Vagabundos, une soirée réussie

L’hôtel El Rancho a accueilli, le samedi 7 octobre 2017, la soirée Vagabundos. Au line up : Kreyòl La, Kaï, Mikaben, les DJ Kemissa, Valmix et Jean Luc Verna. Ensemble, ils ont fait danser ce public insatiable, venu festoyer jusqu’au petit matin.

Publié le 2017-10-09 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Il fait 11h passées de 10 minutes à Pétion-Ville. Impossible de trouver une place dans le parking de El Rancho, qui reçoit Vagabundos. Ils sont quelques centaines de fêtards qui ne veulent en aucun cas rater cet instant de plaisir offert par la bande à T-Jo et à Richard Cavé, accompagnée par Mikaben et des disc jokers Kemissa, Valmix, Jean Luc Verna. Sapés comme jamais, femmes et hommes se sont tangués hit après hit.

Kreyòl La ouvre le bal. Entre meringue, musique traditionnelle et compas, le champion de Labor Day assure grave. Animateur invétéré, T-Jo Zenny, chemise blanche, jeans kaki, fait son show sous une pluie de confettis. On se rappelle encore des pas de danse : Devant, derrière, à droite, à gauche. En outre, le chanteur adulé par les femmes qui s’extasent devant la scène enchaîne les hits. Il n’hésite pas à aller puiser des tubes dans le répertoire bien garni de Konpa Kreyòl. De « Viens chez moi », à « Li pa vini », en passant par « Pa et Ma », la soirée Vagabundos ressassent des souvenirs d’antan. Ce que le public apprécie grandement. Trêve de nostalgie, les chansons de Kreyòl La ne tardent pas. Avec « Triye », « Sipèmenn », le tout agrémenté de rabòday, Kreyòl La, qui a profité de l’occasion pour célébrer l’anniversaire de Théo qui fête un nouveau printemps ce 12 octobre, te byen pase nan Vagabundos.

Les lumières s’éteignent sur le stage, puis s’allument sur les musiciens de Kaï, rejoints quelques minutes plus tard par Richard Cavé. T-shirt noir, jeans et gilet blanc, l’homme aux beaux yeux se comporte depuis la dissolution de Carimi en bête de scène. Désormais au-devant de la scène, il entame ce soir avec un morceau de son ancien groupe, « Ill Yayad ». De loin, une fille chaussée de talons noirs, bras ouverts, se laisse aller sur ce rythme provoquant incessamment des tours de reins.

Kaï ne tarde pas à entonner ses propres compositions. Il commence avec « Kansè ». Même sans la plantureuse Rutshelle sur scène, le morceau connaît le même succès. Le public chantant à tue-tête prouve encore une fois qu’il n’a rien perdu de son statut de « hit du moment ». Puis Mikaben, ovationné par les fans, fait son entrée, avec « Kite mennaj ou ». Un des moments phare de la soirée. Fidèle à lui-même, Mika est venu pigmenter la prestation de Kaï. « N annik lage nou tou bon ! Kaï li ye tonton, Kaï li ye tonton… », lâchent-ils. Un slogan que le public semble appuyer. Et le moment tant attendu qui s’amène : Richard chante « Malad ». Même les plus réticents s’amassent cette fois devant la scène pour crier « Renmen w s on maladi ». La fête continue avec « Demisyone », et la bande à Richard Cavé clôture sa prestation comme il l’a commencée, sur une touche de Carimi tandis que Mika chante « Baby i miss you ».

Mais la soirée est loin de se terminer après la prestation de Kaï, puisque les fêtards insatiables continuent encore à danser sur les beats de Valmix.

Réagir à cet article