Coopération/Commerce

L'APE offre des opportunités à Haïti, selon Vincent Degert

Publié le 2017-11-09 | Le Nouvelliste

Economie -

L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Haïti, Vincent Degert, a déclaré, mercredi, que depuis six mois l’UE a consenti de nombreux efforts en vue d’entretenir un dialogue fécond et continu avec les différentes parties prenantes en vue d’aplanir le sentier menant à la ratification de l'Accord de partenariat économique (APE) par le Parlement. « Si nous nous engageons de la sorte, c’est parce que nous sommes convaincus que l’APE va créer des opportunités concrètes pour le développement du secteur privé, la facilitation des investissements étrangers et nationaux pour créer davantage d’emplois durables », a lancé l’ambassadeur de l’UE, qui a souligné à cet effet les nombreux avantages offerts par l’APE.

La République dominicaine comme toujours a servi de référence à M. Degert pour montrer les avantages multiples qu’offre l’APE. « La République dominicaine, qui a ratifié l’APE, est le principal attracteur d’investissements directs étrangers (IDE) dans la région Caraibe, en accueillant plus de 20 fois les IDE d’Haïti », a fait savoir Vincent Degert ajoutant plus loin que les IDE en provenance de l’UE à destination de la République dominicaine sont passés de 7% en moyenne entre 2010 et 2015 pour atteindre le niveau de 17% en 2016. Ce qui place les investisseurs européens en tête devant ceux des Etats-Unis et du Mexique.

En poursuivant son intervention à l'occasion de la presentation du Programme regional du secteur privé, mercredi à l'hôtel Marriott, le chef de la délégation de l’UE en Haïti, Vincert Degert, s’est adressé aux membres du secteur des affaires, en mettant en relief l’importance de la cérémonie : « L’évènement d’aujourd’hui revêt toute son importance, car il nous offre une plateforme pour échanger de façon concrète et constructive sur l’accompagnement que nous nous efforçons de vous apporter à vous les entreprises nationales, moteur et animateurs de la vie économique du pays.

« Je suis persuadé que l’APE n’est pas étranger à cette évolution », soutient M. Degert, qui affirme que c’est pour améliorer cet environnement global que l’UE a proposé tant au niveau national que régional des programmes spécifiques pour développer le commerce et le secteur privé. « C’est ainsi qu’avec la Caribbean Export nous avons mis en œuvre un ambitieux programme de coopération entre Haïti et la République dominicaine dans le domaine du commerce, de la promotion des investissements du secteur privé pour un montant de 7,2 millions d’euros », a signalé M. Degert.

Le diplomate européen en a profité pour énumérer deux autres programmes, dont un nouveau programme de coopération entre Haïti et la République voisine de 19.5 d’euros et un autre programme de développement du secteur privé au niveau régional de 27 millions d’euros. Ces trois programmes, selon l’ambassadeur de l’UE, ne sont que des exemples de l’engagement fort de l’UE pour l’appui au développement du secteur privé dans la région Cariforum et en Haïti en particulier. Cela va continuer à l’avenir avec le concours de la CEDA dont la mission est d’accroître la compétitivité des pays membres.

Daniel Denis, directeur général au ministère du Commerce et de l’Industrie, a remplacé le ministre du Commerce, Pierre Marie Du Meny, qui lui non plus n’a pas pu être présent au lancement du programme régional de développement du secteur privé. Pris au dépourvu et ne disposant même du discours de celui qu’il a suppléé, M. Denis s’est contenté brièvement de débattre de la nécessité pour Haïti de ratifier l’APE et aussi d’essayer de convaincre l’assistance sur de nombreux travaux entrepris par le MCI dans le cadre du renforcement de la compétitivité, contrairement à ce que pense le commun des mortels.

Quant à la directrice exécutive de la Caribbean Export, Pamela Coke Hamilton, l’invitée d’honneur de la cérémonie, en visite en Haïti, elle a présenté quelques réalisations préalables du programme et les objectifs visés par l’institution et l’UE dans le cadre des activités du 11e FED. « Dans le cadre de ce programme, un soutien a été offert aux États du Cariforum dans une gamme de domaines allant de la promotion des investissements à la défense des intérêts des entreprises. Certaines de nos initiatives clés comprennent la facilitation du régime des subventions d'aide directe ainsi que la formation à la rédaction de proposition de subventions », a souligné Pamela Coke Hamilton.

Les bénéficiaires du programme, énumère-t-elle, ont participé chaque année à des missions commerciales régionales: comme la semaine de la mode d'Haïti, Agroalimentaria (R.D), la Foire internationale de La Havane (FIHAV), la foire Femmes Création et Production du commerce, la Convention du commerce et de l’investissement de Trinidad and Tobago (TIC) et Expo Jamaïque.

Compte tenu du lien existant entre le Programme régional de développement du secteur privé et l’Accord de partenariat économique (APE) qui, dans le cas d’Haïti, a été signé le 10 décembre 2009 mais qui jusqu’à date n’a pas été encore ratifié par le Parlement haïtien, les organisateurs de la présentation du jour ont jugé nécessaire d’agiter le débat sur ce sujet qui a fait l’objet de pas mal de controverses au cours des dernières années. Tous les intervenants au lancement du Programme, parmi lesquels la directrice exécutive de l’Agence de développement des exportations de la Caraibe (Carribbean Export), Pamela Coke Hamilton, ont entretenu l’assistance sur la nécessité pour Haïti de parvenir à la ratification de cet accord.

A ce sujet, M. Hervé Philippe, qui est intervenu à la place de l’Ordonnateur national, M. Charles Jean Jacques, a profité de sa prise de parole pour souligner l’importance que cela revêt pour le secteur privé des affaires d’être mis à l’honneur dans le cadre de ce programme. « Il est important de rappeler que la Caribbean Export est l’unique agence du Cariforum ayant à sa charge la promotion du commerce et des investissements dans la région et pour la région », soutient le cadre du BONFED.

Abordant la question de l’APE, Hervé Philippe a déclaré : « Un autre accord tout aussi important pour le pays est encore en attente, il s’agit de l’APE signé par Haïti le 10 décembre 2009. Cet accord non encore ratifié est la clé par laquelle notre pays pourra bénéficier pleinement du programme régional du développement du secteur privé du 11e FED ».

Aux parlementaires haïtiens qui rechignent encore à ratifier l’APE, le représentant de l’ordonnateur national a rappelé : « Sans un accord international dûment entériné aucun programme de coopération ne peut voir le jour… Ainsi, le Parlement d’Haïti est l’instrument par lequel la voix d’Haïti peut résonner dans le prestigieux hémicycle des organisations internationales », a indiqué M. Phlippe.

Réagir à cet article