Haïti arrive en tête du classement des pays les plus touchés par les conditions météorologiques extrêmes en 2016

 Haïti, qui a été frappée l'an dernier par l'ouragan le plus violent depuis 50 ans, a été classée comme étant le pays le plus touché par les conditions météorologiques extrêmes en 2016, selon un indice publié ce jeudi 9 novembre 2017.

Publié le 2017-11-09 | Le Nouvelliste

National -

Le Zimbabwe, qui a souffert d'une grave sécheresse suivie d'inondations, est arrivé en deuxième position. Les Fidji, qui se sont remises du plus fort cyclone tropical jamais enregistré dans la nation insulaire, se sont classées au troisième rang de l'indice de risque climatique publié chaque année par le groupe de recherche Germanwatch.

Les îles Fidji qui président des négociations sur le climat de cette année à Bonn, en Allemagne, à l'occasion de la COP23, où les petits États insulaires réclament des mesures urgentes pour réduire les émissions de réchauffement planétaire qui devraient entraîner de plus fortes tempêtes, inondations, sécheresses et élévation du niveau des mers.

"Lorsque le cyclone tropical Winston a frappé Fidji, plus de la moitié de notre population a été déplacée et perturbée", a déclaré Joshua Wycliffe, le secrétaire permanent des Fidji pour le gouvernement local, le logement et l'environnement.

"Et il n'y a pas eu un jour où nous sommes allés travailler sans savoir quand un autre cyclone se produira", a-t-il déclaré en marge des pourparlers de Bonn du 6 au 17 novembre.

Quand une tempête peut sévèrement affecter l'économie et la santé d'un Etat insulaire relativement important comme les îles Fidji, "vous pouvez imaginer la dévastation qu'elle peut causer à une petite nation insulaire", a-t-il ajouté.

Entre 1997 et 2016, plus de 520 000 personnes sont mortes dans plus de 11 000 événements météorologiques extrêmes, y compris des tempêtes, des inondations et des vagues de chaleur dans le monde entier, selon l'indice. Les dommages économiques s'élèveraient à environ 3,16 milliards de dollars, selon Germanwatch.

Neuf des dix pays les plus touchés de cette période étaient des pays en développement, le Honduras, Haïti et le Myanmar étant les plus touchés, selon l'indice.

"Mais les pays industrialisés doivent aussi faire plus pour faire face aux impacts climatiques qu'ils commencent à ressentir chez eux", a déclaré David Eckstein de Germanwatch, l'un des auteurs de l'indice.

Les Etats-Unis, par exemple, se classent au 10e rang de l'indice pour l'année 2016, avec 267 morts et 47,7 milliards de dollars de dommages causés par des conditions météorologiques extrêmes, a-t-il dit.

L'indice ne tient pas compte des risques climatiques à évolution lente tels que l'élévation du niveau de la mer ou la fonte des glaciers.

Certains pays comme Haïti, l'Inde, le Sri Lanka et le Vietnam sont frappés à maintes reprises par des conditions météorologiques extrêmes et n'ont pas le temps de se remettre complètement, a noté Germanwatch.

"Surtout dans les petits États, les conséquences sont difficilement supportables", a déclaré M. Eckstein. Ces pertes montrent combien il est important d'aider les pays pauvres à s'adapter au changement climatique et à faire face aux dommages causés par les conditions météorologiques extrêmes, a-t-il dit.

"Surtout lors d'un sommet sur le climat sous la présidence fidjienne, ces questions doivent recevoir la plus haute priorité", at-il ajouté.

Source Reuters

Réagir à cet article