Technologie/ Entrepreneuriat

«Port-au-Prince startup week», un cadre de développement entrepreneurial

Des jeunes entrepreneurs haïtiens évoluant en Haïti et dans d’autres pays à travers le monde ont organisé récemment la deuxième édition de « Port-au-Prince startup week 2017». Cette activité innovante basée sur la technologie, sur de nouveaux modes de production, sur de nouveaux modèles d’affaires et produisant un impact économique et social a pour objectif de constituer des sources de richesse économique pour le pays.

Publié le 2017-10-05 | Le Nouvelliste

Economie -

La deuxième édition de Port-au-Prince startup week (PAPSW) était pour les initiateurs une opportunité de construire une communauté de penseurs, qui ont des idées et qui cherchent les ressources nécessaires pour les transformer en réalité et les faire fructifier. C’était l’occasion de réunir des personnes de compétences diverses autour d’un panel d’idées et de projets innovants, au service des industries clés du pays. Les séances étaient interactives et participatives.

Startup week 2017 était divisé en thèmes et les responsables de chaque track étaient libres de choisir les sujets et le format de leurs activités. Certains tracks étaient conçus comme des séances de mentorat, un à un, alors que d’autres étaient simplement des classes interactives. L’événement s’est déroulé sur plusieurs sites : à Nayah’s, au laboratoire de HELP, à Wynne Farm Nature Reserve, à Rev’Ciné et à la place du Canapé-Vert où plusieurs sujets étaient au rendez-vous au profit de 500 participants venus de plusieurs communes de l'arrondissement de Port-au-Prince. On peut citer : l’entrepreneuriat, la robotique, l’image de marque, l’échec dans la soirée FuckUP Nights, le mentorat, la réalité virtuelle, l’impression 3D et le prototype & production.

Selon l’Ing. Michèle Boisrond, Tech Track Co-Leader, Haïti est à sa deuxième édition. En 2016, l'événement était de type conférences et séances d’atelier pratiques sur des sujets comme : Data Center, normalisation, énergie solaire, Fintech, femmes en technologie, rédaction de CV, “Pitch” en 90 secondes, et bien d’autres. Elle confie que l'édition 2017 était plutôt expérimentale et pratique, donc les participants étaient partie prenante des activités.

« À cette édition, l'équipe a voulu offrir une expérience d’immersion et manuelle (hands-on). Mais aussi d’impliquer les participants afin qu’ils soient des leaders qui vont former des équipes, faire du brainstorming, et créer des entreprises. C'était une opportunité pour nous de chercher et d'évaluer ce qui est disponible à Port-au-Prince, les business, les startups, les niveaux de compétence et les ressources qui sont disponibles», a ajouté Michèle Boisrond, soulignant qu’avant la troisième édition, il y aura d’autres initiatives qui seront lancées par les leaders de Port-au-Prince Startup Week. Elle souhaite avoir beaucoup plus de jeunes ayant leurs propres startups pour la prochaine édition et espère avoir de nouveaux sponsors et d’autres partenaires stratégiques qui accompagneront cette noble initiative. Elle invite les intéressés à visiter https://port-au-prince.startupweek.co/ pour de plus amples informations et à suivre la page https://www.facebook.com/portauprincestartupweek/.

Pour Carry Fils-Aimé, Tech Track Co-Leader, le mot startup en soi est nouveau en Haïti et prête même à confusion certaines fois. D’après elle, une startup est souvent liée à la technologie, donc certains pensent qu’une startup doit être une jeune entreprise qui est dans le domaine de la technologie. Toutefois, une startup peut être dans d’autres domaines. Il suffit que l’entreprise ou projet soit nouveau, ait un fort potentiel de croissance, nécessite un financement important et surtout est apte à prendre des risques importants.

«Il est difficile d’avoir un rôle défini dans une startup. Si quelqu’un est CEO dans une startup, la personne devient une touche-à-tout. Donc, une startup est une activité qui navigue dans des conditions d'extrêmes difficultés. Une entreprise bien établie peut lancer un nouveau produit, service, branche ou technologie avec un esprit de startup, puisque l'environnement est instable et doit être ajusté constamment», a ajouté Carry Fils-Aimé. Ces dernières années, il y a beaucoup de startups qui ont vu le jour surtout dans le domaine de la technologie, par exemple Google et Facebook. Maintenant, ces compagnies ont passé le cap de startup et sont devenues des entreprises à part entière.

Ronel Lefranc, l’un des fondateurs du mouvement de volontariat ACTIVEH, s’est réjoui de voir la participation des volontaires de son organisation qui ont travaillé durant toute la semaine d’activité. Quant à Pierre Stanley Baptiste, le coordonnateur de PAPSW 2017, il se dit fier d’avoir atteint son objectif en mettant les projecteurs sur les leaders à fort potentiel qui ne sont pas toujours au-devant de la scène en présentant leurs entreprises au public, discuter et partager leurs expériences.

Startup week est un événement mondial créé par Techstars dans le but de développer des communautés de visionnaires et de «disrupteurs» qui veulent changer le statu quo et apporter de nouvelles perspectives dans divers domaines incluant l’entrepreneuriat, le social et le volontariat. C’est une série d'activités gratuites organisées simultanément par des volontaires dans plus de 100 villes à travers le monde pendant une semaine. En Haïti, l’équipe est composée de : David Pierre-Louis, Nzingah Oniwosan, Pierre Stanley Baptiste, Ronel Lefranc, Auguste Jacquet, Samuel P. Accius, Carry Fils-Aimé et ing. Michèle Vlady Boisrond.

Malgré les efforts consentis par les organisateurs de PAPSW de revenir tous les ans, la plupart venus de la diaspora, investir leur temps et leur argent dans l’initiative, le vrai élan doit être donné par l’État haïtien et supporté par le secteur privé. L'État haïtien a beaucoup d'intérêt à encourager les affaires et les investissements en Haïti. Il existe d'énormes opportunités qui sont à notre portée, surtout à travers les startups en technologie qui peuvent apporter des solutions qui pourront améliorer la qualité de vie, la qualité des services de nombreux secteurs comme dans les domaines énergétique, éducatif, bancaire, sanitaire, pour ne citer que ceux-là. Du coup, ces startups, en innovant, offriront de meilleurs services et produits tout en contribuant au développement économique et social du pays.

Réagir à cet article