Dimanche 21 décembre 2014





SPORT
Boxe/Championnat du monde

Stevenson : De l'ombre à la lumière

Le Nouvelliste | Publié le : 13 décembre 2013

30 ans après avoir quitté son pays, Stevenson Adonis, aujourd'hui, citoyen canadien, est revenu sur la terre de ses ancêtres pour une courte visite à l'invitation du ministère des sports. Et il revient avec un titre de champion du monde de Boxe en catégorie mi-lourd et la possibilité d'être élu boxeur de l'année. Mais qui est-il?

Le président de la République, Michel Joseph Martelly a reçu ce vendredi au palais national le champion du monde de boxe, Stevenson Adonis, avec qui il s'est longuement entretenu en privé . Le boxeur en a profité pour lui offrir les gants avec lesquels il est devenu champion du monde WBC en catégorie mi-lourd le 8 juin 2013 en mettant K.O le boxeur américain Chad Dawson avant de défendre victorieusement son titre à deux reprises. "Je suis un passionné de la boxe et qu'il m'ait offert les gants avec lesquels il est devenu champion du monde, représente beaucoup pour moi. Il est un exemple de combativité pour les jeunes tout en véhiculant une image positive du pays", a déclaré le président devant la presse en compagnie d'un Stevenson Adonis ému de retrouver le pays de sa naissance trente ans après l'avoir laissé et surtout avec une ceinture de champion du monde. . Un parcours fulgurant Débutant dans la boxe à 27 ans en 2004, Stevenson Adonis que les Canadiens surnomment aujourd'hui "Superman" à cause de son poing gauche dévastateur, connaît une ascension fulgurante dans le noble art. Il devient champion du Québec dès 2005 et passe professionnel en 2006. A ce titre, il devient champion canadien en catégorie super-moyen en 2006 ouvrant ainsi la porte sur une course vers le toit du monde. Il attend toutefois cinq ans pour s'imposer comme champion nord américain en mettant KO lAméricain Derek Edwars au 3e round et prendre la route vers un éventuel championnat du monde. Trois combats dominés avec brio contre Noé Gonzalez en avril 2012, Don George en octobre 2012 et Darnell Boone le 22 mars 2013 lui ouvrent la porte d'un premier championnat du monde le 8 juin 2013. Contre Chad Dawson, il ne tremble pas, son poing gauche dévastateur ne met que 76 petites secondes pour cet admirateur de Mike Tyson et de Floyd Maywather de mettre son adversaire KO. Victoire éclair comme le faisait souvent Mike Tyson avec titre de champion du monde WBC à a clé. Une partie du rêve de l'enfant de Bon Repos est enfin concrétisée. Trois mois après l'avoir remporté, il défend son titre contre Tavouris Cloud qu'il met rapidement hors de combat le 28 septembre 2013 avant de remettre ça le 30 novembre dernier en mettant KO l'Anglais Tony Bellew à la 6e reprise. Tout n'a pas toujours été rose Né à Mon Repos le 22 septembre 1977, le 3e des 7 enfants de la Cayenne Claudette Adonis laisse le pays à l'âge de 6 ans pour émigrer au Québec où réside sa mère. Là-bas, il fait de mauvaises fréquentations et bagarreur de surcroit, il commet des erreurs qui l'envoient en prison. Il a 19 ans. C'est là qu'il comprendra que ce côté bagarreur bien canalisé pouvait déboucher sur quelque chose de positif. Il décide alors canaliser cet esprit bagarreur vers un titre mondial en boxe et c'est ce qu'il fera. Un autre homme Aujourd'hui, le champion du monde se veut être un autre homme qui considère son passé comme une erreur de jeunesse. Une erreur de jeunesse qu'il compte brandir comme une leçon, mais aussi une preuve de ce qu'on peut réaliser avec le courage et la volonté : "Je veux que mon expérience serve d'exemple à la jeunesse. Qu'elle sache que les mauvaises fréquentations peuvent conduire sur la mauvaise voie mais aussi qu'avec la volonté et le travail elle peut arriver à la concrétisation de ses rêves. Il faut qu'elle sache que pour parvenir à la concrétisation de ses rêves, elle rencontrera toujours des difficultés, mais qu'elle y parviendra si elle accepte d'affronter et surmonter ces difficultés" On ne sait pas si Stevenson Adonis a eu le temps de déguster son plat préféré (riz au lambi), cependant il a eu le temps de donner un point de presse jeudi à l'Aéroport International Toussaint Louverture, d'enseigner quelques techniques à des jeunes pratiquants de la boxe tout en distribuant des matériels pour boxeur amateur au Centre Sportif de Carrefour dans l'après-midi du 12 décembre. Vendredi 13, il a reçu la ministre des Sports, Magalie Racine au Best Western ainsi que le directeur général de ce ministère Gérard Matthieu avant d'être reçu par le président de la Républque au Palais National. Stevenson Adonis devrait participer à un cocktail pour être honoré dans la soirée du 13 décembre avant de quitter le pays éventuellement le 14 décembre. Un départ qui ne sera pas définitif dans la mesure où l'on envisage d'organiser un combat où il mettrait son titre en jeu probablement en 2014 ou début 2015.



Prochain texte : Interview de Stevenson Adonis à Ticket Sport





AUTEUR
Enock Nere
enocknere@lenouvelliste.com




Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page

L'EDITO

Le choix difficile du Premier ministre

Les recommandations de la Commission consultative vont bon train avec la démission, jeudi, des neuf membres du Conseil électoral provisoire et la libération, vendredi, des frères Florestal. Le choix du nouveau Premier ministre se fait encore attendre, en raison de la multiplication des rencontres réalisées par le président de la République toute cette semaine afin d'esquisser le profil du successeur de Laurent Lamothe. Ministres, anciens Premiers ministres, chefs de partis, hommes d’affaires et proches du chef de l’Etat sont la plupart des noms qui font la une de l’actualité dans cette conjoncture fragilisée par les manifestations de rue. Après avoir dialogué avec les présidents des deux chambres, lundi, sur les recommandations de la Consultative, Michel Martelly doit, cette…