Haïti/Justice

Le barreau de Port-au-Prince et le CIFAF forment des jeunes avocats

En prélude à la tenue du 32e congrès de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB), le Barreau de Port-au-Prince, de concert avec le Centre international en Afrique de formation des avocats francophones (CIFAF) a lancé deux journées de formation continue sur « la déontologie » et « le droit processuel ». Destinée aux jeunes membres dudit barreau, cette activité rentre dans le cadre de l’actualisation et du renforcement de leurs connaissances.

Publié le 2017-12-05 | Le Nouvelliste

National -

Dans ses propos de bienvenue, lors de la cérémonie d’ouverture, le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Stanley Gaston, en bon hôte, s’est réjoui d’accueillir diverses délégations venues de différents pays tout en se montrant fier de son pays qui, dit-il, a mené bien des combats. Brièvement, il a montré le bien-fondé d’une telle démarche, qui a aussi reçu la bénédiction du directeur général du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, le docteur Jean Claudy Pierre.

Le menu de la première journée de formation, divisé en six modules, a été très alléchant. En première partie, le thème « Les évolutions déontologiques dans la profession d’avocat » a été débattu par un panel composé d’éminents bâtonniers et avocats. « L’avocat dans ses rapports avec ses confrères et ses clients et l’intérêt du compte CARPA » a été le premier sous-thème traité et la tâche a été dévolue au secrétaire général de la CIB, le bâtonnier Bernard Vatier. Il a été suivi du bâtonnier du barreau de Bordeaux, Me Jacques Horrenberger, dans « le secret professionnel aujourd’hui ».

« L’assurance professionnelle de l’avocat » et « publicité et démarchage », deux sujets qui ont permis au bâtonnier de Rouen, Me Patrick Chabert, de montrer l’étendue de son savoir, bien qu’il ait été appuyé, en premier lieu, par Me Marc Mandicas, du barreau de Versailles et en second lieu, de l’ancien bâtonnier Carlos Hercule. Pour clore ce premier chapitre, Me Monferrier Dorval, président du comité d’organisation du 32e congrès de la CIB, a exposé du « rôle de l’avocat dans la lutte contre l’impunité ».

Les cinq modules suivants, relatifs à la pratique professionnelle, ont réservé des sujets intéressants au public composé principalement d’avocats venus de plusieurs barreaux du pays et même de l’étranger. Des regards croisés ont été posés sur « l’organisation entrepreneuriale et la rentabilité des cabinets d’avocat » par Me Pascale Rouville du barreau de Rouen. Il a été question des conseils et de l’assistance à apporter aux enfants victimes de violence.

La dernière ligne droite de cette première journée s’est achevée sur une note « des affaires ». Le rapport entre le « business et les droits fondamentaux « a été vu par Me Richard Sedillot, du barreau de Rouen. Pour sa part, Me Jacques-Brice Momnougui, du barreau de Bordeaux, a présenté « Les principes OHADAC dans le règlement des litiges commerciaux internationaux dans les Caraïbes », suivi par Me Misamu Coco Kayudi, bâtonnier du barreau de Matete en République démocratique du Congo.

Par ailleurs, il est à souligner que le clou de la journée a été la signature de l’accord de jumelage entre les barreaux de Bénin et de Bordeaux. Une action à haute portée symbolique vu qu’elle a été réalisée en Haïti et dans le cadre du 32e congrès de la CIB.

Réagir à cet article