HAITI-EDUCATION

La coordonnatrice du Programme national de cantine scolaire dresse son bilan

Publié le 2018-01-12 | Le Nouvelliste

National -

Installée à la tête du PNCS en avril 2017, Mme Phanèse Laguerre, coordonnatrice du Programme national de cantine scolaire, a dressé, le mercredi 10 janvier, un bilan plutôt satisfaisant des 8 mois passés à la tête de l’institution.

Selon la coordonnatrice du PNCS, avant son arrivée, le programme avait nourri environ 143 000 élèves à travers le pays. Selon elle, ce chiffre a nettement augmenté pendant son administration. Plus de 273 000 enfants des écoles publiques d’Haïti bénéficient actuellement d'un plat chaud chaque jour.

Toutefois, Phanèse Laguerre dit reconnaître les limites de son institution. Elle avoue que le PNCS n’est pas encore en mesure de desservir toutes les écoles du pays.

Ces écoles publiques qui ont bénéficié du programme de cantine scolaire se trouvent en plus forte proportion dans le département de l’Ouest et dans le grand Sud du pays. Sur les 273 110 élèves touchés par ce projet, 182 mille vivent dans le département de l’Ouest, 35 mille dans le grand Sud du pays et le reste concerne les autres départements, selon les données avancées par la coordonnatrice du PNCS. Elle a, par ailleurs, ajouté que le grand Nord est en train de recevoir son chargement de nourriture. Ensuite, a-t-elle fait savoir, pour couvrir une plus large population, d’autres institutions, notamment Care-Haïti, viennent à la rescousse.

À en croire la coordonnatrice de ce programme, c’est le Trésor public qui supporte en très grande partie le fonctionnement du PNCS. « L’année dernière, le budget de l’institution était de 205 millions de gourdes. Pour l’année fiscale 2017-2018, il y a une réduction considérable. 191 millions de gourdes seront disponibles pour alimenter toutes les écoles publiques du pays », a regretté Mme Phanèse Laguerre qui a néanmoins souligné que l’ambassade de France en Haïti a permis à son institution de nourrir les 35 000 bénéficiaires dans le grand Sud.

La coordonnatrice du Programme national de cantine scolaire, Mme Phanèse Laguerre, en a profité pour faire l’éloge de son passage au PNCS pour avoir implanté d’autres bureaux départementaux. « Nous avons installé un bureau dans le Nord-Est, un autre dans le Nord-Ouest et un autre dans le Plateau central. Parce que, dans ces départements, le PNCS n’existait pas », a-t-elle déclaré, ajoutant au passage que ses agents de terrain sont disponibles même dans les écoles supportées par d’autres organisations œuvrant dans ce domaine en vue de superviser ou de contrôler la qualité de la nourriture donné aux enfants.

La patronne du PNCS a, par ailleurs, cité quelques écoles de l’aire métropolitaine qui sont bénéficiaires de la cantine scolaire. Il y a les écoles nationales Joseph Pierre Sully, République Equateur, Dominique Savio, République de Colombie et celle de Varreux.

Joints par téléphone, des responsables de ces institutions scolaires semblent ne pas être trop satisfaits du travail du PNCS. « Depuis septembre dernier, nous avons reçu une cargaison de nourriture du Programme national de cantine scolaire. La quantité reçue était pour une période de 20 jours. Depuis, nous n’avons rien reçu. Nous sommes actuellement au mois de janvier », se sont plaints des directeurs. Ce groupe de directeurs des écoles nationales Joseph Pierre Sully, République Equateur, Dominique Savio et République de Colombie ont vivement critiqué les responsables du Programme national de cantine scolaire du fait de l'irrégularité de la distribution.

« Nos enfants viennent surtout des quartiers les plus vulnérables. Lorsqu’ils reçoivent un plat chaud quotidiennement, cela facilite un meilleur apprentissage », ont-ils ajouté.

Questionnée sur le problème d’irrégularité dans la distribution soulignée par certains directeurs d’établissements scolaires, la coordonnatrice du programme a expliqué que les écoles avaient reçu de la nourriture pour toute la période allant de septembre à décembre.

« Maintenant, les directeurs peuvent attendre un peu, nous sommes en train de réalimenter les écoles concernées. Il est également important de souligner que le PNCS privilégie l’alimentation issue de produits locaux », a rétorqué Mme Phanèse Laguerre.

Ses derniers articles

Réagir à cet article