Et Wyclef revient avec Carnival III !

« The Carnival III: The Rise and Fall of a Refugee », le tout nouvel album de Wyclef Jean, est enfin dans les bacs ! Avec ce tout premier album en 8 ans, le natif de la Croix-des-Bouquets entend reprendre sa place dans le monde du hip-hop. Et pour ce faire, il a usé de cette fusion musicale qui, 20 ans plus tôt, l’avait hissé au sommet.

Publié le 2017-09-18 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

« Wyclef retounen ! » C’est un Wyclef enthousiaste, transpirant de satisfaction, qui, joint au téléphone, répond aux questions de Ticket. « Tous les blogs en parlent. Rolling Stone en parle. Les gens sentent que Wyclef est de retour », insiste l’homme qui est interprète, auteur, compositeur et guitariste. « L’accueil est des plus positifs. En moins de 4 semaines, la vidéo de « What happened to love » a atteint 4 millions de vues. En 2 jours, celle de « Borrowed time » avoisine déjà un million de vues. Nos chiffres en streaming sont aussi très élevés et nous avons des sponsors importants. Tout ceci montre l’intérêt que ce nouveau produit suscite auprès du public », poursuit l’artiste.

« The Carnival III: The Rise and Fall of a Refugee », c’est 43 minutes pour 12 titres qui explorent divers thèmes dont l’immigration qui a toujours été au centre de l’œuvre de Wyclef, réfugié qui s’est installé aux États-Unis depuis l’âge de 10 ans. Reprenant sa guitare, la star qui a à son actif 10 nominations aux Grammy pour 3 de gagnés, fait un clin d’œil à la fin de « What happened to love » à George Benson, ce guitariste qui l’a toujours inspiré. « Fela Kuti », morceau aux couleurs reggae-funk, est quant à lui une ode au roi du Afrobeats qui a aussi beaucoup influencé Clef. Et dans « Double dutch », il revient sur son arrestation en mars dernier à Los Angeles suite à une erreur d’identification.

Par ailleurs, pour la réalisation de cet album sorti le 15 septembre, l’artiste s’est entouré de compositeurs confirmés comme Sam Dew et Emeli Sandé, mais aussi de nouvelles voix comme le rappeur Stix et le chanteur Jazzy Amra. On retrouve aussi le rappeur Izolan sur « Concrete Rose », morceau classé en 10e position sur l’opus. « Izolan se ti frè m ! Comme mon père, il vient de l’Arcahaie. Il ne se passe pas une semaine sans qu’on ne soit en contact. On a travaillé récemment sur « Apa n chèf » et quand je lui ai envoyé ce morceau, il a tout de suite aimé », confie la voix de « Gone til november », expliquant cette collaboration. L’ancien Fugees prend toutefois le temps de préciser que pour cet album il voulait mettre le focus sur le marché américain, histoire de mieux marquer son retour.

Avec ce huitième album studio, Wyclef Jean pense clore la série « Carnival » qu’il avait lancée en juin 1997 avec « The Carnival », avant de proposer, en 2007, « Carnival Vol. II: Memoirs of an Immigrant ». La star qui ne se contente pas de rapper s’assure aussi de chanter sur ses morceaux et a été un pionnier dans ce domaine. Ce faisant, il a inspiré plus d’un. La preuve, l’an dernier, Young Thug lui a dédié une chanson sur son projet dénommé « Jeffery ». Et plus récemment, avec le titre « Wild Thoughts » qui cartonne, DJ Khaled, en collaboration avec Rihanna et Bryson Tiller, a repris des parties du hit « María María », une composition de Wyclef Jean et de Santana vieille de plus de 7 ans.

Fort du constat de cette influence que son œuvre a sur la musique contemporaine, Wyclef Jean ne compte plus s’arrêter. Le chanteur haïtien de renommée internationale envisage d’entamer d’ici la fin du mois d’octobre une tournée qui commencera aux États-Unis et qui l’emmènera vers l’Afrique, l’Europe et, bien sûr, la Caraïbe. Ce n’est qu’alors que son pays d’origine aura la chance de le voir. L’artiste croit bien qu’avec ce nouvel album, il arrivera à reprendre sa place sur le marché international. « Se Wyclef yo rele m wi. Pa gen anyen mwen met nan tèt mwen m pa ka fè », conclut-il, confiant.

Réagir à cet article