtes de mangues d’Haïti, il faut toutefois admettre que les chiffres de cette année sont de loin inférieurs à ceux de 2015.

Publié le 2016-08-02 | Le Nouvelliste

Economie -

La mangue, depuis plusieurs années, s’aligne parmi les principales denrées agricoles exportables du pays. Chaque année, l’on avance que la mangue Francisque haïtienne est de plus en plus demandée sur le marché américain. On estime annuellement à plus de dix millions de dollars américains les exportations de ce produit vers les États-Unis d’Amérique. Tenant compte des chiffres de 2015, d’aucuns croiyaient qu’Haïti était sur le point de s’ériger comme l’un des principaux pays exportateurs de mangues vers les États-Unis. Cependant, les exportations de 2016 ne laissent plus supposer une telle situation. Pour cette année, selon les chiffres de l’entité américaine dénommée Office national de mangues (NMB), de la deuxième semaine du mois d’avril au 9 juillet de l’année en cours, le pays a expédié 1 541 167 boîtes de mangues aux USA. Pour cette même période de l’année dernière, les chiffres ont dépassé largement les deux millions de boîtes. Si l’on tient compte que le prix d’une boîte de mangues varie entre 6 et 9 dollars, l’on conclurait que cette culture permet quand même l’entrée au pays de plus de 10 millions de dollars américains. Malgré tout, les producteurs de mangues n’arrivent toujours pas à moderniser leurs plantations. Dans les grandes zones de production comme Gros-Morne, Terre-Neuve et Mirebalais, le ministère de l’Agriculture appuie plusieurs milliers de paysans en vue de prémunir les manguiers contre les ravages des mouches des fruits. Ce qui a une incidence positive sur la production. C’est à partir de ces actions que le gouvernement américain autorise l’entrée de ce produit sur son territoire. Mais ce n’est nullement pas suffisant tenant compte de l’ampleur d’une telle culture. Des aspects importants de la production sont encore négligés. L'industrie de la mangue fait face à des défis majeurs en ce qui a trait à l'exportation. Les pertes annuelles, selon les spécialistes, sont encore importantes. Elles sont estimées , avance-t-on, à environ 35% de la production totale. Une situation qui s’explique, selon les responsables du projet Feed The Future, en raison des pratiques et des équipements postrécoltes inadéquats. Aussi, existe-t-il, selon eux, des failles au sein de la filière au niveau des producteurs et des exportateurs dans leur capacité à livrer les mangues conformément aux normes internationales strictes d'exportation. Ainsi pour cette année, à travers le projet « Chanje Lavi Plantè », le gouvernement américain projette d’appuyer à un niveau supérieur les producteurs. Ce projet appuiera les acteurs dans plusieurs domaines de la filière, en vue d'améliorer la production, d'accroître l'exportation de mangues Francisque, et finalement d'augmenter les revenus de près de 15 000 producteurs de mangues et de plus de 60 associations d'agriculteurs. Pour y arriver, l’apport du ministère de l’Agriculture se révèle d’une importance capitale. Le plan triennal de relance de la production agricole du pays a mis une emphase importante sur l’agriculture commerciale. Malgré tout, la filière mangue n’a pas été valorisée. Aussi les investissements du secteur privé ne sont pas si imposants pour changer la donne. Le ministre de l’Agriculture en poste, Pierre Guito Laurore, qui est un fin connaisseur du secteur, a promis de continuer à appuyer la filière dans sa lutte de redressement afin d’augmenter la production pour qu’elle génère encore plus de devises au pays.

Réagir à cet article