11e édition

Artisanat en fête, moteur de créativité

Publié le 2017-10-18 | Le Nouvelliste

Culture -

Wébert Lahens

Deux cent artisans vont investir Artisanat en fête, l’une des plus grandes vitrines culturelles d’Haïti. Les dates du 21 et 22 octobre sont à retenir dans le calendrier des consommateurs de biens artisanaux. Le rendez-vous, la 11e édition, est au Parc historique de la canne à sucre. Tout se rencontre dans le même espace. On aura l’embarras du choix. Chaque année, depuis la première édition, l'Institut de recherche et de promotion de l'art haïtien (IRPAH) et Le Nouvelliste, coorganisateur de ce grand événement, permettent au public de découvrir plusieurs univers : métal découpé, macramé, papier mâché, argile, pierre, bois, corne de bœuf, peinture sur tissus, céramique, banéco, vannerie, lingerie, bijoux.

Dans tous ces univers règnent des noms qui font honneur à Artisanat en fête. Toutes les femmes et jeunes filles à la mode veulent porter un sac signé Phélicia Dell. Ses sacs mettent en valeur le jute, le latanier, le sisal et les paillettes dessinant des motifs de vêvê.

Chaque année, Dell attend cette fête, qui rassemble les meilleurs artisans d’Haïti, pour présenter sa collection. Lors d’une interview au Nouvelliste, elle avait déclaré fièrement qu’elle avait préparé sa collection « avec beaucoup de finesse pour Artisanat en fête ». Et d’ajouter : « Je suis heureuse de voir les gens apprécier les articles de cette collection et les emporter. Sur ces valises, nous mettons en évidence les fleurs d'Haïti. C'est la finesse de ce travail qui nous a permis d'être représentés particulièrement dans les Antilles, au Canada et aux États-Unis ». La Collection Vêvê de Phélicia Dell est unique.

Un autre grand nom attire le public vers ses pièces rares: Ronald Laratte. Il n’y a pas deux artisans qui travaillent la pierre avec une aussi grande finesse que Laratte. Ses sculptures sont belles à voir, douces au toucher. Quelqu’un qui s’approche de la tente de Laratte ne peut rester indifférent. Il a beaucoup de questions à poser ou encore des pièces à emporter. Cet artisan s’inscrit dans une histoire de famille. Il sculpte aussi naturellement qu’il parle de son travail.

Les artistes du village de Noailles occupent l’espace du Parc historique de la canne à sucre. C’est une grande attraction.

Les artistes de Saint-Soleil, parmi lesquels James Joseph, élève de Wilfrid Louis et de Sylvain Pierre Augustin, ne ratent jamais cette occasion. Les toiles de James vibrent de l’esprit de Saint-Soleil.

Nazaire Pierre-Louis dit Nazito est dans la même lignée que les grands artistes qui ont porté haut le flambeau de Saint-Soleil. Ce grand admirateur de Tiga, de Louisiane Saint-Fleurant, de Levoy Lexil, de Denis Smith se sent bien dans sa peau quand il passe de bons moments au Parc historique de la canne à sucre.

Les enfants seront aussi au cœur de cette grande fête. Ils seront dans tous les ateliers. Ils joueront avec l’argile, le macramé, le dessin, le banéco et toute autre chose que leurs petites mains pourront réaliser avec agilité.

Hérold Bonté de l'Atelier Décorama Center, vieux routier du banéco, sera présent. Aidé de quelques moniteurs, sous la direction de l'Office national d'art (ONART), il se donnera à cœur joie à la fête.

C’est une richesse inépuisable de création, Artisanat en fête. Véritable foire d’attraction, moteur de développement durable, Artisanat en fête est un marqueur culturel que l'Institut de recherche et de promotion de l'art haïtien et Le Nouvelliste donnent avec générosité, chaque année, à Haïti.

Wébert Lahens webblahens@yahoo.fr Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article