Carnaval 2018, Jour 2: 13 chars musicaux sur 20 atteignent le Champ de Mars

PUBLIÉ 2018-02-13
L’atmosphère était électrique sur le parcours carnavalesque le lundi 12 février 2018, pour le deuxième jour gras. Des groupes musicaux n’ont pas caché leur mécontentement, car, tout comme le 1er jour, bon nombre d’entre eux n’ont pas pu effectuer tout le parcours et d’autres pas du tout. Un chaos total provoqué par les multiples problèmes auxquels les chars ont dû faire face cette année en plus de l’incompétence du comité organisateur.


Sur 20 chars musicaux programmés pour le défilé, seulement 13 sont parvenus à atteindre la limite du Champ de Mars. Et pas dans l’ordre de passage annoncé par le comité d’organisation du carnaval national.

Encore une mauvaise note pour la logistique.

Les problèmes du premier jour gras ont augmenté et se sont multipliés le lundi gras.

Il était déjà 9h p.m. lorsque Mass Konpa, 14e groupe sur la liste publiée par le comité ouvre le parcours en filant comme un éclair. On aurait dit que Gracia Delva, sénateur de la République quand il n’est pas chanteur ou chanteur même quand il est sénateur, était pressé d’aller ailleurs.

Il a fallu attendre encore 2 heures pour que la foule assoiffée ait droit à un second char, Djakout #1. Celui-ci rencontre bien des problèmes sur le parcours qui ralentissent sa marche. Mais Djakout, grand ténor du carnaval, avec un Shabba en démon, fait de son mieux pour animer la foule. La sonorisation est au top et les fanatiques du groupe acceptent de chanter les succès en vogue devant l’impopularité de la méringue du groupe de Pouchon et de Steve K.

Entre vents et marées, les groupes RAM, Chalè, Enposib, Kreyòl La, K-Zino, Kaï et le chanteur Roody Rood Boy passent avant que n’arrive Sweet Micky qui va ralentir la course encore une fois.

Dans ce lot, c’est Roody Rood Boy qui tient son rang de phénomène du carnaval. Il joue toute sa méringue. Le public chante avec lui. Ses animations sont réussies. Tout le monde le suit.

Vient ensuite Kreyòl La. Champion du carnaval 2017 aux Cayes, T-Djo réussit le test du deuxième jour en accusant un groupe ténor de voler son animation. Le nom de T-Vice n’est pas cité mais le message est clair. Les deux groupes ont eu les mêmes gestes le dimanche gras pour attirer la foule.

Si K-Zino passe sans son, un court-circuit ayant fait sauter ses équipements, Chalè lui, ne fait pas mieux, même si les musiciens sont sur le char.

Enposib quant à lui, pour sa première participation à un défilé carnavalesque ne fait pas grand effet au Champ de Mars, sans pourtant être ridicule. Kaï tire beaucoup mieux son épingle du jeu grâce à un Mikaben et un Atys Panch on fire. Les deux groupes, avec des méringues qui ont fait leur chemin sur les radios, même sans des fanatiques par milliers, ont fait leur travail.

Egal à lui-même, Sweet Micky a fait du Sweet Micky. Avant d’arriver au stand de la Présidence, le char de l’ancien président a eu une panne qui a écourté sa participation au lundi gras.

Maestro-Vayb, enclavés entre Sweet Micky et Brothers Posse, ont à peine réussi à se produire. Mickaël et T-Ansyto ont passé une bonne partie du temps à expliquer les problèmes rencontrés par le groupe qui a essuyé des jets de projectiles de la part de fans d’un autre groupe. Musicalement, le tandem Maestro-Vayb a fait de son mieux pour satisfaire les carnavaleux.

Brothers Posse avec sa méringue revendicative a plus conduit une manifestation qu’un cortège carnavalesque. Avec des fanatiques portant des cordes, le slogan « Mare yo » a pris une autre ampleur. Si dimanche le groupe n’avait pas eu le temps d’arriver au cœur du carnaval au Champ de Mars, lundi soir, après avoir quitté le Palais national, on a senti la tension monter. De fait, avant que la bande à Kato atteigne le stand de la Présidence, les officiels ont mis fin à la deuxième journée du carnaval. Cette fin abrupte a provoqué, comme dimanche soir, une espèce de manifestation sans conséquences déplorables.

Il était déjà 2 heures 30 a.m. lorsque Boukman Eksperyans atteint le Champ de Mars sans pouvoir aller plus loin car les festivités ne peuvent continuer au-delà de cette heure, selon les ordres du comité. Derrière lui, Kanpèch, Rèv la, Zikòs, Barikad Crew, Rockfam, T-Vice, King Posse ne se sont pas présentés au Champ de Mars. Problèmes techniques, défaillances de la logistique, on ne saura jamais la raison de leur forfait.

Cependant contrairement au premier jour, le comité a réussi le pari pour les chars allégoriques. Hissés sur les chars des différentes entités étatiques, les reines et les rois brillaient de mille feux. Chapeau pour ce coup.

Encore une fois, le comité du carnaval 2018 et les autorités ont perturbé le carnaval, par incompétence, en ratant le lancement des festivités à l’heure prévue et leur fin par excès de sévérité. L’objectif des organisateurs n’est pas de se mettre aux services des artistes, ni de réussir le carnaval ni même de satisfaire les centaines de milliers de carnavaleux qui passent des heures à attendre leur groupe favori.



Réagir à cet article