L’opposition radicale donne un mauvais carnet à Jovenel Moïse et annonce la reprise de la mobilisation

Le bilan de Jovenel Moïse pour l’année 2017 est « catastrophique », selon plusieurs leaders de l’opposition radicale. Ces derniers ont annoncé pour le 28 janvier la reprise de la mobilisation.

Publié le 2018-01-12 | Le Nouvelliste

National -

Les nerfs étaient à fleur de peau et la pression palpable ce jeudi à Café des copains à Bois-Verna, là où, la veille, des partisans de Jean Charles Moïse ont violemment empêché la tenue d’une conférence de presse annoncée par André Michel, Schiller Louidor et d’autres leaders de l’opposition autour du bilan de la première année de Jovenel Moïse au pouvoir. Ces responsables de partis politiques ont pris toutes les dispositions cette fois. Ils ont fait appel à des militants pour assurer la garde sur la cour et dans la salle. Ces derniers qui étaient visiblement sur la défensive prenaient leur travail tellement au sérieux qu’ils n’épargnaient même pas les journalistes. « Les journalistes ont le droit de poser n’importe quelle question. Ce qu’on demande à tous les militants présents dans cette salle c’est du respect total envers tous les journalistes », a lancé Schiller Louidor pour tenter de calmer certains de ses partisans qui prenaient à partie un journaliste suite à des questions concernant l’absence de Jean Charles Moïse sur la table comme ce fut le cas à plusieurs occasions auparavant. Un autre militant s’en est même pris au journaliste de radio Vision 2000 et a menacé de le frapper avec son téléphone.

En dépit de l’incident qui s’est produit mardi, les organisateurs de la conférence de presse veulent faire croire que l’opposition est toujours en mode unité. « Le mot d’ordre c’est l’unité. L’unité avec tous », a déclaré André Michel. « Cette table est celle d’unité franche et sincère. Si vous avez l’habitude de voir quelqu’un dessus alors qu’il n’est pas là aujourd’hui, c’est à lui qu’il revient de donner ses explications », renchérit le sénateur Nènèl Cassy ajoutant qu’ils n’entendent faire aucune exclusion. Le sénateur des Nippes a par ailleurs, annoncé qu’ils ont déjà identifié ceux qui ont perturbé la tenue de leur conférence de presse mardi. « Notre service d’intelligence travaille de manière à déterminer qui les a envoyés », a-t-il dit tout en regardant du côté du pouvoir ou d’un autre groupe de personnes qu’il n’a pas précisé.

André Michel annonce pour le 22 janvier la reprise de la « mobilisation ». « Nous allons prouver à ceux qui ne veulent pas de la démocratie, à ceux qui s’opposent à l’avancement du peuple que le secteur démocratique est dans la bataille et que la force n’est autre que le secteur démocratique », a-t-il indiqué. Ne jurant que par le départ du président de la République, il pense que le bilan de la première année de Jovenel Moise au pouvoir est « catastrophique » sur le plan économique. « L’image du pays a été rabaissée sur le plan diplomatique », estime André Michel qui accuse le président d’avoir fait une « gestion partisane » du pays. Jovenel Moïse symbolise aux yeux d’André Michel l’ « affaiblissement des institutions républicaines» et la « désorganisation de la justice ». Il le critique d’avoir fait au cours de la première année de son mandat la « promotion de la corruption ».

Il promet de présenter sous peu à la nation un document d’alternative politique » qui est en train d’être finalisé. « Nous travaillons en vue de préparer et de présenter le manifeste des forces démocratiques populaires où nous allons structurer l’opposition. Nous allons mettre de l’ordre dans l’opposition. Avec ce manifeste, détaille André Michel, tout le monde saura ce qu’on veut faire dans les domaines de la santé, de la justice, de l’économie, de l’environnement et de l’éducation ». Parmi ceux qui travaillent actuellement sur ce document, André Michel a cite le professeur Josué Mérilien.

Danio Darius
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article