Clôture en beauté du 6e atelier d'art international de la Promart

Animée par le groupe à tendance troubadour Ti coca, la 6e édition de l'atelier d’art international de la Promart s'est bouclée en beauté dans les locaux de la mairie de Pétion-Ville le samedi 2 décembre. Le grand public est venu admirer les oeuvres que les 16 artistes étrangers et les 39 de chez nous ont réalisées dans le cadre de cette édition.

Publié le 2017-12-05 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Mise sur pied en 2012 par le peintre Patrick Cauvin, la Promart est une association fondée suites aux sollicitations de certains artistes de chez nous qui avaient perdu leurs oeuvres dans le séisme de 2010. Autre élément catalyseur à sa mise sur pied ce sont les recommandations de plusieurs homologues de M. Cauvin dont le Roumain Stefan Balog. Grâce à ce promoteur d’art, à la tête d'une plateforme baptisée Interart, des artistes haïtiens de disciplines diverses, dont Patrick Cauvin depuis plus de 13 ans, exposent tant en Roumanie qu'aux Etats-Unis ou ailleurs dans le monde.

Parmi les principales activités de la Promart, il y a l'atelier d'art international, organisé du 19 novembre au 2 décembre cette année.

Le principe, selon Patrick, c’est de réunir des artistes de chez nous et d'ailleurs dans le but de créer des oeuvres inédites. « L’intérêt, note-t-il, c’est de favoriser l'échange entre les artistes qui sont chacun l'ambassadeur de la culture de leur pays.» Il se félicite de l'enrichissement mutuel qui en découle. Pour illustrer, il évoque le fait que les artistes étrangers qui sont en général des diplômés de grandes écoles d'art parviennent à soutirer des éléments de l'art naïf haïtien pour enrichir le leur. En contrepartie, l'Haïtien ainsi que la culture haïtienne bénéficient de la tribune que leur offrent ces artistes étrangers très cotés sur le plan international, sur les réseaux sociaux, leurs sites Internet.

Selon Stefan Balog, c'est avec la même motivation qu'il revient à chaque fois en Haïti. « Votre pays est tellement riche culturellement que deux semaines ne pourront jamais suffire pour tout explorer », confie-t-il. Plus loin, il explique qu'à chaque fois qu’il fait exposer des Haïtiens à l'étranger et notamment chez lui, le public s'émerveille de l'exotisme qui caractérise les oeuvres. Sa compatriote Anca Sas, qui fait partie de sa plateforme Interart, avoue que son penchant pour le surréalisme trouve écho dans l'art haïtien en raison de la vivacité des couleurs qui caractérise ce dernier.

La peintre Galy(Magaly Pélissier), qui a fait deux fois l'expérience de l'atelier international en Haïti et, récemment, a participé à celui qui s'est tenu en France, ne tarit pas d'éloges sur ce rassemblement d’artistes d'horizons divers : « Selon moi, ça valorise votre travail plus que tout. C'est fait dans un esprit de fraternité et vous permet à la fois d'aller de l'avant dans votre travail ».

Comme il n'y a pas de rose sans épines, Patrick a évoqué aussi les défis que l'association doit relever à chaque fois qu'elle organise cet atelier. « Les chambres d'hôtel pour les étrangers, le déplacement dans le cadre des excursions pour leur faire découvrir le pays, la nourriture pour tout le monde, tout cela nécessite un budget de l'ordre de 50000 dollars. C'est bien au-dessus de nos moyens sans l'apport de sponsors du public et du privé, qui parfois désistent à la dernière minute. »

La sixième édition était marquée entre autres par une exposition, du 24 au 30 novembre au Café 36, de Anca Sas se réclamant de l’art visuel. La jeune Roumaine n'a que 21 ans et pourtant elle compte pas moins d'une dizaine d'expositions en solo. Le 17 novembre elle avait exposé à New-York. Elle a baptisé celle réalisée dans le cadre de cette dernière édition de l’atelier d’ art « Skylight ». « Dans cette collection, je voulais donner mon impression de notre planète comme si je me trouvais dans les sources lumineuses que nous apercevons dans le ciel », explique-t-elle. Elle dit se réjouir du fait que les gens se sont montrés chaleureux lors du vernissage.

L'autre activité qui a marqué cette 6e édition, c'est le vernissage à la mairie de Pétion-Ville, de l’exposition lors de laquelle tous les artistes qui ont participé ont présenté une oeuvre inédite. Elle était marquée par la prestation du groupe troubadour Ti Coca, et la remise de certificats par la Promart à chacun des participants venus de l'Europe, de l'Amérique du Nord et de chez nous. les oeuvres resteront exposées à la mairie de Pétion-Ville jusqu'au début du mois de janvier.

Réagir à cet article