Diplomatie/ Relations bilatérales/ Fêtes nationales

Haïti et Taïwan, une étroite amitié et une coopération de taille

Cinq jours avant la célébration du 106e anniversaire de la fondation de la République de Chine (Taïwan), soit le 10 octobre, l’ambassadeur de l’île de Formose en Haïti, Hu Cheng Hao, a offert jeudi soir, à Pétion-Ville, une réception à laquelle étaient conviées des personnalités haïtiennes et taïwanaises. À cette occasion, le diplomate a évoqué les 61 ans des relations diplomatiques entre les deux États ainsi que les différentes étapes franchies par son pays pour être aujourd’hui une puissance qui compte dans le concert des nations.

Publié le 2017-10-09 | Le Nouvelliste

National -

C’est l’hôtel El Rancho, à Pétion-Ville, qui a servi de cadre à cette soirée à la fois symbolique, culturelle et gastronomique organisée par l’ambassadeur de la première république du continent asiatique, Hu Cheng Hao, et son épouse, une occasion pour les deux États de renouveler leurs engagements en matière de coopération, d’entraide et de support diplomatique taïwanais. Un quintette de l’orchestre philharmonique Sainte-Trinité a exécuté l’hymne national de chacun des deux pays.

Dans un discours prononcé à cette occasion, le diplomate a fait une brève historique de l’état de santé de son pays, notamment sur le plan économique, et a salué la vieille et dynamique coopération haïtiano-taïwanaise qui a pris une nouvelle allure avec le renforcement des liens entre les deux États. Le diplomate a fait savoir qu’en 1949, après les événements qui ont ensanglanté le territoire chinois, la République de Chine a été forcée de quitter le continent pour s’installer sur l’île de Taïwan car il fallait à tout prix sauvegarder la démocratie anéantie en Chine par un communisme totalitaire. Épuisée par la Seconde Guerre mondiale, le diplomate confie que l’île de Formose était pauvre. Elle a fait face à une menace perpétuelle, ce qui a favorisé un régime autoritaire. Mais elle a réussi malgré tout à reconstruire une économie moderne et une démocratie multipartiste.

« Taïwan est devenue une moyenne puissance économique avec un volume d’exportation de 280 milliards de dollars américains et d’importation de 229 milliards de dollars américains. Ce pays démocratique de 23 millions d’habitants est le 17e exportateur et le 18e pays importateur, selon l’OMC. Son PIB national s’élevant à plus de 528 milliards de dollars américains à prix courant, en 2016, il a été classé 22e mondial. Le revenu par habitant atteint 48 100 dollars américains par parité de pouvoir d’achat, 30e du monde», a énuméré l’ambassadeur Hu Cheng Hao, affirmant que la performance économique a favorisé la consolidation de la démocratie. Car, dit-il, la présidente de Taïwan, Tasai Ing-wen, depuis son installation en 2016, a lancé des programmes de restructuration économique et de réforme sociale sur les axes de «l’innovation, l’emploi et la distribution».

Au niveau des relations entre les deux rives du détroit de Taïwan, bien que les échanges entre la Chine et Taïwan semblent refroidis depuis ces derniers temps, la paix n’est pas menacée. Sur le plan régional, le gouvernement taïwanais maintient sa position pour la préservation de la paix en mer de Chine méridionale. Il définit les pays de l’Asie du Sud-Est, l’Inde et ses alliés diplomatiques comme ses partenaires stratégiques en favorisant la création d’un consortium pour participer aux mégasprojets d’infrastructure.

Éloigné géographiquement mais proche d'Haïti

Malgré la distance géographique, le diplomate taïwanais croit dur comme fer que son pays est toujours proche d'Haïti. Il a passé en revue l’étroite coopération diplomatique qui existe entre les deux pays depuis 61 ans, soit le 25 avril 1956. Dans le secteur de l’agriculture, les projets se succèdent depuis plus de 35 ans. On peut citer le projet de développement des filières céréalières dans la vallée des Cayes, qui a produit des résultats convaincants malgré le passage de l’ouragan Matthew l’année dernière. Dans l’Artibonite, le diplomate a fait mention du projet « Renforcement des capacités pour la production de semences de riz de qualité». 1 700 tonnes de semences certifiées seront produites et mises à la disposition des planteurs cette année. En 2018, la production devra passer de 2 000 tonnes de semences certifiées pour satisfaire 45% des besoins nationaux.

