Denis Régis :« La MINIJUSTH ne correspond plus aux situations classiques de menace contre la paix internationale »

Publié le 2017-10-12 | Le Nouvelliste

National -

« …Le mandat de la MINUJUSTH s’inscrit dans un contexte qui, manifestement, ne correspond plus aux situations classiques de menace contre la paix internationale, au sens où l’entendait la résolution du Conseil de sécurité créant la MINUSTAH en 2004 », fait valoir Denis Régis, ambassadeur d’Haïti à l’ONU, à la 8068 séance du Conseil de sécurité des Nations unies sur le rapport du secrétaire général sur la MINUSTAH le 12 octobre 2017.

« Le chapitre de la stabilisation d’Haïti est aujourd’hui clos », a-t-il indiqué, sans faire l’économie de saluer l’apport de la MINUSTAH à la consolidation de la paix civile et de la démocratie, à la sécurité, à l’édification de l’État de droit et à la promotion des droits de l’homme en Haïti. Par rapport à « cette nouvelle réalité » le gouvernement haïtien souhaite qu'elle « soit prise en compte dans la prochaine résolution du Conseil de sécurité et dans le nouvel accord qui est appelé à régir la présence de la MINUJUSTH en Haïti à compter du 16 octobre et qui se veut essentiellement un Accord de coopération technique », a indiqué l’ambassadeur Denis Régis. « Le pays aborde aujourd’hui un nouveau cap. Le gouvernement haïtien souhaite, à cet égard, que la coopération avec le système des Nations unies soit élargie, redynamisée et surtout mieux adaptée au contexte actuel et centrée sur les besoins réels du pays, dans le cadre d’une véritable stratégie de pérennisation de la paix, qui permette aux institutions haïtiennes de s’approprier tous les leviers propres à garantir la paix, la sécurité et la stabilité, de consolider l’État de droit, tout en s’attaquant résolument à la modernisation économique et sociale et au développement durable du pays », a dit l’ambassadeur Denis Régis.

« Au moment où la MINUJUSTH s’apprête à prendre le relais, le gouvernement haïtien espère ardemment que cette nouvelle mission des Nations unies apportera à son tour une contribution durable aux efforts qu’il déploie pour relever le défi de la pérennisation de la paix, laquelle va de pair avec la croissance, le développement durable et l’élimination de la pauvreté », a indiqué Denis Régis. La MINIJUSTH vise à consolider des acquis de la MINUSTAH. Ses actions porteront sur trois axes principaux : renforcement de l’État de droit, avec un accent particulier sur l’amélioration du système de justice ; développement de la Police nationale ; promotion et protection des droits de l’homme. Le journal n’a pas encore recueilli les commentaires du chancelier haïtien Antonio Rodrigue sur le sujet. La décision d’avoir la MINIJUSTH pour remplacer la MINUSTAH a été prise par le Conseil de sécurité dont les décisions sont imposables aux Etats membres. Une composante policière armée sera en appui à la PNH dans le cadre de la MINIJUSTH.

Réagir à cet article