Sandra Honoré présente son dernier bilan de la MINUSTAH

La MINUSTAH ferme ses portes définitivement le 15 octobre. Elle sera remplacée le jour d’après par la Mission des Nations unies pour l'appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH). Avant la fermeture de la MINUSTAH, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en Haïti, Sandra Honoré, a fait un état des lieux jeudi de la situation dans le pays. Les progrès réalisés durant le mandat de la MINUSTAH en Haïti ne sont qu’une étape, selon Sandra Honoré, qui appelle à une large réforme institutionnelle pour consolider la stabilité.

Publié le 2017-10-12 | Le Nouvelliste

National -

Pour une dernière fois comme chef de la MINUSTAH, Sandra Honoré s’est présentée ce jeudi 12 octobre devant le Conseil de sécurité des Nations unies pour faire le point sur la situation en Haïti durant les derniers mois de la mission. « Aujourd'hui, treize ans et demi plus tard, à la veille de la fermeture de la MINUSTAH et de la transition vers une mission de maintien de la paix plus petite, la MINUJUSTH, le 15 octobre 2017, Haïti a une toute autre allure, malgré les nombreux défis qu'il doit relever », a déclaré madame Honoré dans son allocution.

« Lorsque la MINUSTAH a été établie, Haïti connaissait une profonde instabilité, une violence politique endémique et un climat d'anarchie et d'impunité qui avaient des conséquences négatives sur la vie quotidienne des Haïtiens », a rappelé la représentante spéciale du secrétaire général dans le pays. Selon une note rendue publique par les services de presse de l’ONU, Mme Honoré s'est dite encouragée par la direction que suit désormais le pays sous la férule du président Jovenel Moïse qui a fait part de sa volonté de moderniser l'État pour mieux servir la population.

« N'ayons pas le moindre doute : ces succès, s'ils sont significatifs, ne sont que des premiers pas », a prévenu plus loin Sandra Honoré, qui a mis l’accent sur les efforts que tous les acteurs haïtiens devront consentir pour consolider les acquis.

Mme Honoré a plaidé pour une large réforme institutionnelle pour consolider la stabilité et a souligné l'importance qu'il y a à tout faire pour que les divisions du passé ne resurgissent pas. Elle a prôné le renforcement des structures démocratiques du pays sur la base d'un dialogue ouvert, auquel se joindraient toutes les voix du pays, y compris les partis politiques, à la fois progouvernementaux et d'opposition. « Ces voix devront néanmoins se montrer ouvertes au consensus politique, qui est vital pour tout processus de réforme. »

La vaste majorité de la population n'a néanmoins pas encore touché les dividendes de ces améliorations, a-t-elle reconnu. Elle a insisté sur les désaccords autour du rétablissement des Forces armées haïtiennes, la faiblesse des institutions, la dégradation des relations entre la branche exécutive et l'opposition, comme autant d'éléments négatifs. « Je suis convaincue que le pays pourra pleinement saisir l'occasion qui se présente à lui grâce aux efforts de stabilisation du passé », a-t-elle néanmoins assuré.

La résolution 2350 du Conseil de sécurité, adoptée à l’unanimité, prévoit également l’établissement d’une nouvelle mission, réduite, la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), selon un communiqué publié sur le site Web de la MINUSTAH. Le mandat de la MINUJUSTH se concentrera sur l’État de droit, le développement de la police, les droits humains ainsi que l’exercice de bons offices et du plaidoyer afin de soutenir le gouvernement d’Haïti dans la consolidation de la stabilisation des acquis et leur pérennisation.

La MINUJUSTH sera établie pour une période initiale de six mois, du 16 octobre 2017 au 15 avril 2018, poursuit le communiqué. La nouvelle mission sera composée d’un maximum de sept unités de police constituées déployées dans cinq départements ainsi que 295 officiers de police individuels. Cette composante de la police dans sa forme réduite assistera la Police nationale d’Haïti (PNH) à sauvegarder les acquis sécuritaires des dernières années et fournira un soutien opérationnel à la PNH dans la mise en œuvre de son plan de développement stratégique 2017/21.

Réagir à cet article