Taïwan soutient le projet énergétique de Jovenel Moïse

Voulant supporter le projet du président Jovenel Moïse, qui espère fournir l’électricité 24 sur 24 dans moins de 24 mois, le diplomate confie qu’une équipe d’experts qui sera financée par le gouvernement taïwanais effectuera une mission d’étude en Haïti afin de participer aux projets d’énergie du gouvernement haïtien, notamment en ce qui concerne les réseaux électriques de la région métropolitaine.

Plus loin, le représentant officiel de Taïwan en Haïti a souligné que dans le cadre de la coopération bilatérale, son gouvernement vient d’octroyer un montant de 100 000 dollars américains à l’Etat haïtien pour aider les victimes des ouragans Irma et Maria.

Sachant que l’éducation est la clé du succès, tant pour les Taïwanais que pour les Haïtiens, une vingtaine d’étudiants haïtiens sont partis, il y a quelques semaines, pour poursuivre leurs études supérieures grâce au programme de bourses du gouvernement taïwanais. Selon le diplomate, ces boursiers haïtiens ont à leur départ promis de ramener le secret miracle de Taïwan en Haïti.

Sur le plan des affaires, l’ambassadeur Hu Cheng Hao a fait savoir que depuis des années Haïti est inscrite sur la première page du carnet de voyages des entrepreneurs du secteur textile mondial. Plusieurs entreprises taïwanaises ont effectué des études de prospection en Haïti depuis 2015. Deux sont en train de construire ou d’équiper leurs usines modernes, l'une à Caracol et l’autre à Lafiteau.

« Beaucoup d’autres vont suivre. Je suis convaincu qu’il y aura de plus en plus d’entreprises taïwanaises à venir installer leurs unités de production et créer ainsi des emplois en Haïti», a-t-il affirmé tout en saluant le discours du président Jovenel Moïse le 21 septembre 2017, à la 72e Assemblée générale des Nations unies à travers lequel il a encouragé la communauté internationale à tenir compte des aspirations de Taïwan, qui veut contribuer davantage au rapprochement entre les peuples et les nations.

Renforcement des liens entre les deux peuples

Tout en faisant l’éloge de l’amitié franche et sincère qui se développe au fil des ans entre les deux peuples, le ministre des Affaires étrangères, Antonio Rodrigue, dans ses propos, a démontré à quel point les deux peuples sont proches. Selon lui, depuis 1956, date du début des relations de coopération entre Haïti et Taïwan, les initiatives heureuses ne manquent pas dans le sens du resserrement des liens profonds d’amitié et de solidarité entre les deux peuples, et ce en dépit de la distance géographique, des différences de culture et de niveau de développement entre Haïti et Taïwan. De plus, plusieurs projets de coopération bilatérale dans les domaines de l’agriculture, de l’éducation, de la santé et de l’infrastructure sont à l’étude ou en considération, tout en suivant la politique de développement prioritaire du gouvernement haïtien.

« La République de Chine (Taïwan) n’a jamais cessé de manifester sa sympathie à l’endroit d’Haïti et son engagement à l’accompagner dans les circonstances les plus difficiles, notamment au cours des dernières années. La constance de l’engagement du gouvernement taïwanais aux côtés du gouvernement et du peuple haïtiens est à la mesure de l’humanisme, de la sensibilité et de la générosité du peuple frère taïwanais. Il est important de consolider l’amitié profonde et solide ainsi que la coopération fructueuse entre les deux pays », a indiqué le chancelier Antonio Rodrigue qui a, au nom du président de la République, du gouvernement et du peuple haïtiens, renouvelé ses vœux les plus sincères à l’endroit du peuple taïwanais et de son gouvernement.

Réagir à cet article