Jean Pierre Etienne, une référence en matière sportive

PUBLIÉ 2018-06-11
Jean Pierre Etienne est l’une des figures de proue de la Radio Ibo. Ancien présentateur de la Télévision nationale d’Haïti, aujourd’hui il offre ses services à la Télévision Pacific qui, selon lui, est en phase de devenir une télévision de haute voltige, si l‘on tient compte des ambitions de ses dirigeants. L’homme de 35 ans s’est imposé en Haïti, au cours de cette décennie, comme une référence en matière sportive. A l’occasion de la Coupe du monde 2018 en Russie, Ticket met les projecteurs sur celui qui compte 15 ans de carrière comme journaliste sportif.


« J’ai été élevé dans une famille démesurément passionnée de sport. Les neuf enfants de mes parents ont tous développé un goût prononcé pour le foot. Au fil des années, la volonté de faire carrière comme journaliste sportif a pris le pas sur cette passion et voilà où j’en suis aujourd’hui », raconte avec une joie à peine voilée Jean Pierre Etienne, qui nous a rejoints dans nos locaux afin qu’on puisse lui tirer les vers du nez sur ses quinze années dans les médias. Entre son bulletin sportif matinal du journal « Alawonnbadè » sur la Radio Ibo, son statut d’officier de crédit à la Unicarte et son émission à Télévision Pacific, trouver une heure creuse durant la semaine pour notre entrevue n’a pas été aisé pour le chroniqueur sportif.

Jean Pierre Etienne est doté d’une grande facilité langagière qui, selon lui, n’est guère le fruit du hasard. Il a pris un plaisir fou à nous décrire ses exercices de simulation avec le magnétophone de sa mère (choriste à l’église) quand il se mettait dans la peau d’un chroniqueur sportif étant gamin. « A partir de ces exercices que je faisais pour le fun à cette époque, je brûlais déjà d’envie de faire du journalisme sportif », confie celui qui s’est consacré à écrire au mieux son histoire en collectionnant les magazines sportives France football, en écoutant de manière récurrente les dires de Patrice Dumont, de Yves Dadou Jean Bart et du regretté journaliste français Thierry Gilardi.

Friand des émissions sportives libre tribune, Jean Pierre n’a jamais pu résister à l’envie de partager ses points de vue et appréhensions quand l’occasion se présente sur les ondes. Cette manie lui ouvrira bien des portes. A travers les ondes de Radio Horizon 2000, veinard, il a gagné une demi-bourse pour apprendre la communication dans l’une des écoles professionnelles de la capitale alors qu’il avait à peine atteint sa majorité. « Au bout de deux mois, j’ai abandonné car le rythme des cours y était assez irrégulier », explique l’ancien élève du Collège La providence Cambry/l’oiseau qui était souvent au centre des débats sportifs dans la cour de récré. Outre-manche, son amour pour cette sphère a convaincu Denisca Jean Evy-Fleur qui le prendra sous son aile à l’émission « Sport minute » qui sera rebaptisée « Sport Mania », diffusée du lundi au vendredi entre midi et 1 heure p.m, suite au départ de celui-ci de la Radio Ibo. Son esprit de synthèse et sa compréhension poussée du jeu feront de Jean Pierre Etienne le nouveau titulaire de cette émission qui n’a eu aucun mal à séduire Roody Sanon et Hérold Jean François. « A compter de ce fameux 9 aout 2003, confesse-t-il, je peux dire que ma passion a muté en quelque chose de beaucoup plus substantiel et concret ». Sport mania aura même un supplément de deux heures chaque samedi de midi à 2 heures, toujours avec Jean Pierre à la baguette.

Les interventions de Jean Pierre plaisent à l’auditoire de la Radio Ibo. Les commentaires élogieux à son endroit pleuvent de partout. Par conséquent, ses responsabilités s’en retrouvent intensifiées. A tout juste 19 ans, on lui confiera le bulletin sportif matinal de la radio dont il est encore la figure emblématique après une quinzaine d’années. Mais le jeune bachelier a refusé de s’enliser dans le guêpier de la popularité acquise précocement et a entrepris des études supérieures en finance à l’Université Quisqueya.

Le journaliste de 35 ans est toujours à la recherche de nouvelles aventures afin de consolider son statut de journaliste sportif de haut calibre de cette génération. C’est ainsi qu’il intègre la Télévision nationale d’Haïti en 2008 avec le statut de présentateur, prouvant qu’il détient de multiples cordes à son arc. « J’y ai consacré 10 années de ma vie et j’estime y avoir fait mon temps. J’ai laissé tomber cette année, car je suis en quête de nouveaux challenges », raconte celui qui est, en dehors d’une salle des nouvelles, un époux, un père de deux enfants qui raffole des jeux de société et de la lecture.

Jean Pierre Etienne s’est bâti un nom par la rationalité dans ses analyses et sa manière unique d’informer son auditoire. De ce fait, il est fort difficile de lui coller une étiquette de « fanatique » dans ses prises de parole. En l’écoutant à travers Sportissibo, on se pose forcément la question, il supporte quelle équipe au final ? Interrogé sur la question, il affirme que durant son enfance, ses équipes de foot favorites étaient l’Argentine et l’Allemagne. « Mais depuis que j’ai intégré l’univers auquel j’appartiens depuis plus d’une décennie, j’ai appris à prendre un certain recul et à faire montre d’objectivité et de neutralité au micro ou devant la caméra ».

Pour la Coupe du monde, la Télévision Pacific a sorti l’artillerie lourde afin que plusieurs journalistes sportifs de renom rejoignent leurs rangs. Berman Gay, Ronald Vaval, Jacques Ambroise, Kimberly Pierre, Kenson Désir, Richard Bellevue, Jessica Jean et bien sûr, Jean Pierre Etienne. Avisé de ce projet ô combien ambitieux depuis sa genèse, il s’est agrégé avec la télévision depuis avril 2018 et y présente « Top ten sport » tous les vendredis à 9 heures p.m. et samedis à 10 heures p.m.

« La présentation de mes émissions se fait méticuleusement, d’où la clé de mon succès. Il n’est pas donné à tous de présenter un bulletin sportif en 15 minutes. Il faut un minimum de préparation », lance, souriant, le chroniqueur sportif qui croit que ses confrères qui s’adonnent aux manœuvres folkloriques au sein de leurs émissions se doivent d’élever le niveau, surtout en matière de culture générale.

Pour la coupe du monde 2018 en Russie, il pense que les deux principaux favoris seront le Brésil et l’Allemagne. Toutefois, il affirme qu’il faut garder un œil attentif sur la France et l’Espagne qui seront aussi des adversaires coriaces. Durant cette période, ses différentes narrations autour de la compétition seront sur les médias précités et sur ses comptes personnels sur les réseaux.

Des projets à court temps, il en a une pluralité mais ceux qu’il souhaite matérialiser sous peu sont des formations d’initiation à la chronique sportive pour les jeunes et la rédaction de son premier ouvrage, qu’il annonce déjà à la prochaine édition de Livres en folie.

« Vivez la passion de la Coupe du monde sans grabuge du début à la fin », souhaite-t-il à tous les mordus de football.



Réagir à cet article