Bun Hay Mean, un Chinois vraiment marrant !

Publié le 2017-09-12 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

« S’il y a des âmes sensibles, des gens qui craignent d’être choqués, qu’ils s’en aillent maintenant », lance Bun Hay Mean, ce lundi, avant de commencer son show dans une salle du NH El Rancho. Il faut dire qu’il a bien fait de prévenir les gens avec une sensibilité trop aiguisée, parce que tout le monde et tout passe dans sa visière. Tel un MVP du ping-pong, il lui est arrivé rarement de rater sa balle. 90 % de ses vannes ont fait rire le public.

En guise d’apéritif, il désigne Christian Fombrun, présent dans la salle, comme étant le Drake haïtien. Selon lui, notre soleil tape trop fort. Il se demande si chez nous on enseigne le code de la route, puisque la plupart des chauffeurs se comportent comme des fous.

Le gros de son show consiste à nous faire remonter, sur le ton d’un conte, 1500 ans en arrière, dans une Chine antique où quelqu’un portant le même prénom que lui aurait vécu. Dans cette séquence où il multiplie les allers-retours entre le passé et le présent, il faut dire que les Asiatiques ont eu leur compte. Il se moque de ses parents qui peinaient à s’exprimer en français correctement à leur arrivée en France. Il passe au crible des clichés dont celui des Chinois qui seraient des mordus de travail. « Les Vietnamiens sont mauvais, ils sont comme les Arabes, je vous les déconseille », lance-t-il comme s’il prenait d’un coup un ton sérieux. « Natcom devait s’appeler Notcom" dit-il plus loin pour qualifier le service de cette compagnie de téléphonie mobile.

Si Jésus a pris sa douche tout au début du show de Bun Hay, Bouddha devait s’attendre à la sienne un peu plus loin. « Vous, les Haïtiens, vous désignez les fesses par le même nom que nous autres nous désignons un sage divinisé. Ce n'est pas bon, ça. Franchement, ce n’est pas bon ! »

Il a aussi fait rire de lui-même. « Vous savez pourquoi je n’ai jamais eu de chance avec les femmes ? C’est à cause de la taille de mon organe génital. En effet, il est de la taille d’une aiguille. Et franchement quand je pénètre une femme, elle a plutôt la sensation que je lui fais une acupuncture », déclare le comique.

Plusieurs personnes dans la salle sont intégrées à son jeu. Il les questionne sur leur provenance et va jusqu’à jouer au gourou qui détermine l’existence par le prisme du prénom. Il a demandé à deux hommes puis à deux femmes assis côte à côte s’ils sont des couples homosexuels. Un punchline un peu acide a été celui dans lequel il déclare : « C’est comme si t’es pédophile et qu’on te file un nain à la place d’un enfant.»

En gros, l’artiste a assuré en champion. Très peu de vannes se sont révélées des pétards mouillés dans l’appréciation du public visiblement conquis. Reste à savoir si les vidéos sur le show du Chinois marrant qui seront diffusées sur la toile ne susciteront pas, comme c’était le cas pour Rachid Badouri le week-end dernier, un grand tollé.

Réagir à cet article